Nouvelle Parution – Tableau noir : l’école et les transidentités

Sous la direction de Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira et  Arnaud AlessandrinImage 2

Pour cette quatrième édition, l’O.D.T. interroge les relations des transidentités à l’école. Comment celle-ci se comporte à leur égard ainsi qu’à l’égard de la diversité de genre ? De la France au Brésil, du Luxembourg au Canada, l’observation et l’analyse sont sans appel : l’effacement de la diversité de genre permet l’effacement des transidentités. Il s’ensuit ce « tableau noir » que cette somme d’articles explore et soumet à la lecture.

Ce livre a été dirigé par Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira et Arnaud Alessandrin, co-rédactrices de l’Observatoire Des Transidentités (http://observatoire-des-transidentites.com)

Avec les contributions de : Caroline Dayer, David Latour, Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira, Arnaud Alessandrin, Johanna Dagorn, Eric Debarbieux, Sylvie Ayral, Erik Schneider, Gabrielle Richard, Line Chamberland, Maria Rita de Assis César, SOS Homophobie, Vincent Buraud de Contact Aquitaine et Isabelle Collet.

Plus d’infos sur notre site :

Le déni de grossesse – Enjeux et acteurs de la publicisation d’une cause « secondaire » de Marion Seibert

1516230-gf

Le déni de grossesse est longtemps resté confiné à la sphère des psychiatres et des professionnels du social. A partir des années 2000, le déni de grossesse commence progressivement à faire l’objet de mobilisations revendiquant qu’il soit vu comme un problème de santé publique. Mais c’est avec l’affaire Courjault dite des « bébés congelés » qu’un tournant majeur s’opère. Le déni de grossesse est alors fortement médiatisé dans le sillage de cette histoire d’infanticide et devient un problème public de premier plan.
Cependant, le rattachement du problème à cette affaire d’infanticide obère sa définition publique et rend difficile une transformation de sa prise en charge publique. Cet ouvrage s’intéresse donc à l’éphémère entrée du déni de grossesse dans le débat public et en analyse les conséquences somme toute assez limitées, puisque la publicité n’a eu que peu d’effets sur l’action publique en direction des femmes confrontées à ce problème.
Contrairement à beaucoup de travaux sur la construction des problèmes publics, l’originalité de cette étude tient donc au l’ait qu’elle s’attache à comprendre les logiques de publicisation dans un cas de figure où celle-ci peut être analysée comme un relatif échec.

 

Marion Seibert, Le déni de grossesse. Enjeux et acteurs de la publicisation d’une cause secondaire, Paris : l’Harmattan, 2014

Parution de livre : Sabine Arnaud, L’Invention de l’hystérie au temps des lumières (1670-1820)

L’invention de l’hystérie au temps des Lumières (1670-1820)7763a83bca
Sabine Arnaud
Editions de l’EHESS
L’invention de l’hystérie nous porte au 18e siècle, lors de l’élaboration des maladies nerveuses frappant les gens du monde, hommes et femmes, et les lettrés en particulier. Qu’est ce qui se joue dans l’écriture de ce diagnostic ? À travers des textes de médecins, de patients, d’écrivains, Sabine Arnaud déchiffre toute une société.
L’hystérie au 18e siècle nous mène loin des mises en scène de Charcot et des cures de Freud. C’est le moment même de l’invention d’une catégorie pour identifier une maladie nerveuse frappant les gens du monde, hommes et femmes, et les lettrés en particulier. Mais comment établir une pathologie dont la caractérisation commence par le nombre infini de symptômes ? Des textes médicaux aux ouvrages littéraires, métaphores, citations, et anecdotes sont mises à contribution. De l’animal indocile emprunté au Timée, à un « je ne sais quoi », d’un protée à un caméléon, ou à une hydre, médecins et hommes de lettres rivalisent dans son écriture. Un jour courtisans, ils s’inventent le lendemain citoyens fervents d’une nation nouvelle ; leurs écrits déclinent l’hystérie au fur et à mesure des modes et des passions et cristallisent les craintes et les rêves d’un temps.
Découvrir ces conceptions nous porte à apprécier la médecine telle qu’elle s’écrivait au dix-huitième siècle. S’éloignant à grand pas des traités à systèmes, les médecins s’adressent alors à leurs patients au nom d’une sensibilité partagée, et publient dialogues, autobiographies et correspondances pour faciliter cet échange. Ils présentent ainsi une image de l’acte médical fondée dans la prévenance et le récit de soi. A nous de déceler les enjeux d’un diagnostic pour une médecine en pleine transformation.

SOMMAIRE

Avant-Propos
Nommer (Introduction)
Première partie. De l’usage des diagnostics, des divisions du savoir
Pathologie et différence sexuelle
Affection vaporeuse et classe sociale
Rencontres entre la sphère médicale et la sphère religieuse

Partie II. Les métaphores, ou comment donner figure à l’indéfinissable
D’un répertoire d’images : Protée, caméléon, hydre
De la répétition d’une citation, des divergences de lecture

Partie III. Mises en écrit d’une pathologie et pratiques de diffusion : L’emprunt de genres rhétoriques
Le dialogue
L’autobiographie
La correspondance fictionnelle
Les consultations par correspondance
L’anecdote

Partie IV. Code, vérité ou ruse ? Descriptions littéraires de troubles en quêtes de lecteurs
Troubles de circonstance et persiflage
Corps-vérité en attente d’exégèse
Tours de vapeurs et paroles obliques

Partie V. Mise en récit de cas pathologiques et création d’énigmes, les fonctions du narratif
À l’ombre du conte fantastique
Pièges et contre-pièges
La construction d’un secret
De l’authenticité du corps au savoir du patient

Partie VI. Jeux de rôles et redéfinitions de la médecine
Démystifier ou mystifier ? Fonder le rôle du médecin thérapeute
Stratégies de légitimation et définition du patient à venir

À rebours (Conclusion)

Parution du volume 3 des Cahiers de la transidentité: Corps trans, corps queer

Illustration : Joachim Kong Mise en page couverture : Karine Espineira
Illustration : Joachim Kong Mise en page couverture : Karine Espineira   

Sous la direction de :

Karine Espineira, Maud-Yeuse Thomas, Arnaud Alessandrin

Extrait de l’INTRODUCTION

Queer, Trans et Féminisme : je t’aime… moi non plus

Pour ce volume 3 des Cahiers de la transidentité, nous nous sommes penchés sur les productions « queer » ou, pour le dire autrement, la « queerisation » de figures minorisées et leurs rapports aux trans et aux féminismes. Si le queer est un espace plus qu’une identité, situé aux marges en même temps qu’il est le point d’appui d’actions en direction du centre (Bourcier, 2006), le queer est aussi une temporalité (Halberstam, 2005). En ce sens, il s’agira d’entendre « queer » non comme un substantif mais comme un verbe, c’est-à-dire comme un processus de « queerisation ». De nombreux écrits découlent de cette volonté : « Repenser et queeriser le travestissement » (Bourcier, 2006), « Faut-il queeriser la psychanalyse ? » (David-Menard, 2009), « Queeriser le corps : pratique des féministes arabes » (Gharaibeh, 2012) ou bien encore « De l’espace genré à l’espace queerisé » (Borghi, 2012). Cette « queerisation » a pour effet collatéral d’être perçue comme un nouveau processus d’invisibilisation dans lequel le discours des minorisé.e.s serait gommé par des « postures queer ». Paradoxalement, les liens entre population trans et productions queer sont nombreux, de même que ceux qui lient la population queer et les Transgender Studies. Nous aimerions dans cette introduction poser les termes du débat tout en proposant une éthique dans la recherche à cet endroit précis où le conflit « queer » / « trans » semble le plus vif. Cette introduction se voudra aussi comme un texte programmatique dans l’optique des futures recherches visant à saisir des interrogations et résistances fortes au confluent de ces mouvements.

SOMMAIRE

INTRODUCTION………………………………………………………….              11

« Trans et queer : je t’aime… moi non plus »

(Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira, Arnaud Alessandrin)…………..      13

CORPS TRANS / CORPS QUEER ….………………………………..               21       

« Dr Jekyll et Ms Hyde »

(Jean-Marie Grégoire)……………………………………………………….           23

« Petit à petit, changer les choses autour de soi… sans oublier le lubrifiant »

Entretien des King’s Queer (ODT)…………………………………………          33

« Lazlo Pearlman mon ami », Entretien de Lazlo Pearlman

(Rachele Borghi et Glenn Le Gal)………………………………….………           39 

« Ecrire c’est tout mélanger, se mélanger », Entretien d’Abdallah Taïa

(Jean Zaganiaris)……………………………………………………………            53

« Dame Nature, entends-tu les voix de tous les ratés de ta production ? »

Entretien de Naïel (ODT)……………………………………………………          55

QUEERING ISLAM………………………………………………………               79

« Queeriser le corps des féministes arabes »

(Roa’a Gharabeih)…………………………………………………………             81

« Sexualités et gouvernabilité des corps au Maroc »

(Jean Zaganiaris)……………………………………………………………            95

PASSAGES……. ……………………………………………….………..              113

« Le roman policier et les trans : une comparaison de Mygale

par Thierry Jonquet et Transfixions par Brigitte Aubert » (Andréa  Hynynen)  115

CONCLUSION…………………………………………………………..                127

« La possibilité d’une fluidité » Entretien de Pierre Zoberman

(ODT)……………………………………………………………………..               129