Groupe GNP : Genre, psychiatrie et périnatalité

La prochaine séance de l’atelier Genre, normes procréatives et parentalité, intitulée « Genre, psychiatrie et périnatalité. Approches historique et sociologique », se tiendra le lundi 29 septembre 2014, sur le site Pouchet, 59-61 rue Pouchet (métro Guy Môquet ou Brochant, ou Porte de Clichy). La salle sera précisée à l’accueil.

Cette 5ème séance du groupe de travail GNP se tiendra en association avec le programme de recherche « Genre et santé  mentale : quels outils pour la prise en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et normes », financé par le « Défi genre 2014 » du CNRS .

Le programme de la journée thématique « Genre, psychiatrie et périnatalité. Approches historique et sociologique »
Coordonnée par Anne-Sophie Vozari (doctorante en sociologie, IRIS, EHESS) et Sébastien Saetta (Post-doctorant en sociologie, Cermes 3, Université Paris-Descartes/Inserm).
Matinée (9h30- 12h30) :
Intervenantes
« Genre, parentalité et médicalisation du psychisme XIXe et XXe siècles »
Francesca Arena (post-doctorante en histoire, Université de Genève / Chercheure associée à TELEMME Aix-en-Provence)
« Genre, psychiatrie et justice entre XIXe et XXe siècles: l’exemple de l’infanticide et du déni de grossesse »
Silvia Chiletti (post-doctorante en histoire des sciences, Centre Alexandre Koyré)
Discutante :
Hélène Bretin (MCF Université Paris 13, Sociologie, IRIS)
Lectures préparatoires (diffusées aux participant.e.s sur demande) :
– Francesca Arena, « La maternité : entre santé et pathologie. L’histoire des délires puerpéraux à l’époque moderne et contemporaine », Histoire, médecine et santé, n°3, 2013, p.101-113
– Francesca Arena, « Un cerveau dans le ventre ou un utérus dans la tête ? Représentations et pratiques médicales autour du corps maternel (XVII-XIXe sicèles), Sextant, n°30, 2013, p. 79-91
– Silvia Chiletti, « Grossesse ignorées au prisme de l’infanticide. Savoirs médicaux et décisions de justice au XIXe siècle »
Après-midi (14h-17h) :
– Compte rendu de lecture de l’ouvrage d’Elie Lee, Abortion, Motherhood and Mental Health : The Medicalization of Reproduction in the U.S. and Britain, Social Problems and Social Issues. New York, Aldine Transaction, 2003. Présenté par Anne-Sophie Vozari
– Présentation d’une bibliographie commentée autour de Genre et santé mentale par Sébastien Saetta
Nous espérons vous voir nombreux.ses ce 29 septembre !
Pour consulter le programme régulièrement mis à jour : http://efigies-ateliers.hypotheses.org/1481
Pour toute proposition ou demande de renseignement, vous pouvez nous contacter par mail : gnp.santeetsociete@gmail.com
Les coordinatrices : Irène-Lucile Hertzog (CERReV, Caen),  Marie Mathieu (Cresppa-CSU, Paris 8/IREF, UQAM) et  Lucile Ruault (CERAPS, Lille 2)
 
Avec le soutien d’EFiGiES, du Réseau des jeunes chercheur.e.s Santé & Société, du Ring et de la MSH Paris-Nord.

Appel à communications pour le colloque « Genre et santé » (8-9 juin 2015)

Colloque de l’ Institut Emilie du Châtelet en partenariat avec l’Inserm

Image 1

Appel à communication

 

Comparées aux autres domaines de la vie sociale, sphères politique, professionnelle et familiale, les inégalités en matière de santé frappent d’emblée par un trait particulier : les femmes semblent avoir une position plus favorable, leur espérance de vie étant plus élevée que celle des hommes. Toutefois, si elles vivent plus longtemps que les hommes, elles passent aussi plus d’années qu’eux en mauvaise santé et présentent des taux de morbidité bien différents de ceux des hommes, aux différents âges et pour nombre de pathologies.

L’histoire de leurs corps peut être marquée par leur appartenance de sexe (maladies liées à la
grossesse et à l’accouchement, cancer des organes reproductifs) mais aussi par leur appartenance de genre (effets des métiers « féminins », stress liés aux cumuls des tâches familiales et professionnelles, violences physiques et psychiques, etc.). L’histoire des corps masculins renvoie aussi aux poids de la biologie (cancers des organes sexuels masculins) et des rapports de genre (effets des métiers « masculins », alcoolisme, tabagisme etc.).
Si les différences selon le sexe sont bien établies dans les enquêtes de santé publique, force est de
constater que les recherches se donnant pour objet de comprendre de tels écarts dans une perspective de genre restent encore rares, notamment en France. Une pensée naturalisante des stéréotypes de genre, encore prégnante même dans les revues scientifiques prestigieuses, tend à réifier l’idée d’une constitution féminine différente d’une constitution masculine. De fait, les disparités de santé entre les sexes sont encore bien souvent interprétées à l’aune des constitutions physiques des femmes et des hommes sans s’interroger sur le poids des représentations du masculin et du féminin et des pratiques sociales genrées, et sur l’articulation entre différentes formes d’inégalités et de relations de pouvoir.
Cette faible prise en compte de la dimension de genre dans le champ de la santé est à mettre en lien
avec le recours tardif en France à ce cadre d’analyse, et notamment à l’articulation du genre avec d’autres rapports sociaux. Mais c’est aussi parce que le genre est rarement pensé comme un rapport social producteur d’inégalités de santé.
Ce colloque interrogera les modalités d’incorporation des différences de sexe/genre dans notre
compréhension du normal et du pathologique, sur les effets de la biologie sur le genre, et du genre sur la biologie. Il s’agira également de questionner la systématicité de la bipartition de la population selon le sexe pour rendre compte des inégalités sociales de santé tandis que la distinction entre sexe et genre devient l’objet d’une interrogation de plus en plus complexe.
Ce colloque pluridisciplinaire se donne ainsi pour objectif de comprendre comment les rôles sociaux
liés au genre tendent à orienter la façon dont les femmes et les hommes sont (i) exposé.e.s différemment à des problèmes de santé, (ii) comment elles et ils se représentent les affections qui les touchent et (iii) ont ou non recours au système de soins, (iv) et comment les réponses des professionnels de santé se construisent différemment selon le sexe de leurs patients.
On analysera en particulier la façon dont le genre participe à construire les troubles de la vie psychique, les représentations des maladies comme le cancer et les affections cardio-vasculaires, les questions de santé sexuelle et reproductive, dans des contextes sociaux, professionnels et de soins eux-mêmes genrés.
Les propositions de communication (2 pages) accompagnées d’un CV seront déposées avant le 30
septembre 2014 via le formulaire ouvert sur le site internet de l’IEC :
http://www.institutemilieduchatelet.org/colloque-detail?id=246
Elles devront s’inscrire dans une des thématiques suivantes :
A Genre, maladie cardio-vasculaire et vieillissement
B Genre et santé au travail
C Genre et cancer
D Genre et santé mentale
E Genre et santé sexuelle
Comité d’organisation :
Armelle Andro (sociologie-démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nathalie Bajos
(sociologie-démographie, INSERM), Laurie Laufer (psychopathologie, Université Paris Diderot), Ilana Löwy (histoire des sciences biomédicales, INSERM), Pascale Molinier (psychologie, Université Paris 13 Nord), Florence Rochefort (histoire, CNRS), Catherine Vidal (neurobiologie, Institut Pasteur).
Comité scientifique :
Simone Bateman (sociologie, CNRS), Marc Bessin (sociologie, CNRS/EHESS), Mylène Botbol-Baum (philosophie, Université catholique de Louvain), Catherine Bourgain (génétique, épidémiologie, INSERM), Hélène Bretin (sociologie, Université Paris 13 Nord), Martine Bungener (économie, sociologie, CNRS), Emmanuelle Cambois (santé publique, INED), Hervé Chneiweiss (neuro-oncologie, CNRS), Emilie Counil (épidémiologie, EHESP), Daniel Delanoë (psychiatrie, INSERM), Christine Hamelin (sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin), Pierre Jouannet (biologie reproductive, professeur émérite, Université Paris-Descartes), Thierry Lang (épidémiologie sociale, INSERM), Anne Lowell (anthropologie, Université de Californie, Berkeley), Jennifer Merchant (science politique, Université Paris Panthéon-Assas), Patrick Peretti-Watel (sociologie, INSERM), Alain Smagghe (médecine gériatrique), Alain Vannier (psychanalyse,
Université Paris Diderot), Jean-Christophe Weber (médecine, Université de Strasbourg), Joëlle Wiels (biologie cellulaire, CNRS)

Coordination : Lucette Aussel (Inserm) – Sylvie Blumenkrantz (IEC