Atelier Normes et Psychanalyse. Paris MIE

arton3000Atelier de recherche commun à Psychadoc (le séminaire des doctorants de l’école doctorale Recherches en Psychanalyse : http://psychadoc.com/) et ÉFiGiES (association des jeunes chercheur-e-s en études féministes, genre et sexualités : http://www.efigies.org).

MIE, salle des conférences, Maison des Initiatives Étudiantes – 50, rue des Tournelles, 75003 à Paris

Participation :

Toutes les personnes intéressées par le thème sont les bienvenues (jeunes chercheurs, enseignants-chercheurs, docteurs, non-doctorants, étudiants, non étudiants, etc.) en essayant de nous prévenir par mail : normesetpsychanalyse@gmail.com

Appel à proposition :

Les propositions sont attendues par mail (argument, champ de recherche ou sujet de thèse, bibliographie, etc.)

Formation doctorale :

La participation à l’atelier est valorisée pour les formations doctorales (si votre ED l’accepte).

Programme :

- 1ère séance, le mercredi 20 novembre, « Sexe, genre, … en psychanalyse ? », avec Vincent Bourseul et Sara Piazza.
Qu’est-ce que le genre pour la psychanalyse ? Et le sexe ?… La psychanalyse n’a pas de définition ni de l’un ni de l’autre. Alors comment pense-t-elle les transfor- mations du sexe et du genre, leurs performances, leurs créations psychiques et corporelles ? À partir de l’expérience de la chirurgie vulvaire et de la clinique du genre en psychanalyse, nous ouvrirons cet atelier par une large discussion sur la norme, le sexe et le genre dans la théorie et la pratique psychanalytique.

- 2ème séance, le mercredi 18 décembre, « Lecture collective, texte de Susan Bordo », avec Mira Younes.
Imprégnée des feminist, gender et cultural studies, Susan Bordo participe d’un vaste mou- vement de relectures politiques des « pathologies » et symptômes qui ne relevaient que des savoirs médicaux et psy. Ces relectures qui conçoivent le corps comme site d’inscrip- tion mais aussi de résistances sont discutées dans ce texte, s’agissant de normes de la féminité historiquement situées. Quels dialogues éventuels avec la psychanalyse (issue de la clinique de l’hystérie) cette réinterprétation des symptômes « féminins » permet-elle, et selon quelle épistémologie ? On proposera ultérieurement une mise en perspective de ce texte avec les « savoirs situés » qu’appelle de ses vœux Donna Haraway.

- 12 février, 19 mars, 9 avril et 18 juin.

Contact :

normesetpsychanalyse@gmail.com

Normes, trans-identités et inventions des sexualités. Samedi 29 novembre 2014

À partir de l’expérience trans-identitaire des parcours transgenres ou transsexuels, cette journée a pour but d’explorer et rendre compte des possibilités de création des sexualités et des identités. Les normes individuelles et
collectives contraignent et rendent possible la construction de l’identité, le développement de la sexualité. Quand les conditions subjectives l’exigent, ces normes sont déplacées, réinventées pour soutenir un effort de dépassement, de transition, de création et de transgression. Tout ceci interroge les normes morales, sociales, les pratiques médicales, psychanalytiques ou philosophiques qui participent de facto de la limitation ou de l’innovation de ces figures contemporaines. Cette journée s’inscrit dans le cycle «Normes, différences sexuelles et pratiques médicales» organisé par les laboratoires CRPMS (EA 3522, UFR d’Etudes Psychanalytiques, Université Paris Diderot-Paris 7), et SPHERE
(UMR7219, CNRS – Université Paris Diderot-Paris 7). La 1ère journée (17 oct. 2014) avait pour thème «Construction de l’identité et différence sexuelle», la 3ème (2015) sera consacrée à «Médecine procréative, différences sexuelles et égalités des sexes».

Contacts : Vincent Bourseul vincent.bourseul@gmail.com et Marie Gaille mariegaille@yahoo.fr

Amphi 8C – Hall C
16, rue Françoise Dolto 75013 Paris
M° 14 – Bibliothèque François Mitterand
9H00 – 18H00
Entrée libre

Programme

9h00 Accueil

9h30 Ouverture – Vincent Bourseul, Facebook, Marguerite Duras et le BDSM

10h00 Présidente de séance – Laurie Laufer

Laurence Hérault, L’approche médicale de l’autopréservation du sperme des femmes trans entre

Geneviève Morel, Genre et interpellations

11h20 pause

11h50 Président de séance – Thamy Ayouch

Romain Weigert, Réassignation sexuelle chirurgicale : reconstruction ou esthétique ?

Karine Espineira, Processus croisés de genration et de dégenration des sujets trans dans les

13h10 déjeuner

14h30 Présidente de séance – Catherine Desprats-Péquignot

Hélène Hazera, Bulent Ersoy la turque, Miwa la japonaise, deux cultures, deux chanteuses trans.

15h50 pause

16h20 Président de séance – Alain Vanier

Arnaud Alessandrin, Psychiatrisation / Pathologisation / Médicalisation : où en est la question

18h00 conclusions – Alain Vanier

Séminaire Corps Vulnérables. Université de Strasbourg

GENRE, CORPS ET VULNÉRABILITÉ : NORMES MÉDICALES, ETHIQUES ET POLITIQUES
DE L’INTÉGRITÉ CORPORELLE ET DE LA SEXUALITÉ
PROGRAMME 2014-­‐2015
Org. Sandra BOEHRINGER, Estelle FERRARESE et Jean-­‐Christophe
WEBER

Muriel SALLE (Université de Lyon 1)

Hermaphrodites et invertis dans le discours médical à la Belle Époque. Corps vulnérables ou corps coupables ? »

Lundi 8 décembre, 18-20h, Misha, salle Europe (RdC)

L’entrée est libre à toute personne intéressée et l’UE SO63KU6 (Master Ethique et sociétés)
peut être validée.

Contacts : s.boehringer@unistra.fr, ferrarese@unistra.fr, jcweber@unistra.fr
Télécharger le programme : http://www.genre-universite-strasbourg.org

JE paternité et sante mentale : 2 décembre 2014

A father dips his displeased child into water from the new Artesian well in Grenelle; he emerges covered in filth.
Lithograph by H. Daumier, 1841. Bauger, Paris , Imp. d’Aubert & C.ie

 Avec le soutien du « défi genre 2014 – CNRS » dans le cadre du projet : Genre et santé mentale : quels outils pour la prise  en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et normes (porté par EA 4569 Université Paris Descartes).

MMSH-Aix-en-Provence

Salle Duby

 

9 h 30 Ouverture de la journée

Brigitte MARIN, Directrice de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (USR 3125).

Nolwenn LECUYER, Chargée de mission «Egalité Hommes-Femmes», AMU.

 

10 h – 12 h 30

Présidence : Dorothée DUSSY

(CNRS Centre Norbert Elias Marseille)

 

Introduction

Francesca ARENA (Université de Genève / Telemme),

Silvia CHILETTI (C. Koyré), Jean-Christophe COFFIN (Paris Descartes)

 

François POINSO (Serv. de Pédopsychiatrie Hôpital Ste Marguerite, CHU de Marseille)

Positionnements paternels, et différentes complications, dans l’expérience d’un pédopsychiatre

 

Pause café

 

Tristan RENARD (LISST- Cers, Université Toulouse 2 le Mirail),

Sébastien SAETTA (Cermes3, Inserm)

Psychiatrie et inceste : entre expertise et prise en charge

 

Discussion

 

 

13 h 45 – 15 h 30

Présidence : Christine DOURLENS

Université Jean Monnet de Saint-Etienne / Triangle – UMR 5206

 

Patricia ROSSI (psychologue clinicienne, psychanalyste Marseille)

Turbulences autour de l’engendrement, l’infantile et le pulsionnel à la source

 

Laurence HERAULT (AMU-Idemec)

La paternité transgenre en PMA: histoire d’un trouble

 

Discussion

 

Pause café

15 h 30 – 17 h 30

Présidence : Irène PURSELL FRANÇOIS

(CHU de Dijon / Université de Bourgogne / LEM EA 4569)

 

Agnès MARTIAL (CNE, Marseille)

Les pères et la folie des mères : retour sur des récits de paternité « solitaire »

 

Nine M-C GLANGEAUD-FREUDENTHAL (psychologue-chercheur INSERM / Marcé Society)

Forces et difficultés psychologiques des pères autour de la naissance d’un enfant et du ‘devenir père’

 

Discussion

 

Conclusions : Anne-Sophie VOZARI (IRIS)

 

Pour info : gendpsy@gmail.com

Plan d’accès MMSH :

http://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/plan-acces/Pages/default.aspx

Atelier EFiGiES : psychanalyse(s) et savoirs situés

Nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en place d’un nouvel atelier EFiGiES :

«psychanalyse(s) et savoirs situés», qui commencera le 10 novembre prochain à 19h45 à la MIE – Labo 13 (15, rue Jean-Antoine de Baif, Paris 13e).

La première séance sera consacrée à une introduction collective ainsi qu’à une intervention de

Noémie Marignier (IEC): Les « discours psy » de l’intersexuation.

Vous trouverez plus bas la présentation détaillée de l’atelier et la suite du programme,

En attendant de vous retrouver nombreu-ses-x,

Les coordinatrices de l’atelier: Laure Basile, Clémence Moreau et Mira Younes.

————————————————————————————————–

Atelier EFiGiES 2014/ 2015

psychanalyse(s) et savoirs situés

Contact: psychanalyses.savoirs.situes@mailoo.org

Carnet Hypothèses: http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/psychanalyses-et-savoirs-situes

Organisation :

La 1ère séance aura exceptionnellement lieu un lundi 10 novembre 2014 à 19h45, MIE-Labo 13 (15, rue Jean-Antoine de Baïf, 75013).

Les séances suivantes auront lieu les 1ers jeudi du mois (sauf janvier) à 19h45, MIE Bastille (50, rue des Tournelles, 75003).

Les places étant limitées, mieux vaut s’inscrire pour chaque séance en envoyant un mail à l’adresse indiquée ci-dessus.

Programme de l’atelier :

– 10 novembre 2014:

Introduction collective de l’atelier.

Les « discours psy » de l’intersexuation, avec Noémie Marignier (IEC).

– 4 décembre 2014:

« Silence public, terreur privée ». À propos d’un article de Dorothy Allison, avec Gabrielle Schnee (Paris 13).

– 5 février 2015 :

Clinique trans’ et « maltraitance théorique », avec Laure Basile (Paris 8) et Clémence Moreau, psychologue clinicienne.

– 5 mars 2015 :

Psychanalyse et hétéronormativité, avec Tiphaine Besnard (Paris 8).

– 16 avril 2015 :

En finir avec « l’hystérie? » Du dark continent au pulsionnel a-politique, avec Mira Younes (Paris 13).

– 7 mai 2015 :

Démocratiser l’espace thérapeutique : questions autour de la réalisation concrète d’une philosophie féministe de la psychothérapie, avec Stéphanie Pache (Université de Lausanne, Suisse).

– 4 juin 2015 :

Séance ouverte aux participant-e-s qui souhaiteraient intervenir.

Présentation:

C’est à partir des manques et écueils des formations universitaires en psychologie et psychanalyse que nous avons décidé de mettre en place cet atelier dans le cadre d’EFiGiES. Dans une perspective de déconstruction/reconstruction des savoirs qui informent les pratiques cliniques, nous prendrons appui sur les épistémologies féministes (standpoint theory, gender studies, intersectionnalité, queer theory), ainsi que sur certains apports contemporains de la linguistique, de la sociologie, des cultural et subaltern studies, etc. Nous désirons construire un espace de questionnements et de co-formation transdisciplinaire ouvert aux savoirs mineurs.

***

L’invention de « la » psychanalyse a immédiatement provoqué l’émergence de courants critiques, à l’intérieur et hors des milieux psy. Or ces critiques sont trop peu reçues et envisagées comme un potentiel levier de réinvention. Pourtant, dès ses origines, « la » psychanalyse s’est rêvée et revendiquée non-autoritaire, non-experte et ouverte aux divers savoirs dans le soutien de leur réflexivité. Du moins, c’est ce que demandaient les premières patientes de Freud, dites «hystériques», elles aussi « inventeuses » d’une certaine pratique clinique.

C’est dans cette perspective critique, de réélaboration collective des outils psychanalytiques, théoriques et techniques, que nous envisageons cet atelier. Nous souhaitons mettre au travail certains concepts essentialisants, pathologisants (castration, phallus, Nom-du-Père, perversion) contribuant à la réitération de normes excluantes, et interroger l’utilisation plaquée de certaines hypothèses, provoquant ce qu’il convient d’appeler une « maltraitance théorique ». Pour autant que nous nous orientons vers une clinique éthique, nous ne pouvons faire l’impasse sur les entrelacs entre savoir et pouvoir. Partant du présupposé qu’en position de thérapeute ou d’analyste, nos silences, nos paroles, nos actes ont des conséquences parfois majeures dans les processus de subjectivation des patient.e.s : quelles sont les limites éthiques quant à la volonté de savoir ? Quelle interprétation est légitime ? Y a-t-il une parole experte ?

La revendication principale des épistémologues féministes du « point de vue » (standpoint theory) se rapporte à l’importance de situer les savoirs, notamment ceux formulés à partir d’une position d’énonciation non marquée et tendanciellement universelle. Ce point de vue de nulle part, laisse hors champ tant les privilèges des énonciateurs (de genre, de classe, de « race », d’apparente « normalité », entre autres) que les structures institutionnelles qui président à la production théorique et sa transmission. Nous pensons qu’il n’y a pas, d’une part, des discours objectifs d’experts, et d’autre part des savoirs situés et subjectifs. Tout discours est amené à occuper une fonction politique dans un contexte précis et selon des enjeux qui le traversent… Et nous pensons qu’il n’est pas d’énonciation qui soit indemne de l’inconscient. En tant qu’ils ne se cachent pas d’être subjectivement incarnés (embodied knowledge) et historiquement construits, des savoirs situés, partiels et partiaux, ne nous donnent aucune grille d’interprétation infaillible. Ils ouvrent en revanche à une position d’énonciation mesurée, à la prise en compte de l’hégémonie des savoirs et à la mise en valeur du malentendu. C’est à la fois le sens de l’engagement politique, et la pratique des clinicien.ne.s que nous sommes qui s’en trouvent modifiés.

Nous aimerions en d’autres termes penser l’intrication du social, du psychique et du politique, tout en faisant place à la diversité et à l’hétérogène en clinique. Pour nous, la rencontre clinique suppose un va et vient permanent entre ces dimensions. Nous espérons ainsi contribuer à intégrer dans nos pratiques, la coexistence d’une sensibilité à la question des enjeux de domination et du pouvoir des normes en tant qu’ils constituent les subjectivités, et d’une attention non essentialisante au singulier. Le parti pris des « savoirs situés » nous semble résumer cette tension.

***

Les séances de « Psychanalyses et savoirs situés » s’adressent tant aux curieux et curieuses de tous bords qu’aux étudiant.e.s en psychologie, aux clinicien.ne.s et aux chercheur.e.s en diverses disciplines. Nous aimerions mettre l’accent sur l’échange et le débat, en proposant des présentations synthétiques, privilégiant les temps de discussion. Ceux-ci peuvent être saisis pour questionner les apports théoriques mobilisés, qu’ils soient psychanalytiques ou non.

Groupe GNP : Genre, psychiatrie et périnatalité

La prochaine séance de l’atelier Genre, normes procréatives et parentalité, intitulée « Genre, psychiatrie et périnatalité. Approches historique et sociologique », se tiendra le lundi 29 septembre 2014, sur le site Pouchet, 59-61 rue Pouchet (métro Guy Môquet ou Brochant, ou Porte de Clichy). La salle sera précisée à l’accueil.

Cette 5ème séance du groupe de travail GNP se tiendra en association avec le programme de recherche « Genre et santé  mentale : quels outils pour la prise en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et normes », financé par le « Défi genre 2014 » du CNRS .

Le programme de la journée thématique « Genre, psychiatrie et périnatalité. Approches historique et sociologique »
Coordonnée par Anne-Sophie Vozari (doctorante en sociologie, IRIS, EHESS) et Sébastien Saetta (Post-doctorant en sociologie, Cermes 3, Université Paris-Descartes/Inserm).
Matinée (9h30- 12h30) :
Intervenantes
« Genre, parentalité et médicalisation du psychisme XIXe et XXe siècles »
Francesca Arena (post-doctorante en histoire, Université de Genève / Chercheure associée à TELEMME Aix-en-Provence)
« Genre, psychiatrie et justice entre XIXe et XXe siècles: l’exemple de l’infanticide et du déni de grossesse »
Silvia Chiletti (post-doctorante en histoire des sciences, Centre Alexandre Koyré)
Discutante :
Hélène Bretin (MCF Université Paris 13, Sociologie, IRIS)
Lectures préparatoires (diffusées aux participant.e.s sur demande) :
– Francesca Arena, « La maternité : entre santé et pathologie. L’histoire des délires puerpéraux à l’époque moderne et contemporaine », Histoire, médecine et santé, n°3, 2013, p.101-113
– Francesca Arena, « Un cerveau dans le ventre ou un utérus dans la tête ? Représentations et pratiques médicales autour du corps maternel (XVII-XIXe sicèles), Sextant, n°30, 2013, p. 79-91
– Silvia Chiletti, « Grossesse ignorées au prisme de l’infanticide. Savoirs médicaux et décisions de justice au XIXe siècle »
Après-midi (14h-17h) :
– Compte rendu de lecture de l’ouvrage d’Elie Lee, Abortion, Motherhood and Mental Health : The Medicalization of Reproduction in the U.S. and Britain, Social Problems and Social Issues. New York, Aldine Transaction, 2003. Présenté par Anne-Sophie Vozari
– Présentation d’une bibliographie commentée autour de Genre et santé mentale par Sébastien Saetta
Nous espérons vous voir nombreux.ses ce 29 septembre !
Pour consulter le programme régulièrement mis à jour : http://efigies-ateliers.hypotheses.org/1481
Pour toute proposition ou demande de renseignement, vous pouvez nous contacter par mail : gnp.santeetsociete@gmail.com
Les coordinatrices : Irène-Lucile Hertzog (CERReV, Caen),  Marie Mathieu (Cresppa-CSU, Paris 8/IREF, UQAM) et  Lucile Ruault (CERAPS, Lille 2)
 
Avec le soutien d’EFiGiES, du Réseau des jeunes chercheur.e.s Santé & Société, du Ring et de la MSH Paris-Nord.

Appel à communications pour le colloque « Genre et santé » (8-9 juin 2015)

Colloque de l’ Institut Emilie du Châtelet en partenariat avec l’Inserm

Image 1

Appel à communication

 

Comparées aux autres domaines de la vie sociale, sphères politique, professionnelle et familiale, les inégalités en matière de santé frappent d’emblée par un trait particulier : les femmes semblent avoir une position plus favorable, leur espérance de vie étant plus élevée que celle des hommes. Toutefois, si elles vivent plus longtemps que les hommes, elles passent aussi plus d’années qu’eux en mauvaise santé et présentent des taux de morbidité bien différents de ceux des hommes, aux différents âges et pour nombre de pathologies.

L’histoire de leurs corps peut être marquée par leur appartenance de sexe (maladies liées à la
grossesse et à l’accouchement, cancer des organes reproductifs) mais aussi par leur appartenance de genre (effets des métiers « féminins », stress liés aux cumuls des tâches familiales et professionnelles, violences physiques et psychiques, etc.). L’histoire des corps masculins renvoie aussi aux poids de la biologie (cancers des organes sexuels masculins) et des rapports de genre (effets des métiers « masculins », alcoolisme, tabagisme etc.).
Si les différences selon le sexe sont bien établies dans les enquêtes de santé publique, force est de
constater que les recherches se donnant pour objet de comprendre de tels écarts dans une perspective de genre restent encore rares, notamment en France. Une pensée naturalisante des stéréotypes de genre, encore prégnante même dans les revues scientifiques prestigieuses, tend à réifier l’idée d’une constitution féminine différente d’une constitution masculine. De fait, les disparités de santé entre les sexes sont encore bien souvent interprétées à l’aune des constitutions physiques des femmes et des hommes sans s’interroger sur le poids des représentations du masculin et du féminin et des pratiques sociales genrées, et sur l’articulation entre différentes formes d’inégalités et de relations de pouvoir.
Cette faible prise en compte de la dimension de genre dans le champ de la santé est à mettre en lien
avec le recours tardif en France à ce cadre d’analyse, et notamment à l’articulation du genre avec d’autres rapports sociaux. Mais c’est aussi parce que le genre est rarement pensé comme un rapport social producteur d’inégalités de santé.
Ce colloque interrogera les modalités d’incorporation des différences de sexe/genre dans notre
compréhension du normal et du pathologique, sur les effets de la biologie sur le genre, et du genre sur la biologie. Il s’agira également de questionner la systématicité de la bipartition de la population selon le sexe pour rendre compte des inégalités sociales de santé tandis que la distinction entre sexe et genre devient l’objet d’une interrogation de plus en plus complexe.
Ce colloque pluridisciplinaire se donne ainsi pour objectif de comprendre comment les rôles sociaux
liés au genre tendent à orienter la façon dont les femmes et les hommes sont (i) exposé.e.s différemment à des problèmes de santé, (ii) comment elles et ils se représentent les affections qui les touchent et (iii) ont ou non recours au système de soins, (iv) et comment les réponses des professionnels de santé se construisent différemment selon le sexe de leurs patients.
On analysera en particulier la façon dont le genre participe à construire les troubles de la vie psychique, les représentations des maladies comme le cancer et les affections cardio-vasculaires, les questions de santé sexuelle et reproductive, dans des contextes sociaux, professionnels et de soins eux-mêmes genrés.
Les propositions de communication (2 pages) accompagnées d’un CV seront déposées avant le 30
septembre 2014 via le formulaire ouvert sur le site internet de l’IEC :
http://www.institutemilieduchatelet.org/colloque-detail?id=246
Elles devront s’inscrire dans une des thématiques suivantes :
A Genre, maladie cardio-vasculaire et vieillissement
B Genre et santé au travail
C Genre et cancer
D Genre et santé mentale
E Genre et santé sexuelle
Comité d’organisation :
Armelle Andro (sociologie-démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nathalie Bajos
(sociologie-démographie, INSERM), Laurie Laufer (psychopathologie, Université Paris Diderot), Ilana Löwy (histoire des sciences biomédicales, INSERM), Pascale Molinier (psychologie, Université Paris 13 Nord), Florence Rochefort (histoire, CNRS), Catherine Vidal (neurobiologie, Institut Pasteur).
Comité scientifique :
Simone Bateman (sociologie, CNRS), Marc Bessin (sociologie, CNRS/EHESS), Mylène Botbol-Baum (philosophie, Université catholique de Louvain), Catherine Bourgain (génétique, épidémiologie, INSERM), Hélène Bretin (sociologie, Université Paris 13 Nord), Martine Bungener (économie, sociologie, CNRS), Emmanuelle Cambois (santé publique, INED), Hervé Chneiweiss (neuro-oncologie, CNRS), Emilie Counil (épidémiologie, EHESP), Daniel Delanoë (psychiatrie, INSERM), Christine Hamelin (sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin), Pierre Jouannet (biologie reproductive, professeur émérite, Université Paris-Descartes), Thierry Lang (épidémiologie sociale, INSERM), Anne Lowell (anthropologie, Université de Californie, Berkeley), Jennifer Merchant (science politique, Université Paris Panthéon-Assas), Patrick Peretti-Watel (sociologie, INSERM), Alain Smagghe (médecine gériatrique), Alain Vannier (psychanalyse,
Université Paris Diderot), Jean-Christophe Weber (médecine, Université de Strasbourg), Joëlle Wiels (biologie cellulaire, CNRS)

Coordination : Lucette Aussel (Inserm) – Sylvie Blumenkrantz (IEC

 

Congrès des études de genre en France. 3/5 septembre 2014.

A l’heure où la pertinence et la légitimité scientifiques des études de genre sont enfin reconnues en France, l’Institut du Genre CNRS/Universités organise le premier Congrès dans ce domaine à l’échelon national.

CG_bandeau

Le Congrès se tiendra du 3 au 5 septembre à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon

Il  permettra de faire la démonstration de l’importance scientifique, de la vitalité et de la diversité des études de genre en France et dans le monde francophone, en dressant  le tableau le plus complet possible des recherches menées actuellement dans ce domaine.  Le Congrès accueillera à la fois des ateliers portant sur des thématiques ou des objets de recherche déjà bien identifiés, et des ateliers portant sur des thématiques émergentes, fruits de croisements disciplinaires ou de questionnements nouveaux. En même temps qu’aux avancées scientifiques reconnues, place sera donnée aux tournants épistémologiques récents et aux nouvelles perspectives théoriques. Enfin, suivant les engagements scientifiques de l’Institut du Genre, recherches interdisciplinaires, approches transversales et confrontations inédites de langages et de paradigmes, seront à l’honneur.

 

Nous signalons trois sessions concernant les thèmes du genre et de la santé mentale :

 

Ven. 05/09 de 9h à11h

Des maladies genrées à une épistémologie du genre de la santé mentale

Salle 104, Bât. Formation

Francesca ARENA

› Drôles de genres. Handicap intellectuel, sexes et sexualités.  – Estelle Veyron La Croix, établissement médico-social 09:00-11:00 (2h)

› Le mouvement des psychologues féministes américaines et son projet d’épistémologie féministe de la santé mentale  – Stéphanie Pache, Université de Lausanne 09:00-11:00 (2h)

› Le terme de « genre » dans la gestion médicale de l’intersexuation en France  – Michal Raz, Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société 09:00-11:00 (2h)

› Les dépressions périnatales : des troubles genrés ?  – Anne-Sophie Vozari, Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux – sciences sociales, politique, santé (ancienne affiliation INSERM), Universite de Rouen 09:00-11:00 (2h)

› Les dysphories de genre ou comment faire d’une vocation sexuée un problème psychopathologique  – Laurence Hérault, Aix-Marseille Université 09:00-11:00 (2h)

 

 

Ven. 05/09 de 9h à11h

Arts, médias et littérature

Salle 101, Bât. Formation

Arnaud ALESSANDRIN, Marielle TOULZE

› Art de la performance et performativité du genre. Essai de cartographie de la corporéité à partir performances des artistes féministes de la décennie 1970  – Clélia Barbut, Université Paris 3 11:30-13:00 (1h30)

› Figures de la transidentité dans la photographie contemporaine  – Marielle Toulze, Centre Max Weber 11:30-13:00 (1h30)

› Les corps trans dans la littérature marocaine   – Jean Zaganiaris, CERAM / EGE, Rabat, Maroc  11:30-13:00 (1h30)

› Les productions DIY comme réponse culturelle  – Karine Espineira, Laboratoire Interdisciplinaire Récits, Cultures et Sociétés 11:30-13:00 (1h30)

 

 

Ven. 05/09 de 14h30 à 16h30

Genre, norme et psychanalyse

Salle 102, Bât. Formation

Laurie LAUFER

› Atelier Genre, norme et psychanalyse  – Laurie LAUFER, Centre de recherche psychanalyse et société 14:30-16:30 (2h)

› Ce que l’intersexuation fait à la psychanalyse : ou de l’indispensable recours au genre pour penser la clinique  – Melanie Jacquot, Laboratoire de psychologie clinique 14:30-16:30 (2h)

› Maniement du genre et création du sex  – Vincent Bourseul, Vanier 14:30-16:30 (2h)

› Politique ou épistémologie du genre  – Monique David-Menard, Centre d’études du vivant 14:30-16:30 (2h)

› Psychanalyse et normes, une liaison dangereuse  – Laurie LAUFER, Centre de recherche psychanalyse et société 14:30-16:30 (2h)

› Psychanalyse et transsexualités : pour une hétérotopie théorique   – Thamy Ayouch, Université Lille III 14:30-16:30 (2h)

 

 

Les résumés des interventions sont disponibles sur le site du congrès : http://genrelyon2014.sciencesconf.org/resource/page/id/9

 

 

 

NOUVEAU PROJET : Genre et santé mentale : quels outils pour la prise en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et stéréotypes

Le projet « Genre et santé mentale : quels outils pour la prise en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et stéréotypes » vient d’être financé par le Défi Genre 2014 – Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS. Il constitue un prolongement du projet précédent « Le genre : quel défi pour la psychiatrie? Biologie et société dans les classifications et la clinique » effectué en 2013.

Le carnet « Genre et Santé Mentale » continuera donc a suivre les activités du projet, en visant à diffuser les connaissances, les actualités et les événements scientifiques concernant la place du genre dans les domaines de la santé mentale, et promouvant le dialogue entre les différentes disciplines, les professions et les acteurs.

Si vous souhaitez publier une annonce relative à ces questions, vous pouvez envoyer un mail à : gendpsy@gmail.com.

Les participants du projet :

Francesca Arena (Post-doctorante – Université de Genève)

Silvia Chiletti (Post-doctorante – Centre Alexandre Koyré)

Jean-Christophe Coffin (Maître de conférences – Université Paris Descartes – Centre Alexandre Koyré)

Michel Dugnat (Pédopsychiatre et Psychiatre – pôle universitaire de psychiatrie de l’Assistance publique-hôpitaux de Marseille)

Irène François (Professeure de Médecine légale – Université de Dijon – Université Paris Descartes)

Laurence Herault (Professeure – Aix-Marseille Université)

Sébastien Saétta (ATER – EA 4360 APEMAC)

Anne-Sophie Vozari (Doctorante – IRIS/EHESS)

 

 

Nouvelle Parution – Tableau noir : l’école et les transidentités

Sous la direction de Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira et  Arnaud AlessandrinImage 2

Pour cette quatrième édition, l’O.D.T. interroge les relations des transidentités à l’école. Comment celle-ci se comporte à leur égard ainsi qu’à l’égard de la diversité de genre ? De la France au Brésil, du Luxembourg au Canada, l’observation et l’analyse sont sans appel : l’effacement de la diversité de genre permet l’effacement des transidentités. Il s’ensuit ce « tableau noir » que cette somme d’articles explore et soumet à la lecture.

Ce livre a été dirigé par Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira et Arnaud Alessandrin, co-rédactrices de l’Observatoire Des Transidentités (http://observatoire-des-transidentites.com)

Avec les contributions de : Caroline Dayer, David Latour, Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira, Arnaud Alessandrin, Johanna Dagorn, Eric Debarbieux, Sylvie Ayral, Erik Schneider, Gabrielle Richard, Line Chamberland, Maria Rita de Assis César, SOS Homophobie, Vincent Buraud de Contact Aquitaine et Isabelle Collet.

Plus d’infos sur notre site :

Le déni de grossesse – Enjeux et acteurs de la publicisation d’une cause « secondaire » de Marion Seibert

1516230-gf

Le déni de grossesse est longtemps resté confiné à la sphère des psychiatres et des professionnels du social. A partir des années 2000, le déni de grossesse commence progressivement à faire l’objet de mobilisations revendiquant qu’il soit vu comme un problème de santé publique. Mais c’est avec l’affaire Courjault dite des « bébés congelés » qu’un tournant majeur s’opère. Le déni de grossesse est alors fortement médiatisé dans le sillage de cette histoire d’infanticide et devient un problème public de premier plan.
Cependant, le rattachement du problème à cette affaire d’infanticide obère sa définition publique et rend difficile une transformation de sa prise en charge publique. Cet ouvrage s’intéresse donc à l’éphémère entrée du déni de grossesse dans le débat public et en analyse les conséquences somme toute assez limitées, puisque la publicité n’a eu que peu d’effets sur l’action publique en direction des femmes confrontées à ce problème.
Contrairement à beaucoup de travaux sur la construction des problèmes publics, l’originalité de cette étude tient donc au l’ait qu’elle s’attache à comprendre les logiques de publicisation dans un cas de figure où celle-ci peut être analysée comme un relatif échec.

 

Marion Seibert, Le déni de grossesse. Enjeux et acteurs de la publicisation d’une cause secondaire, Paris : l’Harmattan, 2014

“NeuroGenderings III – The 1st international Dissensus Conference on brain and gender,” Lausanne, 8-10 May 2014.

cropped-ng3_4

Keynote speakers

 

Gillian Einstein

When Does a Difference Make a Difference? Examples from Situated Neuroscience
Thursday 8 May 2014, 15h30-16h30, Aula – IDEHAP

Gillian Einstein, PhD, received her AB in Art History from Harvard University and her PhD in Neuroanatomy from the University of Pennsylvania. After doing research in vision as well as Alzheimer disease at Duke University, and science administration at the National Institutes of Health, she immigrated to Canada where she is currently an Associate Professor of Psychology at the University of Toronto. She heads the Laboratory of Cognitive Neuroscience and Women’s Health where she researches the effects of estrogens and culture on women’s biologies. She has edited and annotated a book for MIT Press on foundational papers in Hormones and Behaviour, “Sex and the Brain.” She is also the founder and current director of the University of Toronto’s Collaborative Graduate Program in Women’s Health, founding member and 2014 Program Chair of the Organization for the Study of Sex Differences, and Chair of the Advisory Board of the Institute of Gender and Health of the Canadian Institutes of Health Research. Until July 1, 2013 she is Visiting Professor of Neuroscience and Gender Medicine at Linköping University, Sweden.

 

Anne Fausto-Sterling

How Your Generic Baby Acquires Gender
Thursday 8 May 2014, 18h00-19h00, Aula – IDEHAP

Anne Fausto-Sterling is the Nancy Duke Lewis Professor of Biology and Gender Studies in the Department of Molecular and Cell Biology and Biochemistry at Brown University. She has achieved recognition for works that challenge entrenched scientific beliefs while engaging with the general public. She is the author of three acclaimed books that are referenced widely in feminist and scientific inquiry, as well as scientific publications in developmental genetics and developmental biology: Myths of Gender: Biological Theories about Women and Men (Basic Books, 1985, 1992), Sexing the Body: Gender Politics and the Construction of Sexuality (Basic Books, 2000), Sex/Gender: Biology in a Social World (Routledge, 2012). Dr. Fausto-Sterling is currently focused on applying dynamic systems theory to the study of human development. Her ambition is to restructure dichotomous conversations — inside the academy, in public discourse, and ultimately in the framing of social policy — in order to enable an understanding of the inseparability of nature/nurture. She asserts that Dynamic Systems Theory permits us to understand how cultural difference becomes bodily difference. Fausto-Sterling’s current case studies in this area examines the emergence of gender differences in behavior in early childhood.

 

Rebecca Jordan-Young

Sex as Chimera: Tools for (Un)Thinking Difference
Thursday 8 May 2014, 14h30-15h30, Aula – IDEHAP

Rebecca Jordan-Young is the Tow Associate Professor of Women’s, Gender, and Sexuality Studies at Barnard College and Director of the Science and Social Difference Working Group at Columbia University. She is the author of Brain Storm: The flaws in the science of sex differences (Harvard, 2010), and many articles and book chapters at the intersection of science and social differences, especially gender, sexuality, and race. She is currently a KNAW Visiting Professor at Radboud University, The Netherlands and has been a Visiting Scholar at the Cognitive Neurosciences Division of the School for International Advanced Studies (SISSA) in Trieste, Italy (2008).

 

Georgina Rippon

Functional Neuroimaging (FNI) and Sex/Gender Research : of Differences, Dichotomies and Entanglement
Thursday 8 May 2014, 17h00-18h00, Aula – IDEHAP

Gina Rippon is Professor of Cognitive NeuroImaging in the Aston Brain Centre at Aston University. Birmingham UK. She graduated from Bedford College (University of London) with a B.Sc. (Hons.) in Psychology, London, and subsequently gained a PhD in Psychophysiology from Birkbeck College (University of London).  She has a background in psychology and neurophysiology and uses brain imaging techniques such as Magnetoencephalography (MEG), functional Magnetic Resonance Imaging (fMRI) and electroencephalography (EEG) to investigate the relationship between patterns of brain activation and human sensory, cognitive and affective processes. Her work has also focussed on ways of generating neurocognitive profiles, investigating the relationship between cortical activity patterns and cognitive and behavioural abilities (or disabilities) of individuals.   Most recently her work has been in the field of developmental disorders such as dyslexia and autism.  She is also involved in activities around the public communication of science, particularly in challenging the misuse of neuroscience to support gender stereotypes, and in work to correct the under-representation of women in STEM subjects, for example as a member of Speakers for Schools and WISE.

http://www1.aston.ac.uk/lhs/staff/az-index/rippong/

The NeuroGenderings Network

In 2010, the conference NeuroGenderings: Critical Studies of the Sexed Brain was held in Uppsala (Sweden). It brought together experts from different disciplines to identify theoretical and methodological strategies for social scientists, cultural scientists and neuroscientists to engage with radical, intersectional feminist and queer studies of the brain. Two years later, NeuroCultures — NeuroGenderings II was organized in 2012 in Vienna in order to continue the critical engagement with neuroscience and particularly to address processes of gendering in today’s rapidly emerging “neurocultures.”

Behind these international and transdisciplinary meetings lies NeuroGenderings (NG), a network which aims to elaborate innovative theoretical and empirical approaches for questions of sex/gender and sexuality for neuroscientists; to analyze the social and political underpinnings of the ongoing “cerebralization” of human life and especially of sex/gender, and to discuss the impacts of neuroscientific sex/gender research in sociopolitical and cultural fields. Some of these approaches can already be found in [2] and [24].

In cooperation with the network NeuroGenderings, the Laboratory of Sociology (LabSo) and the Institute of Social Sciences at the University of Lausanne will host a three-day conference entitled “NeuroGenderings III – The 1st international Dissensus Conference on brain and gender,” 8-10 May 2014. We encourage submissions from scholars and students from all domains in the humanities, in the social, biological and medical sciences, including clinical practice, to discuss current developments — and alternatives to the existing research trends, models and practices— in the areas of brain, sex/gender and sexuality.

Dossier « Masculinités trans »

Nous sommes ravi.e.s de vous annoncer la parution de la première partie du dossier «  Masculinités trans » sur le site de l’Observatoire des Transidentités. Ici vous trouverez un aperçu et les liens pour l’accès.

Masculinités trans : Introduction, ODT. Le 31 mars était la journée mondiale de visibilité trans. Malheureusement, cette journée est, elle aussi, restée invisible aux yeux du grand public. Mise en abîme sinistre lorsqu’on connaît les difficultés liées aux parcours trans. Sans prétention à l’exhaustivité, nous tenions ce mois-ci, ainsi que le mois prochain, à donner la parole à celles et ceux qui luttent pour l’élaboration d’une scène FtM en France, dans la militance, dans la culture comme dans la recherche. Lire la suite

Entretien avec Emmanuelle Beaubatie. Dans la littérature académique sur le sujet, mais aussi dans les mouvements militants trans’ et LGBT, la diversité sociale des parcours trans’ est souvent négligée. C’est ce même phénomène que le Black feminism a dénoncé à propos des femmes : leurs différentes caractéristiques sociales de race, de classe et autres n’étaient alors (et ne sont toujours) pas prises en compte dans les textes comme dans les mobilisations collectives. Lire la suite

Entretien avec Transkind. Transkind est un magazine trimestriel en ligne fait pour les trans Ft* et FtM. La « logistique» (illustrations, mise en page, correction, rédaction des rubriques, réalisation des interviews) est assurée par une petite équipe affinitaire de trans masculins, mais la plupart des articles et des témoignages sont rédigés par des contributeurs occasionnels. Cela dit, il arrive aussi au « noyau dur » de participer au contenu des dossiers. Lire la suite



Parution de livre : Sabine Arnaud, L’Invention de l’hystérie au temps des lumières (1670-1820)

L’invention de l’hystérie au temps des Lumières (1670-1820)7763a83bca
Sabine Arnaud
Editions de l’EHESS
L’invention de l’hystérie nous porte au 18e siècle, lors de l’élaboration des maladies nerveuses frappant les gens du monde, hommes et femmes, et les lettrés en particulier. Qu’est ce qui se joue dans l’écriture de ce diagnostic ? À travers des textes de médecins, de patients, d’écrivains, Sabine Arnaud déchiffre toute une société.
L’hystérie au 18e siècle nous mène loin des mises en scène de Charcot et des cures de Freud. C’est le moment même de l’invention d’une catégorie pour identifier une maladie nerveuse frappant les gens du monde, hommes et femmes, et les lettrés en particulier. Mais comment établir une pathologie dont la caractérisation commence par le nombre infini de symptômes ? Des textes médicaux aux ouvrages littéraires, métaphores, citations, et anecdotes sont mises à contribution. De l’animal indocile emprunté au Timée, à un « je ne sais quoi », d’un protée à un caméléon, ou à une hydre, médecins et hommes de lettres rivalisent dans son écriture. Un jour courtisans, ils s’inventent le lendemain citoyens fervents d’une nation nouvelle ; leurs écrits déclinent l’hystérie au fur et à mesure des modes et des passions et cristallisent les craintes et les rêves d’un temps.
Découvrir ces conceptions nous porte à apprécier la médecine telle qu’elle s’écrivait au dix-huitième siècle. S’éloignant à grand pas des traités à systèmes, les médecins s’adressent alors à leurs patients au nom d’une sensibilité partagée, et publient dialogues, autobiographies et correspondances pour faciliter cet échange. Ils présentent ainsi une image de l’acte médical fondée dans la prévenance et le récit de soi. A nous de déceler les enjeux d’un diagnostic pour une médecine en pleine transformation.

SOMMAIRE

Avant-Propos
Nommer (Introduction)
Première partie. De l’usage des diagnostics, des divisions du savoir
Pathologie et différence sexuelle
Affection vaporeuse et classe sociale
Rencontres entre la sphère médicale et la sphère religieuse

Partie II. Les métaphores, ou comment donner figure à l’indéfinissable
D’un répertoire d’images : Protée, caméléon, hydre
De la répétition d’une citation, des divergences de lecture

Partie III. Mises en écrit d’une pathologie et pratiques de diffusion : L’emprunt de genres rhétoriques
Le dialogue
L’autobiographie
La correspondance fictionnelle
Les consultations par correspondance
L’anecdote

Partie IV. Code, vérité ou ruse ? Descriptions littéraires de troubles en quêtes de lecteurs
Troubles de circonstance et persiflage
Corps-vérité en attente d’exégèse
Tours de vapeurs et paroles obliques

Partie V. Mise en récit de cas pathologiques et création d’énigmes, les fonctions du narratif
À l’ombre du conte fantastique
Pièges et contre-pièges
La construction d’un secret
De l’authenticité du corps au savoir du patient

Partie VI. Jeux de rôles et redéfinitions de la médecine
Démystifier ou mystifier ? Fonder le rôle du médecin thérapeute
Stratégies de légitimation et définition du patient à venir

À rebours (Conclusion)

Du syndrome prémenstruel au trouble dysphorique prémenstruel. Une reconfiguration des représentations sur la vulnérabilité des femmes

B0003328 Anger Par Laura Piccand

Des corps fragiles et vulnérables, mais également incontrôlables (sujets à des sautes et des déséquilibres de toutes sortes), donc des corps à traiter et à contrôler.  Ces représentations du corps féminin forment un fil rouge dans l’histoire de la médecine. Naturalisation et médicalisation sont des phénomènes centraux en ce qui concerne la menstruation (Löwy 2006). Subissant transformations et adaptations au contexte socio-historique, les représentations autour de la menstruation conservent aujourd’hui un intérêt majeur pour qui s’intéresse à la thématique genre et médecine, notamment à travers l’exemple contemporain du syndrome prémenstruel (SPM). Celui-ci est une catégorie médicale mobilisée particulièrement en gynécologie. S’il n’existe pas de définition stabilisée, on peut le décrire de façon minimale comme une constellation de symptômes physiologiques (maux de ventre, tensions mammaires, rétentions liquidiennes, migraines…) et psychiques (principalement des changements dʼhumeur). Ces symptômes, qui sont décrits comme survenant dans la semaine qui précède lʼarrivée des règles et disparaissant avec elles, toucheraient environ 80% des femmes menstruées. Le syndrome prémenstruel fait l’objet, depuis une trentaine d’années, d’une réécriture psychiatrique sous le nom de «trouble dysphorique prémenstruel» (TDPM). Dans le sillage de cette réécriture, on peut observer une reconfiguration des hypothèses étiologiques sur le syndrome prémenstruel. Il y a donc un véritable intérêt à étudier la façon dont des techniques (spécifiquement une catégorie diagnostique mais également les traitements médicaux qui y sont liés) sont productrices et reproductrices de définitions genrées du corps et de la psyché.

La première mention d’une maladie appelée «tension prémenstruelle» est documentée en 1931 dans un article du gynécologue étasunien Robert T. Frank. On peut cependant remonter un peu plus loin pour observer les prémisses à la fois de intérêt pour la phase prémenstruelle, mais aussi  de lʼassociation entre faiblesse psychique et menstruation. Au début du XXe siècle, émergence de endocrinologie (Oudshoorn 2004) signifie une perte dʼimportance de lʼassociation entre menstruation et système nerveux qui avait prévalu au XIXe siècle, au profit des hormones (Fischer-Homberger 1988 : 66). Le modèle endocrinologique permet cependant d’établir fermement le lien entre symptômes psychiques et période prémenstruelle, puisqu’il permet dʼexpliquer «des plaintes concernant nʼimporte quelle partie du corps à nʼimporte quel moment du cycle menstruel», comme le relève Stolberg (2000). Cʼest cependant après la Seconde guerre mondiale que le terme de «tension prémenstruelle» se popularise et se réfère explicitement à la conjonction de symptômes émotionnels, comportementaux et somatiques que Frank avait déjà mis en avant. En 1953, les médecins britanniques Katharina Dalton et Raymond Greene, dans un article publié dans le British Medical Journal, proposent le terme «syndrome prémenstruel».

Le syndrome prémenstruel connaît une nouvelle étape dans son histoire à partir du début des années 1980, avec le développement de la catégorie diagnostique de trouble dysphorique prémenstruel. Celui-ci est développé par des psychiatres, et en particulier par lʼAssociation américaine de psychiatrie (APA), dès 1983. Il reprend les symptômes principaux du syndrome prémenstruel mais se concentre sur les symptômes psychiques (voir tableau ci-dessous). Il est considéré essentiellement comme une variante aggravée du SPM, touchant cette fois environ 3 à 8 % des femmes menstruées à qui il rendrait la vie sociale, professionnelle ou familiale difficile voire impossible. LʼAPA a voulu intégrer cette catégorie diagnostique dans le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) et sʼest heurtée à dʼimportantes polémiques, essentiellement aux Etats-Unis (voir notamment Figert 1996). Dans le DSM-III-R, publié en 1987 et dans le DSM-IV, publié en 1994, lʼAPA a finalement placé cette catégorie dans une annexe du manuel, qui rassemble des catégories qui doivent encore faire lʼobjet de recherches. L’APA a publié la cinquième version du DSM (DSM-V) en mai 2013, dans laquelle le trouble dysphorique prémenstruel est placé à la section des troubles dépressifs.

Par un phénomène de renforcement et de construction mutuels, le développement du trouble dysphorique prémenstruel comme version psychiatrique du syndrome prémenstruel est lié de près à l’industrie pharmaceutique. En effet, parmi les traitements proposés pour traiter le TDPM, un médicament a particulièrement été mis en avant aux Etats-Unis à partir des années 2000, sous le nom de Sarafem. Le composant chimique de Sarafem est la chlorhydrate de fluoxétine, un «inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine» (ISRS), originellement prescrit pour soigner la dépression. Alors que le brevet de la fluoxétine détenu par l’entreprise étasunienne Eli Lilly depuis 1987 arrivait à échéance en 2001, celle-ci a obtenu de la Food and Drug Administration (FDA) de protéger par un brevet une nouvelle indication: le traitement du trouble dysphorique prémenstruel. Le trouble dysphorique prémenstruel ouvre ainsi un grand marché potentiel à la fluoxétine, et les recherches qui sont réalisées pour prouver l’efficacité de Sarafem permettent à leur tour d’asseoir la légitimité encore contestée du trouble dysphorique prémenstruel. La production dʼun nouveau diagnostic est alors corrélée à la création dʼun traitement, et vice-versa.

Or, la mise en avant d’un médicament agissant sur les neurotransmetteurs n’est pas sans lien avec les reconfigurations des hypothèses étiologiques. Construit auparavant autour d’hypothèses étiologiques essentiellement hormonales, même si décrites de façon relativement imprécise, le syndrome prémenstruel a été peu à peu considéré  comme un trouble à l’origine «neuro-endocrinienne», cʼest à dire un cadre explicatif qui met au premier plan des hypothèses étiologiques les interactions entre hormones sexuelles et neurotransmetteurs. Si le caractère multifactoriel et encore non-définitif de l’étiologie est souvent mis en avant, le «dérèglement» du système sérotoninergique constitue néanmoins la cause privilégiée par les études les plus récentes sur le sujet. Celles-ci décrivent ainsi l’effet qu’auraient certaines hormones sexuelles sur les récepteurs sérotoninergiques. Plus récemment, une hypothèse qui abandonne presque complètement le paradigme des déséquilibres hormonaux émerge. Certains articles soulignent en effet que les changements hormonaux constatés chez les femmes diagnostiquées de syndrome prémenstruel ou de trouble dysphorique prémenstruel ne diffèrent pas de ceux observés généralement. Cʼest alors quʼest émise lʼhypothèse de la «susceptibilité augmentée» ou de la «vulnérabilité neurobiologique» qui concernerait les femmes diagnostiquées. Les changements hormonaux ne semblent plus donc être la cause des symptômes, mais cʼest plutôt la réaction à ceux-ci qui devient le lieu pathologique.

La définition de ce qu’est la vulnérabilité et ses causes est un enjeu central de la (re)production du genre dans le domaine de la santé et dans la psychiatrie en particulier. Les causes sociales de la souffrance psychique des femmes (par exemple violence et précarité des conditions de vie et de travail) sont en effet souvent invisibilisées et «minimisées au profit d’une explication en termes de «vulnérabilité naturelle»» (Vuille et al. 2006 : 12). Par l’émergence d’hypothèses étiologiques essentiellement neurologiques, la notion de cyclicité, souvent évoquée pour expliquer une prétendue vulnérabilité naturelle des femmes, sʼen voit reconfigurée : celle-ci reste, mais elle est explicitement et fortement replacée dans un cadre de «normalité». Ainsi, ce sont les femmes qui ont une «sensibilité exacerbée» à ces cycles hormonaux «normaux» qui sont en quelque sorte, et implicitement, «anormales». On peut alors dire que cʼest en dépathologisant (de façon relative) le cycle menstruel et en pathologisant le système neurologique que le syndrome prémenstruel peut alors devenir un trouble psychiatrique. La mise en avant d’une vulnérabilité située au niveau des neurotransmetteurs (bien que toujours liée au cycle hormonal) est certainement liée à l’essor des neurosciences ainsi qu’à l’intérêt de la biomédecine pour la recherche sur les facteurs génétiques. On pourrait  ainsi se demander si cette évolution porte en elle un changement dans la représentation des femmes comme catégorie d’êtres humains fragiles et victimes de leur propre physiologie. On sait en effet qu’avec l’existence de catégories diagnostiques qui lient cycles hormonaux et souffrance psychique, ce nʼest pas seulement une minorité de femmes qui ont été catégorisées comme souffrant dʼun problème psychique qui les fragilisent et les empêchent de mener une vie sociale «normale», mais cʼest lʼensemble des femmes qui sont perçues comme plus faibles et instables. En effet, en confirmant la relation supposée entre hormones féminines, cycle(s) féminin(s) et problèmes psychiques et physiques, on représente le corps féminin comme plus fragile et plus instable que le corps masculin (Löwy 2006 : 151). Or, comme le rappellent Lorber et Moore (2002), la régularité et le contrôle des fonctions corporelles sont très valorisées par la science occidentale et par la perspective biomédicale en particulier (2002 : 73).

Laura Piccand (www.unige.ch/etudes-genre/Equipe-1/LauraPiccand.html)

Institut des Etudes genre, Université de Genève et Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique, Université de Lausanne

 

Tiré de:Piccand, Laura (2013). « Du syndrome prémenstruel au trouble dysphorique prémenstruel. Façonnements locaux de catégories diagnostiques et reconfiguration des représentations sur la vulnérabilité des femmes » in Knittel, Fabien et Raggi, Pascal (dir.). Genre et Techniques. XIXe-XXIe siècle. Rennes: Presses universitaires de Rennes, pp. 141-151.

 

Références bibliographiques

FIGERT, Anne E. (1996). Women and the Ownership of PMS : The Structuring of psychiatrics disorder. Hawthorne, NY : Aldine de Gruyter.

 

FISCHER-HOMBERGER, Esther (1988 [1984]). Krankheit Frau : Zur Geschichte der Einbildungen.

Mit Zahlreichen Abbildungen. Darmstadt : Sammlung Luchterland, 160 p.

 

FRANK, Robert T. (1931). «The hormonal Causes of Premenstrual Tension», Archives of Neurology and Psychiatry, vol. 26, pp. 1053-1057.

 

GREENE, Robert et DALTON, Katharina (1953). «The premenstrual syndrome», British Medical Journal, no 100, pp. 1-14.

 

LORBER, Judith et MOORE, Lisa Jean (2002). Gender and the Social Construction of Illness. Walnut Creek : Altamira Press, 184 p.

 

LÖWY, Ilana (2006). Lʼemprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité. Paris : La Dispute, 277 p.

 

OUDSHOORN, Nelly (2004). Beyond the Natural Body. An archeology of sex hormones. London & New York : Routledge, 1994, 195 p.

 

STOLBERG, Michael (2000). « The Monthly malady : A history of premenstrual suffering » in Medical History, 44, 301-322.

 

VUILLE, Marilène, REY, Séverine, FUSSINGER, Catherine et CRESSON, Geneviève (2006). «La santé est politique», édito in Nouvelles Questions Féministes Vol. 25, No 2, pp. 4-15.