Appel à communications pour le colloque « Genre et santé » (8-9 juin 2015)

Colloque de l’ Institut Emilie du Châtelet en partenariat avec l’Inserm

Image 1

Appel à communication

 

Comparées aux autres domaines de la vie sociale, sphères politique, professionnelle et familiale, les inégalités en matière de santé frappent d’emblée par un trait particulier : les femmes semblent avoir une position plus favorable, leur espérance de vie étant plus élevée que celle des hommes. Toutefois, si elles vivent plus longtemps que les hommes, elles passent aussi plus d’années qu’eux en mauvaise santé et présentent des taux de morbidité bien différents de ceux des hommes, aux différents âges et pour nombre de pathologies.

L’histoire de leurs corps peut être marquée par leur appartenance de sexe (maladies liées à la
grossesse et à l’accouchement, cancer des organes reproductifs) mais aussi par leur appartenance de genre (effets des métiers « féminins », stress liés aux cumuls des tâches familiales et professionnelles, violences physiques et psychiques, etc.). L’histoire des corps masculins renvoie aussi aux poids de la biologie (cancers des organes sexuels masculins) et des rapports de genre (effets des métiers « masculins », alcoolisme, tabagisme etc.).
Si les différences selon le sexe sont bien établies dans les enquêtes de santé publique, force est de
constater que les recherches se donnant pour objet de comprendre de tels écarts dans une perspective de genre restent encore rares, notamment en France. Une pensée naturalisante des stéréotypes de genre, encore prégnante même dans les revues scientifiques prestigieuses, tend à réifier l’idée d’une constitution féminine différente d’une constitution masculine. De fait, les disparités de santé entre les sexes sont encore bien souvent interprétées à l’aune des constitutions physiques des femmes et des hommes sans s’interroger sur le poids des représentations du masculin et du féminin et des pratiques sociales genrées, et sur l’articulation entre différentes formes d’inégalités et de relations de pouvoir.
Cette faible prise en compte de la dimension de genre dans le champ de la santé est à mettre en lien
avec le recours tardif en France à ce cadre d’analyse, et notamment à l’articulation du genre avec d’autres rapports sociaux. Mais c’est aussi parce que le genre est rarement pensé comme un rapport social producteur d’inégalités de santé.
Ce colloque interrogera les modalités d’incorporation des différences de sexe/genre dans notre
compréhension du normal et du pathologique, sur les effets de la biologie sur le genre, et du genre sur la biologie. Il s’agira également de questionner la systématicité de la bipartition de la population selon le sexe pour rendre compte des inégalités sociales de santé tandis que la distinction entre sexe et genre devient l’objet d’une interrogation de plus en plus complexe.
Ce colloque pluridisciplinaire se donne ainsi pour objectif de comprendre comment les rôles sociaux
liés au genre tendent à orienter la façon dont les femmes et les hommes sont (i) exposé.e.s différemment à des problèmes de santé, (ii) comment elles et ils se représentent les affections qui les touchent et (iii) ont ou non recours au système de soins, (iv) et comment les réponses des professionnels de santé se construisent différemment selon le sexe de leurs patients.
On analysera en particulier la façon dont le genre participe à construire les troubles de la vie psychique, les représentations des maladies comme le cancer et les affections cardio-vasculaires, les questions de santé sexuelle et reproductive, dans des contextes sociaux, professionnels et de soins eux-mêmes genrés.
Les propositions de communication (2 pages) accompagnées d’un CV seront déposées avant le 30
septembre 2014 via le formulaire ouvert sur le site internet de l’IEC :
http://www.institutemilieduchatelet.org/colloque-detail?id=246
Elles devront s’inscrire dans une des thématiques suivantes :
A Genre, maladie cardio-vasculaire et vieillissement
B Genre et santé au travail
C Genre et cancer
D Genre et santé mentale
E Genre et santé sexuelle
Comité d’organisation :
Armelle Andro (sociologie-démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nathalie Bajos
(sociologie-démographie, INSERM), Laurie Laufer (psychopathologie, Université Paris Diderot), Ilana Löwy (histoire des sciences biomédicales, INSERM), Pascale Molinier (psychologie, Université Paris 13 Nord), Florence Rochefort (histoire, CNRS), Catherine Vidal (neurobiologie, Institut Pasteur).
Comité scientifique :
Simone Bateman (sociologie, CNRS), Marc Bessin (sociologie, CNRS/EHESS), Mylène Botbol-Baum (philosophie, Université catholique de Louvain), Catherine Bourgain (génétique, épidémiologie, INSERM), Hélène Bretin (sociologie, Université Paris 13 Nord), Martine Bungener (économie, sociologie, CNRS), Emmanuelle Cambois (santé publique, INED), Hervé Chneiweiss (neuro-oncologie, CNRS), Emilie Counil (épidémiologie, EHESP), Daniel Delanoë (psychiatrie, INSERM), Christine Hamelin (sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin), Pierre Jouannet (biologie reproductive, professeur émérite, Université Paris-Descartes), Thierry Lang (épidémiologie sociale, INSERM), Anne Lowell (anthropologie, Université de Californie, Berkeley), Jennifer Merchant (science politique, Université Paris Panthéon-Assas), Patrick Peretti-Watel (sociologie, INSERM), Alain Smagghe (médecine gériatrique), Alain Vannier (psychanalyse,
Université Paris Diderot), Jean-Christophe Weber (médecine, Université de Strasbourg), Joëlle Wiels (biologie cellulaire, CNRS)

Coordination : Lucette Aussel (Inserm) – Sylvie Blumenkrantz (IEC

 

Appel à contribution: « Histoire, archives et psychiatrie : Quelles perspectives pour la Belgique ? »

Image 2Cette journée vise à souligner l’importance d’un questionnement commun et public sur l’histoire de la psychiatrie et sur le sort à réserver aux archives du secteur de la santé mentale.

Concrètement il s’agit, d’une part, d’établir un « panorama » des recherches en cours en histoire de la psychiatrie en Belgique et, d’autre part, de poser la question délicate du traitement des archives des institutions psychiatriques en Belgique.

Ces deux objectifs ont une résonance particulière à l’heure où l’histoire de la psychiatrie connait un renouveau incontestable et où les questions de protection de la vie privée et du secret médical, aussi légitimes soient-elles, tendent à primer sur la liberté de la recherche. Au niveau international, l’histoire de la psychiatrie s’est remarquablement développée au cours de ces trente dernières années.

C’est qu’au-delà du traitement réservé et souvent imposé aux personnes taxées de « folie », les modes d’exclusion et de prise en charge des « aliénés » se révèlent particulièrement révélateurs des normes et des marges qu’une société tend à définir. Cette approche sociétale de la psychiatrie s’est récemment doublée d’une étude plus concrète des pratiques curatives et du quotidien des malades et donc, d’une meilleure connaissance des populations soignantes et soignées, des patients et des rapports thérapeutiques.
En Belgique, l’histoire de la psychiatrie en est à ses balbutiements mais connaît de récents développements tant dans les universités francophones que flamandes; elle suppose de dépasser l’analyse des textes théoriques au profit des sources sur les pratiques psychiatriques. Si quelques travaux ont ouvert le champ de recherche (entre autres Nys et al. 2002, Missa 2006, Majerus 2013), de nombreuses questions restent à explorer ou à généraliser à l’ensemble du pays, comme les liens entre initiatives publiques et privées, les discours et pratiques thérapeutiques, la formation et la spécialisation des professionnels de la santé mentale, les rapports entre certains milieux sociaux et la psychiatrisation. Une telle généralisation suppose de multiplier les études locales, comme en témoigne une série de recherches récentes. Pour l’historien, il est indispensable de continuer à ouvrir et développer ce champ de recherche, ce qui n’est possible que par une collaboration avec les institutions productrices d’archives.
Une fois lancés sur leur terrain d’investigation, les chercheurs sont confrontés à d’importantes difficultés liées à l’accessibilité d’archives qui s’explique par le caractère privé des institutions et de la documentation ou par le secret médical. Comment faciliter la communication avec les institutions psychiatriques privées ? Ces dernières abritent des mines d’information dans leurs archives : registres, dossiers des patients, archives administratives, documents iconographiques voire objets. Face à cette documentation, elles sont en droit de se poser des questions : que faire des archives qui dorment dans les institutions ? Quels sont les champs de recherche encore à explorer grâce à elles ? Est-il utile de se pencher sur un passé parfois difficile et déjà malmené par certains historiens (antipsychiatrie) ?
Cette journée vise à donner la parole à des
– chercheurs qui feront état de leurs projets dans le domaine de l’histoire de la
psychiatrie et de leur utilisation des archives qui y sont liées
– responsables des institutions psychiatriques qui gèrent l’accès et le traitement d’une
telle documentation
– archivistes qui mettent en place les modalités qui garantissent à la fois liberté de la
recherche et protection de la vie privée.

 

Cet événement est organisé conjointement
par :
Benoît Majerus, Université du Luxembourg
Veerle Massin, CHDJ, Université catholique de Louvain
Anne Roekens, Université de Namur
Xavier Rousseaux, CHDJ, Université catholique de Louvain
Avec le soutien du FRS-FNRS et du Pôle d’Attraction Interuniversitaire IAP
“Justice & Populations”.
Pour une proposition d’intervention ou une demande de participation, vous
pouvez contacter, avant le 30 décembre 2013 :
Anne Roekens : anne.roekens@unamur.be
Veerle Massin : veerle.massin@uclouvain.be
Le programme définitif sera communiqué en janvier 2014.
La journée « Histoire, archives et psychiatrie : quelles
perspectives pour la Belgique » se déroulera le 16 mai
2014 à l’Espace Léon Cassiers de l’Hôpital psychiatrique
du Beau Vallon (Namur).

« La biologisation de quoi ? » Appel à contribution pour la Revue Genre, sexualité & société. Numéro sous la direction de Eva Rodriguez, Michal Raz et Alexandre Jaunait.

Depuis les années 1990, les études sur le genre et la sexualité ont renouvelé leurs objets et se sont aventurées dans le domaine des « sciences naturelles », cherchant d’une part à prendre au sérieux les questionnements de la biologie et d’autre part à en critiquer certains résultats. La question du « sexe biologique » peut à cet égard être considérée comme le paradigme de cette critique, permettant à la fois de revendiquer une série d’objets auparavant « réservés » aux sciences de la nature, et de questionner à nouveaux frais les cadres conceptuels sur lesquels les études sur le genre avaient construit leurs premières épistémologies (sexe naturel vs. genre social). Terme polysémique par excellence, le sexe reste au cœur des controverses scientifiques et connaît des déplacements incessants, recherchant tantôt son plus petit commun dénominateur du côté des sciences naturelles, ou sa meilleure définition au-delà du clivage nature/culture dans les sciences sociales (Gardey & Löwy, 2000 ; Löwy & Rouch, 2003 ; Rouch, Dorlin & Fougeyrollas, 2005 ; Hoquet, 2013).

            La critique de la « biologisation du social » parfois portée par les sciences sociales, a-t-elle eu des effets sur les sciences « de la nature » ? De quelle façon les recherches en biologie et en médecine entendent-elles l’idée du social et incorporent éventuellement dans leurs travaux les critiques des sciences sociales ? Quels impacts les conceptions biologiques du sexe ont-elles sur l’analyse et l’organisation du social ?
            Loin d’inviter à la clôture des débats, ce numéro de la revue Genre, sexualité & Société propose de multiplier les angles exploratoires afin de permettre un état des lieux des nouvelles approches consacrées aux rapports entre sciences biologiques et sciences sociales autour de la question du sexe et de la sexualité. Si l’idéologie de la nature passe par la perpétuation de l’idée selon laquelle le sexe dit biologique est un donné, il vaut la peine de poursuivre l’enquête sur les différentes définitions du sexe : d’une part, en portant d’avantage d’attention aux contextes disciplinaires où ces définitions sont établies et à l’historicité des catégories mobilisées pour les poser ; d’autre part, en analysant les discours et les pratiques qui fondent la différence sexuée comme telle, leurs effets sur les traitements, les prises en charge et les interventions médicales sur les corps. De nombreux domaines de recherches s’ouvrent alors :
 
            Un premier axe interrogera les savoirs et les théories contemporaines de la différence sexuée et de la sexualité. Depuis les années 1990, de nombreux travaux en études féministes des sciences ont mis en évidence la présence de métaphores genrées, de biais androcentriques et hétéro-normatifs dans les représentations scientifiques du sexe et de la sexualité (Fox Keller, 1995 ; Haraway, 1991 ; Martin, 1991 ; Weils, 2006).
            La naturalisation des comportements sexués et sexuels se joue de plus en plus dans les études scientifiques en quête d’explications de type biologique – principalement dans les études néo-darwiniennes, les travaux en génétique ou les recherches neuro-endocriniennes. Ainsi, les tentatives d’expliquer par des facteurs biologiques des supposées différences cognitives entre les sexes, de trouver une origine génétique aux désirs sexuels ou aux identifications psychiques, posent à nouveaux frais le problème des prismes sociaux à travers lesquels ces questions sont posées, les protocoles d’enquête établis, leurs résultats interprétés et diffusés, notamment via l’édition scientifique de vulgarisation.
            Dans quelle mesure ces enquêtes constituent-elles le dernier avatar de la naturalisation des identités sociales, au moment même où celles-ci sont réinvesties politiquement ? Ces recherches et ces théories participent-elles uniquement à la légitimation et à la validation scientifiques des inégalités entre les sexes, ou pourraient-elles également servir d’argument scientifique pour contester l’origine biologique de ces inégalités ?
 
            Un deuxième axe questionnera les implications de l’usage de la catégorie de sexe – comme catégorie médicale – dans la médecine clinique et/ou expérimentale contemporaine, ce qu’on nomme en anglais le « sex-based biology » ou « gender-specific medicine ».
Depuis la fin des années 1980, un mouvement en faveur de la diversification des populations dans les études de santé a conduit à l’inclusion des femmes et des minorités – auparavant sous-représentées dans ces études. Or, tandis que le « profilage ethno-racial » a rapidement suscité de nombreuses critiques et controverses arguant qu’aucune catégorie ethno-raciale ne peut se fonder sur des différences qualitatives, uniformes et stables, mais uniquement sur des différences statistiques et variables, le « profilage sexué » a, semble-t-il, été plus facilement accepté (Epstein, 2007).
            Compte tenu de la complexité qu’il y a à distinguer biologiquement deux sexes, quelles sont les tensions que soulève le recours à la catégorie de sexe comme catégorie médicale dans les champs de la santé ? Quels sont les effets d’une prise en charge différenciée des individus selon leur sexe ? Dans quelle mesure ce profilage sexué contribue-t-il à la réification des catégories hommes/femmes ?
 
            Enfin, un troisième axe portera sur la façon dont les savoirs et les pratiques biomédicales contemporaines fabriquent du sexe à proprement parler.
Les interventions sur les individus intersexués, les opérations de réassignation de sexe pour les personnes trans, les reconstructions du clitoris post-excision ou les opérations d’élargissement du pénis sont des exemples d’interventions chirurgicales exprimées tantôt dans les termes d’un besoin médical (correction, réparation), tantôt dans les termes d’un droit à disposer de son corps et de le transformer. Quels sont les problèmes actuels que pose cette clinique du sexe : entre demande motivée par les personnes concernées et imposition normative produite par l’institution médicale ?
Au-delà des aspects anatomiques et chirurgicaux, la fabrique du sexe s’effectue de façon croissante par la voie de substances moléculaires. L’usage des hormones dans différents contextes – la pilule contraceptive (Watkins 2001), les « traitements hormonaux de substitution », les « hormonothérapies », mais aussi les substances telles que le viagra – constituent tout autant des pratiques de régulation sexuelle et sexuée qui transforment des corps et des identités. Cependant, depuis quelques années, ces substances échappent au monopole médical à travers leur mise en circulation sur les marchés officiels et officieux. Comment dès lors appréhender les multiples réappropriations et détournements dont font l’objet ces technologies, contribuant à la fabrique de corps et de subjectivités hors normes (bodybuilders, corps trans, dopage, etc.) ?
 
            Les axes sont présentés à titre indicatif et n’ont pas vocation à épuiser le sujet. À partir de ces différents questionnements, ce numéro entend croiser les approches disciplinaires et méthodologiques afin de garder ouverte la possibilité d’un dialogue critique entre sciences de la vie et sciences sociales autour de la question du sexe et de la sexualité. Nous invitons par conséquent les contributeurs/trices à proposer des articles s’inscrivant dans ces perspectives de recherche. Les travaux empiriques (s’appuyant sur des sources diverses ; archives, ethnographie, analyse de littérature scientifique etc.) seront particulièrement les bienvenus.
 
Calendrier :
 
Les propositions d’articles, d’environ 5000 signes, doivent inclure un titre, une présentation de l’article, de ses objets et ses méthodes, ainsi que les nom, prénom, statut, rattachement institutionnel et email de l’auteur.e. Elles doivent être envoyées avant le 31 janvier 2014 aux coordinateurs/trices du numéro (Alexandre Jaunait, alexjaunait@hotmail.com, Michal Raz, michal.raz@ehess.fr et Eva Rodriguez, eva.r.rodriguez@gmail.com) et au comité de rédaction (gss@revues.org). Les auteur.e.s seront avisé.e.s par mail des propositions retenues au cours du mois de février 2014. Les articles devront être envoyés le 30 mai 2014 au plus tard. Selon la charte déontologique de la revue, chaque article fera l’objet d’une double évaluation anonyme. À noter donc que l’acceptation de la proposition ne signifie pas acceptation automatique de l’article.
 
Bibliographie indicative:
 
BUTLER Judith, Défaire le genre, Paris, Amsterdam, 2006.
 
DORLIN Elsa, Sexe, genre et sexualité, Paris, PUF, 2008.
 
EPSTEIN Steven, Inclusion : The Politics of Difference in Medical Research, Chicago and London, The University of Chicago Press, 2007.
 
FAUSTO-STERLING Anne, Corps en tous genres, Paris, La Découverte, 2012 [2000].
 
FOX-KELLER Evelyn, Refiguring Life: Metaphors of Twentieth-century Biology, New York, Columbia University Press, 1995.
 
GARDEY Delphine et Ilana LÖWY (dir.), L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Archives Contemporaines, 2000.
 
HARAWAY Donna, Des singes, des femmes et des cyborgs. La réinvention de la nature, Arles, Actes Sud/Editions Jacqueline Chambon, 2009 [1991].
 
HOQUET Thierry, Le sexe biologique. Anthologie historique et critique. Volume 1. Femelles et Mâles ? Histoire naturelle des (deux) sexes, Paris, Hermann, 2013.
 
KRAUS Cynthia, « Études critiques du cerveau sexué ». Revue d’anthropologie des connaissances, 7(3) : 693–716, 2013.
 
LAQUEUR Thomas, La fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992 [1990].
 
LÖWY Ilana et Hélène ROUCH (dir.), Cahiers du Genre, n° 34, « La distinction entre sexe et genre – Une histoire entre biologie et culture », Paris, L’Harmattan, 2003/1.
 
MARTIN Emily, « The Egg and the Sperm : How Science Has Constructed a Romance Based on Stereotypical Male-Female Roles ». Signs, 16 :485-501, 1991.
 
ROUCH Hélène, Elsa DORLIN et Dominique FOUGEYROLLAS (dir.), Le Corps entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, 2005.
 
SCHIEBINGER Londa, Has Feminism Changed Science ?, Cambridge, Harvard University Press, 2001.
 
TOURAILLE Priscille, « L’indistinction sexe et genre ou l’erreur constructiviste », Critique, 764-765 : 87-99, 2011(1).
 
WATKINS Elizabeth Siegel, On the Pill: A Social History of Oral Contraceptives, 1950-1970, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2001.
 
 
WIELS Joëlle, « La différence des sexes : une chimère résistante » in Féminin Masculin – Mythes et idéologies (dir : C. Vidal), Paris, Belin, 2006.