Atelier Normes et Psychanalyse. Paris MIE

arton3000Atelier de recherche commun à Psychadoc (le séminaire des doctorants de l’école doctorale Recherches en Psychanalyse : http://psychadoc.com/) et ÉFiGiES (association des jeunes chercheur-e-s en études féministes, genre et sexualités : http://www.efigies.org).

MIE, salle des conférences, Maison des Initiatives Étudiantes – 50, rue des Tournelles, 75003 à Paris

Participation :

Toutes les personnes intéressées par le thème sont les bienvenues (jeunes chercheurs, enseignants-chercheurs, docteurs, non-doctorants, étudiants, non étudiants, etc.) en essayant de nous prévenir par mail : normesetpsychanalyse@gmail.com

Appel à proposition :

Les propositions sont attendues par mail (argument, champ de recherche ou sujet de thèse, bibliographie, etc.)

Formation doctorale :

La participation à l’atelier est valorisée pour les formations doctorales (si votre ED l’accepte).

Programme :

- 1ère séance, le mercredi 20 novembre, « Sexe, genre, … en psychanalyse ? », avec Vincent Bourseul et Sara Piazza.
Qu’est-ce que le genre pour la psychanalyse ? Et le sexe ?… La psychanalyse n’a pas de définition ni de l’un ni de l’autre. Alors comment pense-t-elle les transfor- mations du sexe et du genre, leurs performances, leurs créations psychiques et corporelles ? À partir de l’expérience de la chirurgie vulvaire et de la clinique du genre en psychanalyse, nous ouvrirons cet atelier par une large discussion sur la norme, le sexe et le genre dans la théorie et la pratique psychanalytique.

- 2ème séance, le mercredi 18 décembre, « Lecture collective, texte de Susan Bordo », avec Mira Younes.
Imprégnée des feminist, gender et cultural studies, Susan Bordo participe d’un vaste mou- vement de relectures politiques des « pathologies » et symptômes qui ne relevaient que des savoirs médicaux et psy. Ces relectures qui conçoivent le corps comme site d’inscrip- tion mais aussi de résistances sont discutées dans ce texte, s’agissant de normes de la féminité historiquement situées. Quels dialogues éventuels avec la psychanalyse (issue de la clinique de l’hystérie) cette réinterprétation des symptômes « féminins » permet-elle, et selon quelle épistémologie ? On proposera ultérieurement une mise en perspective de ce texte avec les « savoirs situés » qu’appelle de ses vœux Donna Haraway.

- 12 février, 19 mars, 9 avril et 18 juin.

Contact :

normesetpsychanalyse@gmail.com

Séminaire Corps Vulnérables. Université de Strasbourg

GENRE, CORPS ET VULNÉRABILITÉ : NORMES MÉDICALES, ETHIQUES ET POLITIQUES
DE L’INTÉGRITÉ CORPORELLE ET DE LA SEXUALITÉ
PROGRAMME 2014-­‐2015
Org. Sandra BOEHRINGER, Estelle FERRARESE et Jean-­‐Christophe
WEBER

Muriel SALLE (Université de Lyon 1)

Hermaphrodites et invertis dans le discours médical à la Belle Époque. Corps vulnérables ou corps coupables ? »

Lundi 8 décembre, 18-20h, Misha, salle Europe (RdC)

L’entrée est libre à toute personne intéressée et l’UE SO63KU6 (Master Ethique et sociétés)
peut être validée.

Contacts : s.boehringer@unistra.fr, ferrarese@unistra.fr, jcweber@unistra.fr
Télécharger le programme : http://www.genre-universite-strasbourg.org

JE paternité et sante mentale : 2 décembre 2014

A father dips his displeased child into water from the new Artesian well in Grenelle; he emerges covered in filth.
Lithograph by H. Daumier, 1841. Bauger, Paris , Imp. d’Aubert & C.ie

 Avec le soutien du « défi genre 2014 – CNRS » dans le cadre du projet : Genre et santé mentale : quels outils pour la prise  en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et normes (porté par EA 4569 Université Paris Descartes).

MMSH-Aix-en-Provence

Salle Duby

 

9 h 30 Ouverture de la journée

Brigitte MARIN, Directrice de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (USR 3125).

Nolwenn LECUYER, Chargée de mission «Egalité Hommes-Femmes», AMU.

 

10 h – 12 h 30

Présidence : Dorothée DUSSY

(CNRS Centre Norbert Elias Marseille)

 

Introduction

Francesca ARENA (Université de Genève / Telemme),

Silvia CHILETTI (C. Koyré), Jean-Christophe COFFIN (Paris Descartes)

 

François POINSO (Serv. de Pédopsychiatrie Hôpital Ste Marguerite, CHU de Marseille)

Positionnements paternels, et différentes complications, dans l’expérience d’un pédopsychiatre

 

Pause café

 

Tristan RENARD (LISST- Cers, Université Toulouse 2 le Mirail),

Sébastien SAETTA (Cermes3, Inserm)

Psychiatrie et inceste : entre expertise et prise en charge

 

Discussion

 

 

13 h 45 – 15 h 30

Présidence : Christine DOURLENS

Université Jean Monnet de Saint-Etienne / Triangle – UMR 5206

 

Patricia ROSSI (psychologue clinicienne, psychanalyste Marseille)

Turbulences autour de l’engendrement, l’infantile et le pulsionnel à la source

 

Laurence HERAULT (AMU-Idemec)

La paternité transgenre en PMA: histoire d’un trouble

 

Discussion

 

Pause café

15 h 30 – 17 h 30

Présidence : Irène PURSELL FRANÇOIS

(CHU de Dijon / Université de Bourgogne / LEM EA 4569)

 

Agnès MARTIAL (CNE, Marseille)

Les pères et la folie des mères : retour sur des récits de paternité « solitaire »

 

Nine M-C GLANGEAUD-FREUDENTHAL (psychologue-chercheur INSERM / Marcé Society)

Forces et difficultés psychologiques des pères autour de la naissance d’un enfant et du ‘devenir père’

 

Discussion

 

Conclusions : Anne-Sophie VOZARI (IRIS)

 

Pour info : gendpsy@gmail.com

Plan d’accès MMSH :

http://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/plan-acces/Pages/default.aspx

Atelier EFiGiES : psychanalyse(s) et savoirs situés

Nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en place d’un nouvel atelier EFiGiES :

«psychanalyse(s) et savoirs situés», qui commencera le 10 novembre prochain à 19h45 à la MIE – Labo 13 (15, rue Jean-Antoine de Baif, Paris 13e).

La première séance sera consacrée à une introduction collective ainsi qu’à une intervention de

Noémie Marignier (IEC): Les « discours psy » de l’intersexuation.

Vous trouverez plus bas la présentation détaillée de l’atelier et la suite du programme,

En attendant de vous retrouver nombreu-ses-x,

Les coordinatrices de l’atelier: Laure Basile, Clémence Moreau et Mira Younes.

————————————————————————————————–

Atelier EFiGiES 2014/ 2015

psychanalyse(s) et savoirs situés

Contact: psychanalyses.savoirs.situes@mailoo.org

Carnet Hypothèses: http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/psychanalyses-et-savoirs-situes

Organisation :

La 1ère séance aura exceptionnellement lieu un lundi 10 novembre 2014 à 19h45, MIE-Labo 13 (15, rue Jean-Antoine de Baïf, 75013).

Les séances suivantes auront lieu les 1ers jeudi du mois (sauf janvier) à 19h45, MIE Bastille (50, rue des Tournelles, 75003).

Les places étant limitées, mieux vaut s’inscrire pour chaque séance en envoyant un mail à l’adresse indiquée ci-dessus.

Programme de l’atelier :

– 10 novembre 2014:

Introduction collective de l’atelier.

Les « discours psy » de l’intersexuation, avec Noémie Marignier (IEC).

– 4 décembre 2014:

« Silence public, terreur privée ». À propos d’un article de Dorothy Allison, avec Gabrielle Schnee (Paris 13).

– 5 février 2015 :

Clinique trans’ et « maltraitance théorique », avec Laure Basile (Paris 8) et Clémence Moreau, psychologue clinicienne.

– 5 mars 2015 :

Psychanalyse et hétéronormativité, avec Tiphaine Besnard (Paris 8).

– 16 avril 2015 :

En finir avec « l’hystérie? » Du dark continent au pulsionnel a-politique, avec Mira Younes (Paris 13).

– 7 mai 2015 :

Démocratiser l’espace thérapeutique : questions autour de la réalisation concrète d’une philosophie féministe de la psychothérapie, avec Stéphanie Pache (Université de Lausanne, Suisse).

– 4 juin 2015 :

Séance ouverte aux participant-e-s qui souhaiteraient intervenir.

Présentation:

C’est à partir des manques et écueils des formations universitaires en psychologie et psychanalyse que nous avons décidé de mettre en place cet atelier dans le cadre d’EFiGiES. Dans une perspective de déconstruction/reconstruction des savoirs qui informent les pratiques cliniques, nous prendrons appui sur les épistémologies féministes (standpoint theory, gender studies, intersectionnalité, queer theory), ainsi que sur certains apports contemporains de la linguistique, de la sociologie, des cultural et subaltern studies, etc. Nous désirons construire un espace de questionnements et de co-formation transdisciplinaire ouvert aux savoirs mineurs.

***

L’invention de « la » psychanalyse a immédiatement provoqué l’émergence de courants critiques, à l’intérieur et hors des milieux psy. Or ces critiques sont trop peu reçues et envisagées comme un potentiel levier de réinvention. Pourtant, dès ses origines, « la » psychanalyse s’est rêvée et revendiquée non-autoritaire, non-experte et ouverte aux divers savoirs dans le soutien de leur réflexivité. Du moins, c’est ce que demandaient les premières patientes de Freud, dites «hystériques», elles aussi « inventeuses » d’une certaine pratique clinique.

C’est dans cette perspective critique, de réélaboration collective des outils psychanalytiques, théoriques et techniques, que nous envisageons cet atelier. Nous souhaitons mettre au travail certains concepts essentialisants, pathologisants (castration, phallus, Nom-du-Père, perversion) contribuant à la réitération de normes excluantes, et interroger l’utilisation plaquée de certaines hypothèses, provoquant ce qu’il convient d’appeler une « maltraitance théorique ». Pour autant que nous nous orientons vers une clinique éthique, nous ne pouvons faire l’impasse sur les entrelacs entre savoir et pouvoir. Partant du présupposé qu’en position de thérapeute ou d’analyste, nos silences, nos paroles, nos actes ont des conséquences parfois majeures dans les processus de subjectivation des patient.e.s : quelles sont les limites éthiques quant à la volonté de savoir ? Quelle interprétation est légitime ? Y a-t-il une parole experte ?

La revendication principale des épistémologues féministes du « point de vue » (standpoint theory) se rapporte à l’importance de situer les savoirs, notamment ceux formulés à partir d’une position d’énonciation non marquée et tendanciellement universelle. Ce point de vue de nulle part, laisse hors champ tant les privilèges des énonciateurs (de genre, de classe, de « race », d’apparente « normalité », entre autres) que les structures institutionnelles qui président à la production théorique et sa transmission. Nous pensons qu’il n’y a pas, d’une part, des discours objectifs d’experts, et d’autre part des savoirs situés et subjectifs. Tout discours est amené à occuper une fonction politique dans un contexte précis et selon des enjeux qui le traversent… Et nous pensons qu’il n’est pas d’énonciation qui soit indemne de l’inconscient. En tant qu’ils ne se cachent pas d’être subjectivement incarnés (embodied knowledge) et historiquement construits, des savoirs situés, partiels et partiaux, ne nous donnent aucune grille d’interprétation infaillible. Ils ouvrent en revanche à une position d’énonciation mesurée, à la prise en compte de l’hégémonie des savoirs et à la mise en valeur du malentendu. C’est à la fois le sens de l’engagement politique, et la pratique des clinicien.ne.s que nous sommes qui s’en trouvent modifiés.

Nous aimerions en d’autres termes penser l’intrication du social, du psychique et du politique, tout en faisant place à la diversité et à l’hétérogène en clinique. Pour nous, la rencontre clinique suppose un va et vient permanent entre ces dimensions. Nous espérons ainsi contribuer à intégrer dans nos pratiques, la coexistence d’une sensibilité à la question des enjeux de domination et du pouvoir des normes en tant qu’ils constituent les subjectivités, et d’une attention non essentialisante au singulier. Le parti pris des « savoirs situés » nous semble résumer cette tension.

***

Les séances de « Psychanalyses et savoirs situés » s’adressent tant aux curieux et curieuses de tous bords qu’aux étudiant.e.s en psychologie, aux clinicien.ne.s et aux chercheur.e.s en diverses disciplines. Nous aimerions mettre l’accent sur l’échange et le débat, en proposant des présentations synthétiques, privilégiant les temps de discussion. Ceux-ci peuvent être saisis pour questionner les apports théoriques mobilisés, qu’ils soient psychanalytiques ou non.

Groupe GNP : Genre, psychiatrie et périnatalité

La prochaine séance de l’atelier Genre, normes procréatives et parentalité, intitulée « Genre, psychiatrie et périnatalité. Approches historique et sociologique », se tiendra le lundi 29 septembre 2014, sur le site Pouchet, 59-61 rue Pouchet (métro Guy Môquet ou Brochant, ou Porte de Clichy). La salle sera précisée à l’accueil.

Cette 5ème séance du groupe de travail GNP se tiendra en association avec le programme de recherche « Genre et santé  mentale : quels outils pour la prise en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et normes », financé par le « Défi genre 2014 » du CNRS .

Le programme de la journée thématique « Genre, psychiatrie et périnatalité. Approches historique et sociologique »
Coordonnée par Anne-Sophie Vozari (doctorante en sociologie, IRIS, EHESS) et Sébastien Saetta (Post-doctorant en sociologie, Cermes 3, Université Paris-Descartes/Inserm).
Matinée (9h30- 12h30) :
Intervenantes
« Genre, parentalité et médicalisation du psychisme XIXe et XXe siècles »
Francesca Arena (post-doctorante en histoire, Université de Genève / Chercheure associée à TELEMME Aix-en-Provence)
« Genre, psychiatrie et justice entre XIXe et XXe siècles: l’exemple de l’infanticide et du déni de grossesse »
Silvia Chiletti (post-doctorante en histoire des sciences, Centre Alexandre Koyré)
Discutante :
Hélène Bretin (MCF Université Paris 13, Sociologie, IRIS)
Lectures préparatoires (diffusées aux participant.e.s sur demande) :
– Francesca Arena, « La maternité : entre santé et pathologie. L’histoire des délires puerpéraux à l’époque moderne et contemporaine », Histoire, médecine et santé, n°3, 2013, p.101-113
– Francesca Arena, « Un cerveau dans le ventre ou un utérus dans la tête ? Représentations et pratiques médicales autour du corps maternel (XVII-XIXe sicèles), Sextant, n°30, 2013, p. 79-91
– Silvia Chiletti, « Grossesse ignorées au prisme de l’infanticide. Savoirs médicaux et décisions de justice au XIXe siècle »
Après-midi (14h-17h) :
– Compte rendu de lecture de l’ouvrage d’Elie Lee, Abortion, Motherhood and Mental Health : The Medicalization of Reproduction in the U.S. and Britain, Social Problems and Social Issues. New York, Aldine Transaction, 2003. Présenté par Anne-Sophie Vozari
– Présentation d’une bibliographie commentée autour de Genre et santé mentale par Sébastien Saetta
Nous espérons vous voir nombreux.ses ce 29 septembre !
Pour consulter le programme régulièrement mis à jour : http://efigies-ateliers.hypotheses.org/1481
Pour toute proposition ou demande de renseignement, vous pouvez nous contacter par mail : gnp.santeetsociete@gmail.com
Les coordinatrices : Irène-Lucile Hertzog (CERReV, Caen),  Marie Mathieu (Cresppa-CSU, Paris 8/IREF, UQAM) et  Lucile Ruault (CERAPS, Lille 2)
 
Avec le soutien d’EFiGiES, du Réseau des jeunes chercheur.e.s Santé & Société, du Ring et de la MSH Paris-Nord.

Congrès des études de genre en France. 3/5 septembre 2014.

A l’heure où la pertinence et la légitimité scientifiques des études de genre sont enfin reconnues en France, l’Institut du Genre CNRS/Universités organise le premier Congrès dans ce domaine à l’échelon national.

CG_bandeau

Le Congrès se tiendra du 3 au 5 septembre à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon

Il  permettra de faire la démonstration de l’importance scientifique, de la vitalité et de la diversité des études de genre en France et dans le monde francophone, en dressant  le tableau le plus complet possible des recherches menées actuellement dans ce domaine.  Le Congrès accueillera à la fois des ateliers portant sur des thématiques ou des objets de recherche déjà bien identifiés, et des ateliers portant sur des thématiques émergentes, fruits de croisements disciplinaires ou de questionnements nouveaux. En même temps qu’aux avancées scientifiques reconnues, place sera donnée aux tournants épistémologiques récents et aux nouvelles perspectives théoriques. Enfin, suivant les engagements scientifiques de l’Institut du Genre, recherches interdisciplinaires, approches transversales et confrontations inédites de langages et de paradigmes, seront à l’honneur.

 

Nous signalons trois sessions concernant les thèmes du genre et de la santé mentale :

 

Ven. 05/09 de 9h à11h

Des maladies genrées à une épistémologie du genre de la santé mentale

Salle 104, Bât. Formation

Francesca ARENA

› Drôles de genres. Handicap intellectuel, sexes et sexualités.  – Estelle Veyron La Croix, établissement médico-social 09:00-11:00 (2h)

› Le mouvement des psychologues féministes américaines et son projet d’épistémologie féministe de la santé mentale  – Stéphanie Pache, Université de Lausanne 09:00-11:00 (2h)

› Le terme de « genre » dans la gestion médicale de l’intersexuation en France  – Michal Raz, Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société 09:00-11:00 (2h)

› Les dépressions périnatales : des troubles genrés ?  – Anne-Sophie Vozari, Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux – sciences sociales, politique, santé (ancienne affiliation INSERM), Universite de Rouen 09:00-11:00 (2h)

› Les dysphories de genre ou comment faire d’une vocation sexuée un problème psychopathologique  – Laurence Hérault, Aix-Marseille Université 09:00-11:00 (2h)

 

 

Ven. 05/09 de 9h à11h

Arts, médias et littérature

Salle 101, Bât. Formation

Arnaud ALESSANDRIN, Marielle TOULZE

› Art de la performance et performativité du genre. Essai de cartographie de la corporéité à partir performances des artistes féministes de la décennie 1970  – Clélia Barbut, Université Paris 3 11:30-13:00 (1h30)

› Figures de la transidentité dans la photographie contemporaine  – Marielle Toulze, Centre Max Weber 11:30-13:00 (1h30)

› Les corps trans dans la littérature marocaine   – Jean Zaganiaris, CERAM / EGE, Rabat, Maroc  11:30-13:00 (1h30)

› Les productions DIY comme réponse culturelle  – Karine Espineira, Laboratoire Interdisciplinaire Récits, Cultures et Sociétés 11:30-13:00 (1h30)

 

 

Ven. 05/09 de 14h30 à 16h30

Genre, norme et psychanalyse

Salle 102, Bât. Formation

Laurie LAUFER

› Atelier Genre, norme et psychanalyse  – Laurie LAUFER, Centre de recherche psychanalyse et société 14:30-16:30 (2h)

› Ce que l’intersexuation fait à la psychanalyse : ou de l’indispensable recours au genre pour penser la clinique  – Melanie Jacquot, Laboratoire de psychologie clinique 14:30-16:30 (2h)

› Maniement du genre et création du sex  – Vincent Bourseul, Vanier 14:30-16:30 (2h)

› Politique ou épistémologie du genre  – Monique David-Menard, Centre d’études du vivant 14:30-16:30 (2h)

› Psychanalyse et normes, une liaison dangereuse  – Laurie LAUFER, Centre de recherche psychanalyse et société 14:30-16:30 (2h)

› Psychanalyse et transsexualités : pour une hétérotopie théorique   – Thamy Ayouch, Université Lille III 14:30-16:30 (2h)

 

 

Les résumés des interventions sont disponibles sur le site du congrès : http://genrelyon2014.sciencesconf.org/resource/page/id/9

 

 

 

NOUVEAU PROJET : Genre et santé mentale : quels outils pour la prise en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et stéréotypes

Le projet « Genre et santé mentale : quels outils pour la prise en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et stéréotypes » vient d’être financé par le Défi Genre 2014 – Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS. Il constitue un prolongement du projet précédent « Le genre : quel défi pour la psychiatrie? Biologie et société dans les classifications et la clinique » effectué en 2013.

Le carnet « Genre et Santé Mentale » continuera donc a suivre les activités du projet, en visant à diffuser les connaissances, les actualités et les événements scientifiques concernant la place du genre dans les domaines de la santé mentale, et promouvant le dialogue entre les différentes disciplines, les professions et les acteurs.

Si vous souhaitez publier une annonce relative à ces questions, vous pouvez envoyer un mail à : gendpsy@gmail.com.

Les participants du projet :

Francesca Arena (Post-doctorante – Université de Genève)

Silvia Chiletti (Post-doctorante – Centre Alexandre Koyré)

Jean-Christophe Coffin (Maître de conférences – Université Paris Descartes – Centre Alexandre Koyré)

Michel Dugnat (Pédopsychiatre et Psychiatre – pôle universitaire de psychiatrie de l’Assistance publique-hôpitaux de Marseille)

Irène François (Professeure de Médecine légale – Université de Dijon – Université Paris Descartes)

Laurence Herault (Professeure – Aix-Marseille Université)

Sébastien Saétta (ATER – EA 4360 APEMAC)

Anne-Sophie Vozari (Doctorante – IRIS/EHESS)

 

 

Nouvelle Parution – Tableau noir : l’école et les transidentités

Sous la direction de Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira et  Arnaud AlessandrinImage 2

Pour cette quatrième édition, l’O.D.T. interroge les relations des transidentités à l’école. Comment celle-ci se comporte à leur égard ainsi qu’à l’égard de la diversité de genre ? De la France au Brésil, du Luxembourg au Canada, l’observation et l’analyse sont sans appel : l’effacement de la diversité de genre permet l’effacement des transidentités. Il s’ensuit ce « tableau noir » que cette somme d’articles explore et soumet à la lecture.

Ce livre a été dirigé par Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira et Arnaud Alessandrin, co-rédactrices de l’Observatoire Des Transidentités (http://observatoire-des-transidentites.com)

Avec les contributions de : Caroline Dayer, David Latour, Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira, Arnaud Alessandrin, Johanna Dagorn, Eric Debarbieux, Sylvie Ayral, Erik Schneider, Gabrielle Richard, Line Chamberland, Maria Rita de Assis César, SOS Homophobie, Vincent Buraud de Contact Aquitaine et Isabelle Collet.

Plus d’infos sur notre site :

Le déni de grossesse – Enjeux et acteurs de la publicisation d’une cause « secondaire » de Marion Seibert

1516230-gf

Le déni de grossesse est longtemps resté confiné à la sphère des psychiatres et des professionnels du social. A partir des années 2000, le déni de grossesse commence progressivement à faire l’objet de mobilisations revendiquant qu’il soit vu comme un problème de santé publique. Mais c’est avec l’affaire Courjault dite des « bébés congelés » qu’un tournant majeur s’opère. Le déni de grossesse est alors fortement médiatisé dans le sillage de cette histoire d’infanticide et devient un problème public de premier plan.
Cependant, le rattachement du problème à cette affaire d’infanticide obère sa définition publique et rend difficile une transformation de sa prise en charge publique. Cet ouvrage s’intéresse donc à l’éphémère entrée du déni de grossesse dans le débat public et en analyse les conséquences somme toute assez limitées, puisque la publicité n’a eu que peu d’effets sur l’action publique en direction des femmes confrontées à ce problème.
Contrairement à beaucoup de travaux sur la construction des problèmes publics, l’originalité de cette étude tient donc au l’ait qu’elle s’attache à comprendre les logiques de publicisation dans un cas de figure où celle-ci peut être analysée comme un relatif échec.

 

Marion Seibert, Le déni de grossesse. Enjeux et acteurs de la publicisation d’une cause secondaire, Paris : l’Harmattan, 2014

Dossier « Masculinités trans »

Nous sommes ravi.e.s de vous annoncer la parution de la première partie du dossier «  Masculinités trans » sur le site de l’Observatoire des Transidentités. Ici vous trouverez un aperçu et les liens pour l’accès.

Masculinités trans : Introduction, ODT. Le 31 mars était la journée mondiale de visibilité trans. Malheureusement, cette journée est, elle aussi, restée invisible aux yeux du grand public. Mise en abîme sinistre lorsqu’on connaît les difficultés liées aux parcours trans. Sans prétention à l’exhaustivité, nous tenions ce mois-ci, ainsi que le mois prochain, à donner la parole à celles et ceux qui luttent pour l’élaboration d’une scène FtM en France, dans la militance, dans la culture comme dans la recherche. Lire la suite

Entretien avec Emmanuelle Beaubatie. Dans la littérature académique sur le sujet, mais aussi dans les mouvements militants trans’ et LGBT, la diversité sociale des parcours trans’ est souvent négligée. C’est ce même phénomène que le Black feminism a dénoncé à propos des femmes : leurs différentes caractéristiques sociales de race, de classe et autres n’étaient alors (et ne sont toujours) pas prises en compte dans les textes comme dans les mobilisations collectives. Lire la suite

Entretien avec Transkind. Transkind est un magazine trimestriel en ligne fait pour les trans Ft* et FtM. La « logistique» (illustrations, mise en page, correction, rédaction des rubriques, réalisation des interviews) est assurée par une petite équipe affinitaire de trans masculins, mais la plupart des articles et des témoignages sont rédigés par des contributeurs occasionnels. Cela dit, il arrive aussi au « noyau dur » de participer au contenu des dossiers. Lire la suite



Parution de livre : Sabine Arnaud, L’Invention de l’hystérie au temps des lumières (1670-1820)

L’invention de l’hystérie au temps des Lumières (1670-1820)7763a83bca
Sabine Arnaud
Editions de l’EHESS
L’invention de l’hystérie nous porte au 18e siècle, lors de l’élaboration des maladies nerveuses frappant les gens du monde, hommes et femmes, et les lettrés en particulier. Qu’est ce qui se joue dans l’écriture de ce diagnostic ? À travers des textes de médecins, de patients, d’écrivains, Sabine Arnaud déchiffre toute une société.
L’hystérie au 18e siècle nous mène loin des mises en scène de Charcot et des cures de Freud. C’est le moment même de l’invention d’une catégorie pour identifier une maladie nerveuse frappant les gens du monde, hommes et femmes, et les lettrés en particulier. Mais comment établir une pathologie dont la caractérisation commence par le nombre infini de symptômes ? Des textes médicaux aux ouvrages littéraires, métaphores, citations, et anecdotes sont mises à contribution. De l’animal indocile emprunté au Timée, à un « je ne sais quoi », d’un protée à un caméléon, ou à une hydre, médecins et hommes de lettres rivalisent dans son écriture. Un jour courtisans, ils s’inventent le lendemain citoyens fervents d’une nation nouvelle ; leurs écrits déclinent l’hystérie au fur et à mesure des modes et des passions et cristallisent les craintes et les rêves d’un temps.
Découvrir ces conceptions nous porte à apprécier la médecine telle qu’elle s’écrivait au dix-huitième siècle. S’éloignant à grand pas des traités à systèmes, les médecins s’adressent alors à leurs patients au nom d’une sensibilité partagée, et publient dialogues, autobiographies et correspondances pour faciliter cet échange. Ils présentent ainsi une image de l’acte médical fondée dans la prévenance et le récit de soi. A nous de déceler les enjeux d’un diagnostic pour une médecine en pleine transformation.

SOMMAIRE

Avant-Propos
Nommer (Introduction)
Première partie. De l’usage des diagnostics, des divisions du savoir
Pathologie et différence sexuelle
Affection vaporeuse et classe sociale
Rencontres entre la sphère médicale et la sphère religieuse

Partie II. Les métaphores, ou comment donner figure à l’indéfinissable
D’un répertoire d’images : Protée, caméléon, hydre
De la répétition d’une citation, des divergences de lecture

Partie III. Mises en écrit d’une pathologie et pratiques de diffusion : L’emprunt de genres rhétoriques
Le dialogue
L’autobiographie
La correspondance fictionnelle
Les consultations par correspondance
L’anecdote

Partie IV. Code, vérité ou ruse ? Descriptions littéraires de troubles en quêtes de lecteurs
Troubles de circonstance et persiflage
Corps-vérité en attente d’exégèse
Tours de vapeurs et paroles obliques

Partie V. Mise en récit de cas pathologiques et création d’énigmes, les fonctions du narratif
À l’ombre du conte fantastique
Pièges et contre-pièges
La construction d’un secret
De l’authenticité du corps au savoir du patient

Partie VI. Jeux de rôles et redéfinitions de la médecine
Démystifier ou mystifier ? Fonder le rôle du médecin thérapeute
Stratégies de légitimation et définition du patient à venir

À rebours (Conclusion)

Parution du volume 3 des Cahiers de la transidentité: Corps trans, corps queer

Illustration : Joachim Kong Mise en page couverture : Karine Espineira
Illustration : Joachim Kong Mise en page couverture : Karine Espineira   

Sous la direction de :

Karine Espineira, Maud-Yeuse Thomas, Arnaud Alessandrin

Extrait de l’INTRODUCTION

Queer, Trans et Féminisme : je t’aime… moi non plus

Pour ce volume 3 des Cahiers de la transidentité, nous nous sommes penchés sur les productions « queer » ou, pour le dire autrement, la « queerisation » de figures minorisées et leurs rapports aux trans et aux féminismes. Si le queer est un espace plus qu’une identité, situé aux marges en même temps qu’il est le point d’appui d’actions en direction du centre (Bourcier, 2006), le queer est aussi une temporalité (Halberstam, 2005). En ce sens, il s’agira d’entendre « queer » non comme un substantif mais comme un verbe, c’est-à-dire comme un processus de « queerisation ». De nombreux écrits découlent de cette volonté : « Repenser et queeriser le travestissement » (Bourcier, 2006), « Faut-il queeriser la psychanalyse ? » (David-Menard, 2009), « Queeriser le corps : pratique des féministes arabes » (Gharaibeh, 2012) ou bien encore « De l’espace genré à l’espace queerisé » (Borghi, 2012). Cette « queerisation » a pour effet collatéral d’être perçue comme un nouveau processus d’invisibilisation dans lequel le discours des minorisé.e.s serait gommé par des « postures queer ». Paradoxalement, les liens entre population trans et productions queer sont nombreux, de même que ceux qui lient la population queer et les Transgender Studies. Nous aimerions dans cette introduction poser les termes du débat tout en proposant une éthique dans la recherche à cet endroit précis où le conflit « queer » / « trans » semble le plus vif. Cette introduction se voudra aussi comme un texte programmatique dans l’optique des futures recherches visant à saisir des interrogations et résistances fortes au confluent de ces mouvements.

SOMMAIRE

INTRODUCTION………………………………………………………….              11

« Trans et queer : je t’aime… moi non plus »

(Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira, Arnaud Alessandrin)…………..      13

CORPS TRANS / CORPS QUEER ….………………………………..               21       

« Dr Jekyll et Ms Hyde »

(Jean-Marie Grégoire)……………………………………………………….           23

« Petit à petit, changer les choses autour de soi… sans oublier le lubrifiant »

Entretien des King’s Queer (ODT)…………………………………………          33

« Lazlo Pearlman mon ami », Entretien de Lazlo Pearlman

(Rachele Borghi et Glenn Le Gal)………………………………….………           39 

« Ecrire c’est tout mélanger, se mélanger », Entretien d’Abdallah Taïa

(Jean Zaganiaris)……………………………………………………………            53

« Dame Nature, entends-tu les voix de tous les ratés de ta production ? »

Entretien de Naïel (ODT)……………………………………………………          55

QUEERING ISLAM………………………………………………………               79

« Queeriser le corps des féministes arabes »

(Roa’a Gharabeih)…………………………………………………………             81

« Sexualités et gouvernabilité des corps au Maroc »

(Jean Zaganiaris)……………………………………………………………            95

PASSAGES……. ……………………………………………….………..              113

« Le roman policier et les trans : une comparaison de Mygale

par Thierry Jonquet et Transfixions par Brigitte Aubert » (Andréa  Hynynen)  115

CONCLUSION…………………………………………………………..                127

« La possibilité d’une fluidité » Entretien de Pierre Zoberman

(ODT)……………………………………………………………………..               129

 


 

 

Colloque : Le genre : quel défi pour la psychiatrie? Biologie et société dans les classifications et la clinique

Affiche_Gendpsy

Les 4-5 décembre 2013 a eu lieu le colloque “Le genre : quel défi pour la psychiatrie? Biologie et société dans les classifications et la clinique” à la Faculté de médecine, Paris-Descartes.

 

 

 

 

 

Programme

Mercredi 4 décembre 2013

8h30 Accueil des participants
9h00 Ouverture par Rebecca ROGERS – Paris Descartes – CERLIS
9h15 Introduction:
Jean-Christophe COFFIN – LEM EA 4569/ CAK, Francesca ARENA – AMU-TELEMME, Silvia CHILETTI – CAK

9h45 – 12h45
1. Genre et santé mentale : une histoire entre subjectivités et politique
Présidente de séance : Christine BARD – Université d’Angers –Cerhio

9h45-10h15 Catherine FUSSINGER – IUHMSP, Lausanne
La question de la dépression dans le champ « genre et santé mentale »

10h15-10h45 Nausica ZABALLOS – CAK / IRIS – EHESS
Le genre dans l’espace médiatique à la fin des années 1990 : le « cas » Guillaume Dustan

Pause
11h00-11h30 Gabrielle SCHNEE – Paris 13
La clinique des homosexualités, un renouveau avec le débat public ?

11h30-12h00 Arnaud ALESSANDRIN – Centre Émile Durkheim UMR 5116 / O.D.T.
Que reste-t-il du « transsexualisme » dans le nouveau DSM ?

12h00-12h30 Discussion

12h30-14h00 Pause déjeuner

14h00 – 17h15
2. Genre, sexe et sexualités : vers une épistémologie des identités ?
Président de séance : Pierre Henri CASTEL – Cermes3 CNRS

14h00-14h30 Nicole EDELMAN – Paris Ouest Nanterre
Pouvoir psychiatrique et folie hystérique (fin XIXe siècle, France)

14h30-15h00 Thibault POLGE – Paris 1
Le genre, émancipation ou parachèvement de la différence des sexes ? De l’inversion sexuelle au transsexualisme

15h00-15h30 Anne BOISSEUIL – Service de Pédopsychiatrie de Valvert, 13
Féminin/masculin, identité et sexuel chez l’enfant
Pause

15h45-16h15 Sebastien SAETTA – École de Santé Publique -Université de Lorraine, EA APEMAC
Analyse critique des discours « psy » autour des troubles psychiques de la grossesse et du post-partum

16h15 -16h45 Eric MACÉ – Centre Emile Durkheim UMR 5116
Des troubles de genre aux troubles dus au genre

16h45-17h15
Discussion

 

Jeudi 5 décembre 2013

9h30 – 12h15
3. Médecine, savoirs et institutions : questionner les pratiques cliniques
Président de séance : Michel DUGNAT – Pôle universitaire de psychiatrie de l’Assistance publique – hôpitaux de Marseille

9h30-10h00 Lucille GIRARD – LEM EA 4569
Le médecin face à la demande de soin des personne transsexuelles : les risques d’un jugement de valeur

10h00-10h30 Laurence HÉRAULT – AMU – IDEMEC
Le Trouble de l’identité de genre et son usage dans la pratique psychiatrique française

Pause

10h45-11h15 Stéphanie PACHE – IUHMSP, Lausanne/ IRIS -EHESS
Une brève histoire du mouvement féministe américain pour transformer les théories et les pratiques en santé mentale

11h15-11h45 Anne – Sophie VOZARI – IRIS – EHESS
Les dépressions périnatales : des troubles « normaux » ? Penser les coûts sociaux de la maternité

11h45-12h15 Discussion

12h15-13h45 Pause déjeuner

13h45 – 17h00
4. Le genre sous le regard des experts : science, normes et société
Présidente de séance : Irène FRANÇOIS – CHU de Dijon –
Université de Bourgogne/LEM EA 4569

13h45-14h15 François VIALLA – Université de Montpellier –CERDES
Transidentités : les troubles du droit

14h15-14h45 Alain GIAMI – Inserm – CESP
Les classifications de la sexualité : entre le DSM 5 et la CIM 10

14h45-15h15 Nicolas MOREL-JOURNEL – CHU Lyon
La place de la médecine dans la question du genre

Pause

15h30-16h00 Erik SCHNEIDER – Intersex & Transgender Luxembourg
Peur des psychiatres de prendre la mauvaise décision et influence
des normes de genre

16h00-16h30 Denise MÉDICO – Fondation Agnodice, Lausanne/Université de Genève
Subjectivités trans*, la psychologie confrontée au genre et au sexe

16h30-17h00 Discussion

Conclusions du colloque par Christian HERVÉ – LEM EA 4569