Atelier Normes et Psychanalyse. Paris MIE

arton3000Atelier de recherche commun à Psychadoc (le séminaire des doctorants de l’école doctorale Recherches en Psychanalyse : http://psychadoc.com/) et ÉFiGiES (association des jeunes chercheur-e-s en études féministes, genre et sexualités : http://www.efigies.org).

MIE, salle des conférences, Maison des Initiatives Étudiantes – 50, rue des Tournelles, 75003 à Paris

Participation :

Toutes les personnes intéressées par le thème sont les bienvenues (jeunes chercheurs, enseignants-chercheurs, docteurs, non-doctorants, étudiants, non étudiants, etc.) en essayant de nous prévenir par mail : normesetpsychanalyse@gmail.com

Appel à proposition :

Les propositions sont attendues par mail (argument, champ de recherche ou sujet de thèse, bibliographie, etc.)

Formation doctorale :

La participation à l’atelier est valorisée pour les formations doctorales (si votre ED l’accepte).

Programme :

- 1ère séance, le mercredi 20 novembre, « Sexe, genre, … en psychanalyse ? », avec Vincent Bourseul et Sara Piazza.
Qu’est-ce que le genre pour la psychanalyse ? Et le sexe ?… La psychanalyse n’a pas de définition ni de l’un ni de l’autre. Alors comment pense-t-elle les transfor- mations du sexe et du genre, leurs performances, leurs créations psychiques et corporelles ? À partir de l’expérience de la chirurgie vulvaire et de la clinique du genre en psychanalyse, nous ouvrirons cet atelier par une large discussion sur la norme, le sexe et le genre dans la théorie et la pratique psychanalytique.

- 2ème séance, le mercredi 18 décembre, « Lecture collective, texte de Susan Bordo », avec Mira Younes.
Imprégnée des feminist, gender et cultural studies, Susan Bordo participe d’un vaste mou- vement de relectures politiques des « pathologies » et symptômes qui ne relevaient que des savoirs médicaux et psy. Ces relectures qui conçoivent le corps comme site d’inscrip- tion mais aussi de résistances sont discutées dans ce texte, s’agissant de normes de la féminité historiquement situées. Quels dialogues éventuels avec la psychanalyse (issue de la clinique de l’hystérie) cette réinterprétation des symptômes « féminins » permet-elle, et selon quelle épistémologie ? On proposera ultérieurement une mise en perspective de ce texte avec les « savoirs situés » qu’appelle de ses vœux Donna Haraway.

- 12 février, 19 mars, 9 avril et 18 juin.

Contact :

normesetpsychanalyse@gmail.com

Séminaire Corps Vulnérables. Université de Strasbourg

GENRE, CORPS ET VULNÉRABILITÉ : NORMES MÉDICALES, ETHIQUES ET POLITIQUES
DE L’INTÉGRITÉ CORPORELLE ET DE LA SEXUALITÉ
PROGRAMME 2014-­‐2015
Org. Sandra BOEHRINGER, Estelle FERRARESE et Jean-­‐Christophe
WEBER

Muriel SALLE (Université de Lyon 1)

Hermaphrodites et invertis dans le discours médical à la Belle Époque. Corps vulnérables ou corps coupables ? »

Lundi 8 décembre, 18-20h, Misha, salle Europe (RdC)

L’entrée est libre à toute personne intéressée et l’UE SO63KU6 (Master Ethique et sociétés)
peut être validée.

Contacts : s.boehringer@unistra.fr, ferrarese@unistra.fr, jcweber@unistra.fr
Télécharger le programme : http://www.genre-universite-strasbourg.org

JE paternité et sante mentale : 2 décembre 2014

A father dips his displeased child into water from the new Artesian well in Grenelle; he emerges covered in filth.
Lithograph by H. Daumier, 1841. Bauger, Paris , Imp. d’Aubert & C.ie

 Avec le soutien du « défi genre 2014 – CNRS » dans le cadre du projet : Genre et santé mentale : quels outils pour la prise  en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et normes (porté par EA 4569 Université Paris Descartes).

MMSH-Aix-en-Provence

Salle Duby

 

9 h 30 Ouverture de la journée

Brigitte MARIN, Directrice de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (USR 3125).

Nolwenn LECUYER, Chargée de mission «Egalité Hommes-Femmes», AMU.

 

10 h – 12 h 30

Présidence : Dorothée DUSSY

(CNRS Centre Norbert Elias Marseille)

 

Introduction

Francesca ARENA (Université de Genève / Telemme),

Silvia CHILETTI (C. Koyré), Jean-Christophe COFFIN (Paris Descartes)

 

François POINSO (Serv. de Pédopsychiatrie Hôpital Ste Marguerite, CHU de Marseille)

Positionnements paternels, et différentes complications, dans l’expérience d’un pédopsychiatre

 

Pause café

 

Tristan RENARD (LISST- Cers, Université Toulouse 2 le Mirail),

Sébastien SAETTA (Cermes3, Inserm)

Psychiatrie et inceste : entre expertise et prise en charge

 

Discussion

 

 

13 h 45 – 15 h 30

Présidence : Christine DOURLENS

Université Jean Monnet de Saint-Etienne / Triangle – UMR 5206

 

Patricia ROSSI (psychologue clinicienne, psychanalyste Marseille)

Turbulences autour de l’engendrement, l’infantile et le pulsionnel à la source

 

Laurence HERAULT (AMU-Idemec)

La paternité transgenre en PMA: histoire d’un trouble

 

Discussion

 

Pause café

15 h 30 – 17 h 30

Présidence : Irène PURSELL FRANÇOIS

(CHU de Dijon / Université de Bourgogne / LEM EA 4569)

 

Agnès MARTIAL (CNE, Marseille)

Les pères et la folie des mères : retour sur des récits de paternité « solitaire »

 

Nine M-C GLANGEAUD-FREUDENTHAL (psychologue-chercheur INSERM / Marcé Society)

Forces et difficultés psychologiques des pères autour de la naissance d’un enfant et du ‘devenir père’

 

Discussion

 

Conclusions : Anne-Sophie VOZARI (IRIS)

 

Pour info : gendpsy@gmail.com

Plan d’accès MMSH :

http://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/plan-acces/Pages/default.aspx

Atelier EFiGiES : psychanalyse(s) et savoirs situés

Nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en place d’un nouvel atelier EFiGiES :

«psychanalyse(s) et savoirs situés», qui commencera le 10 novembre prochain à 19h45 à la MIE – Labo 13 (15, rue Jean-Antoine de Baif, Paris 13e).

La première séance sera consacrée à une introduction collective ainsi qu’à une intervention de

Noémie Marignier (IEC): Les « discours psy » de l’intersexuation.

Vous trouverez plus bas la présentation détaillée de l’atelier et la suite du programme,

En attendant de vous retrouver nombreu-ses-x,

Les coordinatrices de l’atelier: Laure Basile, Clémence Moreau et Mira Younes.

————————————————————————————————–

Atelier EFiGiES 2014/ 2015

psychanalyse(s) et savoirs situés

Contact: psychanalyses.savoirs.situes@mailoo.org

Carnet Hypothèses: http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/psychanalyses-et-savoirs-situes

Organisation :

La 1ère séance aura exceptionnellement lieu un lundi 10 novembre 2014 à 19h45, MIE-Labo 13 (15, rue Jean-Antoine de Baïf, 75013).

Les séances suivantes auront lieu les 1ers jeudi du mois (sauf janvier) à 19h45, MIE Bastille (50, rue des Tournelles, 75003).

Les places étant limitées, mieux vaut s’inscrire pour chaque séance en envoyant un mail à l’adresse indiquée ci-dessus.

Programme de l’atelier :

– 10 novembre 2014:

Introduction collective de l’atelier.

Les « discours psy » de l’intersexuation, avec Noémie Marignier (IEC).

– 4 décembre 2014:

« Silence public, terreur privée ». À propos d’un article de Dorothy Allison, avec Gabrielle Schnee (Paris 13).

– 5 février 2015 :

Clinique trans’ et « maltraitance théorique », avec Laure Basile (Paris 8) et Clémence Moreau, psychologue clinicienne.

– 5 mars 2015 :

Psychanalyse et hétéronormativité, avec Tiphaine Besnard (Paris 8).

– 16 avril 2015 :

En finir avec « l’hystérie? » Du dark continent au pulsionnel a-politique, avec Mira Younes (Paris 13).

– 7 mai 2015 :

Démocratiser l’espace thérapeutique : questions autour de la réalisation concrète d’une philosophie féministe de la psychothérapie, avec Stéphanie Pache (Université de Lausanne, Suisse).

– 4 juin 2015 :

Séance ouverte aux participant-e-s qui souhaiteraient intervenir.

Présentation:

C’est à partir des manques et écueils des formations universitaires en psychologie et psychanalyse que nous avons décidé de mettre en place cet atelier dans le cadre d’EFiGiES. Dans une perspective de déconstruction/reconstruction des savoirs qui informent les pratiques cliniques, nous prendrons appui sur les épistémologies féministes (standpoint theory, gender studies, intersectionnalité, queer theory), ainsi que sur certains apports contemporains de la linguistique, de la sociologie, des cultural et subaltern studies, etc. Nous désirons construire un espace de questionnements et de co-formation transdisciplinaire ouvert aux savoirs mineurs.

***

L’invention de « la » psychanalyse a immédiatement provoqué l’émergence de courants critiques, à l’intérieur et hors des milieux psy. Or ces critiques sont trop peu reçues et envisagées comme un potentiel levier de réinvention. Pourtant, dès ses origines, « la » psychanalyse s’est rêvée et revendiquée non-autoritaire, non-experte et ouverte aux divers savoirs dans le soutien de leur réflexivité. Du moins, c’est ce que demandaient les premières patientes de Freud, dites «hystériques», elles aussi « inventeuses » d’une certaine pratique clinique.

C’est dans cette perspective critique, de réélaboration collective des outils psychanalytiques, théoriques et techniques, que nous envisageons cet atelier. Nous souhaitons mettre au travail certains concepts essentialisants, pathologisants (castration, phallus, Nom-du-Père, perversion) contribuant à la réitération de normes excluantes, et interroger l’utilisation plaquée de certaines hypothèses, provoquant ce qu’il convient d’appeler une « maltraitance théorique ». Pour autant que nous nous orientons vers une clinique éthique, nous ne pouvons faire l’impasse sur les entrelacs entre savoir et pouvoir. Partant du présupposé qu’en position de thérapeute ou d’analyste, nos silences, nos paroles, nos actes ont des conséquences parfois majeures dans les processus de subjectivation des patient.e.s : quelles sont les limites éthiques quant à la volonté de savoir ? Quelle interprétation est légitime ? Y a-t-il une parole experte ?

La revendication principale des épistémologues féministes du « point de vue » (standpoint theory) se rapporte à l’importance de situer les savoirs, notamment ceux formulés à partir d’une position d’énonciation non marquée et tendanciellement universelle. Ce point de vue de nulle part, laisse hors champ tant les privilèges des énonciateurs (de genre, de classe, de « race », d’apparente « normalité », entre autres) que les structures institutionnelles qui président à la production théorique et sa transmission. Nous pensons qu’il n’y a pas, d’une part, des discours objectifs d’experts, et d’autre part des savoirs situés et subjectifs. Tout discours est amené à occuper une fonction politique dans un contexte précis et selon des enjeux qui le traversent… Et nous pensons qu’il n’est pas d’énonciation qui soit indemne de l’inconscient. En tant qu’ils ne se cachent pas d’être subjectivement incarnés (embodied knowledge) et historiquement construits, des savoirs situés, partiels et partiaux, ne nous donnent aucune grille d’interprétation infaillible. Ils ouvrent en revanche à une position d’énonciation mesurée, à la prise en compte de l’hégémonie des savoirs et à la mise en valeur du malentendu. C’est à la fois le sens de l’engagement politique, et la pratique des clinicien.ne.s que nous sommes qui s’en trouvent modifiés.

Nous aimerions en d’autres termes penser l’intrication du social, du psychique et du politique, tout en faisant place à la diversité et à l’hétérogène en clinique. Pour nous, la rencontre clinique suppose un va et vient permanent entre ces dimensions. Nous espérons ainsi contribuer à intégrer dans nos pratiques, la coexistence d’une sensibilité à la question des enjeux de domination et du pouvoir des normes en tant qu’ils constituent les subjectivités, et d’une attention non essentialisante au singulier. Le parti pris des « savoirs situés » nous semble résumer cette tension.

***

Les séances de « Psychanalyses et savoirs situés » s’adressent tant aux curieux et curieuses de tous bords qu’aux étudiant.e.s en psychologie, aux clinicien.ne.s et aux chercheur.e.s en diverses disciplines. Nous aimerions mettre l’accent sur l’échange et le débat, en proposant des présentations synthétiques, privilégiant les temps de discussion. Ceux-ci peuvent être saisis pour questionner les apports théoriques mobilisés, qu’ils soient psychanalytiques ou non.

Groupe GNP : Genre, psychiatrie et périnatalité

La prochaine séance de l’atelier Genre, normes procréatives et parentalité, intitulée « Genre, psychiatrie et périnatalité. Approches historique et sociologique », se tiendra le lundi 29 septembre 2014, sur le site Pouchet, 59-61 rue Pouchet (métro Guy Môquet ou Brochant, ou Porte de Clichy). La salle sera précisée à l’accueil.

Cette 5ème séance du groupe de travail GNP se tiendra en association avec le programme de recherche « Genre et santé  mentale : quels outils pour la prise en charge ? La fabrique des diagnostics psychiatriques entre care, expertise et normes », financé par le « Défi genre 2014 » du CNRS .

Le programme de la journée thématique « Genre, psychiatrie et périnatalité. Approches historique et sociologique »
Coordonnée par Anne-Sophie Vozari (doctorante en sociologie, IRIS, EHESS) et Sébastien Saetta (Post-doctorant en sociologie, Cermes 3, Université Paris-Descartes/Inserm).
Matinée (9h30- 12h30) :
Intervenantes
« Genre, parentalité et médicalisation du psychisme XIXe et XXe siècles »
Francesca Arena (post-doctorante en histoire, Université de Genève / Chercheure associée à TELEMME Aix-en-Provence)
« Genre, psychiatrie et justice entre XIXe et XXe siècles: l’exemple de l’infanticide et du déni de grossesse »
Silvia Chiletti (post-doctorante en histoire des sciences, Centre Alexandre Koyré)
Discutante :
Hélène Bretin (MCF Université Paris 13, Sociologie, IRIS)
Lectures préparatoires (diffusées aux participant.e.s sur demande) :
– Francesca Arena, « La maternité : entre santé et pathologie. L’histoire des délires puerpéraux à l’époque moderne et contemporaine », Histoire, médecine et santé, n°3, 2013, p.101-113
– Francesca Arena, « Un cerveau dans le ventre ou un utérus dans la tête ? Représentations et pratiques médicales autour du corps maternel (XVII-XIXe sicèles), Sextant, n°30, 2013, p. 79-91
– Silvia Chiletti, « Grossesse ignorées au prisme de l’infanticide. Savoirs médicaux et décisions de justice au XIXe siècle »
Après-midi (14h-17h) :
– Compte rendu de lecture de l’ouvrage d’Elie Lee, Abortion, Motherhood and Mental Health : The Medicalization of Reproduction in the U.S. and Britain, Social Problems and Social Issues. New York, Aldine Transaction, 2003. Présenté par Anne-Sophie Vozari
– Présentation d’une bibliographie commentée autour de Genre et santé mentale par Sébastien Saetta
Nous espérons vous voir nombreux.ses ce 29 septembre !
Pour consulter le programme régulièrement mis à jour : http://efigies-ateliers.hypotheses.org/1481
Pour toute proposition ou demande de renseignement, vous pouvez nous contacter par mail : gnp.santeetsociete@gmail.com
Les coordinatrices : Irène-Lucile Hertzog (CERReV, Caen),  Marie Mathieu (Cresppa-CSU, Paris 8/IREF, UQAM) et  Lucile Ruault (CERAPS, Lille 2)
 
Avec le soutien d’EFiGiES, du Réseau des jeunes chercheur.e.s Santé & Société, du Ring et de la MSH Paris-Nord.

Appel à communications pour le colloque « Genre et santé » (8-9 juin 2015)

Colloque de l’ Institut Emilie du Châtelet en partenariat avec l’Inserm

Image 1

Appel à communication

 

Comparées aux autres domaines de la vie sociale, sphères politique, professionnelle et familiale, les inégalités en matière de santé frappent d’emblée par un trait particulier : les femmes semblent avoir une position plus favorable, leur espérance de vie étant plus élevée que celle des hommes. Toutefois, si elles vivent plus longtemps que les hommes, elles passent aussi plus d’années qu’eux en mauvaise santé et présentent des taux de morbidité bien différents de ceux des hommes, aux différents âges et pour nombre de pathologies.

L’histoire de leurs corps peut être marquée par leur appartenance de sexe (maladies liées à la
grossesse et à l’accouchement, cancer des organes reproductifs) mais aussi par leur appartenance de genre (effets des métiers « féminins », stress liés aux cumuls des tâches familiales et professionnelles, violences physiques et psychiques, etc.). L’histoire des corps masculins renvoie aussi aux poids de la biologie (cancers des organes sexuels masculins) et des rapports de genre (effets des métiers « masculins », alcoolisme, tabagisme etc.).
Si les différences selon le sexe sont bien établies dans les enquêtes de santé publique, force est de
constater que les recherches se donnant pour objet de comprendre de tels écarts dans une perspective de genre restent encore rares, notamment en France. Une pensée naturalisante des stéréotypes de genre, encore prégnante même dans les revues scientifiques prestigieuses, tend à réifier l’idée d’une constitution féminine différente d’une constitution masculine. De fait, les disparités de santé entre les sexes sont encore bien souvent interprétées à l’aune des constitutions physiques des femmes et des hommes sans s’interroger sur le poids des représentations du masculin et du féminin et des pratiques sociales genrées, et sur l’articulation entre différentes formes d’inégalités et de relations de pouvoir.
Cette faible prise en compte de la dimension de genre dans le champ de la santé est à mettre en lien
avec le recours tardif en France à ce cadre d’analyse, et notamment à l’articulation du genre avec d’autres rapports sociaux. Mais c’est aussi parce que le genre est rarement pensé comme un rapport social producteur d’inégalités de santé.
Ce colloque interrogera les modalités d’incorporation des différences de sexe/genre dans notre
compréhension du normal et du pathologique, sur les effets de la biologie sur le genre, et du genre sur la biologie. Il s’agira également de questionner la systématicité de la bipartition de la population selon le sexe pour rendre compte des inégalités sociales de santé tandis que la distinction entre sexe et genre devient l’objet d’une interrogation de plus en plus complexe.
Ce colloque pluridisciplinaire se donne ainsi pour objectif de comprendre comment les rôles sociaux
liés au genre tendent à orienter la façon dont les femmes et les hommes sont (i) exposé.e.s différemment à des problèmes de santé, (ii) comment elles et ils se représentent les affections qui les touchent et (iii) ont ou non recours au système de soins, (iv) et comment les réponses des professionnels de santé se construisent différemment selon le sexe de leurs patients.
On analysera en particulier la façon dont le genre participe à construire les troubles de la vie psychique, les représentations des maladies comme le cancer et les affections cardio-vasculaires, les questions de santé sexuelle et reproductive, dans des contextes sociaux, professionnels et de soins eux-mêmes genrés.
Les propositions de communication (2 pages) accompagnées d’un CV seront déposées avant le 30
septembre 2014 via le formulaire ouvert sur le site internet de l’IEC :
http://www.institutemilieduchatelet.org/colloque-detail?id=246
Elles devront s’inscrire dans une des thématiques suivantes :
A Genre, maladie cardio-vasculaire et vieillissement
B Genre et santé au travail
C Genre et cancer
D Genre et santé mentale
E Genre et santé sexuelle
Comité d’organisation :
Armelle Andro (sociologie-démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nathalie Bajos
(sociologie-démographie, INSERM), Laurie Laufer (psychopathologie, Université Paris Diderot), Ilana Löwy (histoire des sciences biomédicales, INSERM), Pascale Molinier (psychologie, Université Paris 13 Nord), Florence Rochefort (histoire, CNRS), Catherine Vidal (neurobiologie, Institut Pasteur).
Comité scientifique :
Simone Bateman (sociologie, CNRS), Marc Bessin (sociologie, CNRS/EHESS), Mylène Botbol-Baum (philosophie, Université catholique de Louvain), Catherine Bourgain (génétique, épidémiologie, INSERM), Hélène Bretin (sociologie, Université Paris 13 Nord), Martine Bungener (économie, sociologie, CNRS), Emmanuelle Cambois (santé publique, INED), Hervé Chneiweiss (neuro-oncologie, CNRS), Emilie Counil (épidémiologie, EHESP), Daniel Delanoë (psychiatrie, INSERM), Christine Hamelin (sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin), Pierre Jouannet (biologie reproductive, professeur émérite, Université Paris-Descartes), Thierry Lang (épidémiologie sociale, INSERM), Anne Lowell (anthropologie, Université de Californie, Berkeley), Jennifer Merchant (science politique, Université Paris Panthéon-Assas), Patrick Peretti-Watel (sociologie, INSERM), Alain Smagghe (médecine gériatrique), Alain Vannier (psychanalyse,
Université Paris Diderot), Jean-Christophe Weber (médecine, Université de Strasbourg), Joëlle Wiels (biologie cellulaire, CNRS)

Coordination : Lucette Aussel (Inserm) – Sylvie Blumenkrantz (IEC

 

Congrès des études de genre en France. 3/5 septembre 2014.

A l’heure où la pertinence et la légitimité scientifiques des études de genre sont enfin reconnues en France, l’Institut du Genre CNRS/Universités organise le premier Congrès dans ce domaine à l’échelon national.

CG_bandeau

Le Congrès se tiendra du 3 au 5 septembre à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon

Il  permettra de faire la démonstration de l’importance scientifique, de la vitalité et de la diversité des études de genre en France et dans le monde francophone, en dressant  le tableau le plus complet possible des recherches menées actuellement dans ce domaine.  Le Congrès accueillera à la fois des ateliers portant sur des thématiques ou des objets de recherche déjà bien identifiés, et des ateliers portant sur des thématiques émergentes, fruits de croisements disciplinaires ou de questionnements nouveaux. En même temps qu’aux avancées scientifiques reconnues, place sera donnée aux tournants épistémologiques récents et aux nouvelles perspectives théoriques. Enfin, suivant les engagements scientifiques de l’Institut du Genre, recherches interdisciplinaires, approches transversales et confrontations inédites de langages et de paradigmes, seront à l’honneur.

 

Nous signalons trois sessions concernant les thèmes du genre et de la santé mentale :

 

Ven. 05/09 de 9h à11h

Des maladies genrées à une épistémologie du genre de la santé mentale

Salle 104, Bât. Formation

Francesca ARENA

› Drôles de genres. Handicap intellectuel, sexes et sexualités.  – Estelle Veyron La Croix, établissement médico-social 09:00-11:00 (2h)

› Le mouvement des psychologues féministes américaines et son projet d’épistémologie féministe de la santé mentale  – Stéphanie Pache, Université de Lausanne 09:00-11:00 (2h)

› Le terme de « genre » dans la gestion médicale de l’intersexuation en France  – Michal Raz, Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société 09:00-11:00 (2h)

› Les dépressions périnatales : des troubles genrés ?  – Anne-Sophie Vozari, Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux – sciences sociales, politique, santé (ancienne affiliation INSERM), Universite de Rouen 09:00-11:00 (2h)

› Les dysphories de genre ou comment faire d’une vocation sexuée un problème psychopathologique  – Laurence Hérault, Aix-Marseille Université 09:00-11:00 (2h)

 

 

Ven. 05/09 de 9h à11h

Arts, médias et littérature

Salle 101, Bât. Formation

Arnaud ALESSANDRIN, Marielle TOULZE

› Art de la performance et performativité du genre. Essai de cartographie de la corporéité à partir performances des artistes féministes de la décennie 1970  – Clélia Barbut, Université Paris 3 11:30-13:00 (1h30)

› Figures de la transidentité dans la photographie contemporaine  – Marielle Toulze, Centre Max Weber 11:30-13:00 (1h30)

› Les corps trans dans la littérature marocaine   – Jean Zaganiaris, CERAM / EGE, Rabat, Maroc  11:30-13:00 (1h30)

› Les productions DIY comme réponse culturelle  – Karine Espineira, Laboratoire Interdisciplinaire Récits, Cultures et Sociétés 11:30-13:00 (1h30)

 

 

Ven. 05/09 de 14h30 à 16h30

Genre, norme et psychanalyse

Salle 102, Bât. Formation

Laurie LAUFER

› Atelier Genre, norme et psychanalyse  – Laurie LAUFER, Centre de recherche psychanalyse et société 14:30-16:30 (2h)

› Ce que l’intersexuation fait à la psychanalyse : ou de l’indispensable recours au genre pour penser la clinique  – Melanie Jacquot, Laboratoire de psychologie clinique 14:30-16:30 (2h)

› Maniement du genre et création du sex  – Vincent Bourseul, Vanier 14:30-16:30 (2h)

› Politique ou épistémologie du genre  – Monique David-Menard, Centre d’études du vivant 14:30-16:30 (2h)

› Psychanalyse et normes, une liaison dangereuse  – Laurie LAUFER, Centre de recherche psychanalyse et société 14:30-16:30 (2h)

› Psychanalyse et transsexualités : pour une hétérotopie théorique   – Thamy Ayouch, Université Lille III 14:30-16:30 (2h)

 

 

Les résumés des interventions sont disponibles sur le site du congrès : http://genrelyon2014.sciencesconf.org/resource/page/id/9

 

 

 

Du syndrome prémenstruel au trouble dysphorique prémenstruel. Une reconfiguration des représentations sur la vulnérabilité des femmes

B0003328 Anger Par Laura Piccand

Des corps fragiles et vulnérables, mais également incontrôlables (sujets à des sautes et des déséquilibres de toutes sortes), donc des corps à traiter et à contrôler.  Ces représentations du corps féminin forment un fil rouge dans l’histoire de la médecine. Naturalisation et médicalisation sont des phénomènes centraux en ce qui concerne la menstruation (Löwy 2006). Subissant transformations et adaptations au contexte socio-historique, les représentations autour de la menstruation conservent aujourd’hui un intérêt majeur pour qui s’intéresse à la thématique genre et médecine, notamment à travers l’exemple contemporain du syndrome prémenstruel (SPM). Celui-ci est une catégorie médicale mobilisée particulièrement en gynécologie. S’il n’existe pas de définition stabilisée, on peut le décrire de façon minimale comme une constellation de symptômes physiologiques (maux de ventre, tensions mammaires, rétentions liquidiennes, migraines…) et psychiques (principalement des changements dʼhumeur). Ces symptômes, qui sont décrits comme survenant dans la semaine qui précède lʼarrivée des règles et disparaissant avec elles, toucheraient environ 80% des femmes menstruées. Le syndrome prémenstruel fait l’objet, depuis une trentaine d’années, d’une réécriture psychiatrique sous le nom de «trouble dysphorique prémenstruel» (TDPM). Dans le sillage de cette réécriture, on peut observer une reconfiguration des hypothèses étiologiques sur le syndrome prémenstruel. Il y a donc un véritable intérêt à étudier la façon dont des techniques (spécifiquement une catégorie diagnostique mais également les traitements médicaux qui y sont liés) sont productrices et reproductrices de définitions genrées du corps et de la psyché.

La première mention d’une maladie appelée «tension prémenstruelle» est documentée en 1931 dans un article du gynécologue étasunien Robert T. Frank. On peut cependant remonter un peu plus loin pour observer les prémisses à la fois de intérêt pour la phase prémenstruelle, mais aussi  de lʼassociation entre faiblesse psychique et menstruation. Au début du XXe siècle, émergence de endocrinologie (Oudshoorn 2004) signifie une perte dʼimportance de lʼassociation entre menstruation et système nerveux qui avait prévalu au XIXe siècle, au profit des hormones (Fischer-Homberger 1988 : 66). Le modèle endocrinologique permet cependant d’établir fermement le lien entre symptômes psychiques et période prémenstruelle, puisqu’il permet dʼexpliquer «des plaintes concernant nʼimporte quelle partie du corps à nʼimporte quel moment du cycle menstruel», comme le relève Stolberg (2000). Cʼest cependant après la Seconde guerre mondiale que le terme de «tension prémenstruelle» se popularise et se réfère explicitement à la conjonction de symptômes émotionnels, comportementaux et somatiques que Frank avait déjà mis en avant. En 1953, les médecins britanniques Katharina Dalton et Raymond Greene, dans un article publié dans le British Medical Journal, proposent le terme «syndrome prémenstruel».

Le syndrome prémenstruel connaît une nouvelle étape dans son histoire à partir du début des années 1980, avec le développement de la catégorie diagnostique de trouble dysphorique prémenstruel. Celui-ci est développé par des psychiatres, et en particulier par lʼAssociation américaine de psychiatrie (APA), dès 1983. Il reprend les symptômes principaux du syndrome prémenstruel mais se concentre sur les symptômes psychiques (voir tableau ci-dessous). Il est considéré essentiellement comme une variante aggravée du SPM, touchant cette fois environ 3 à 8 % des femmes menstruées à qui il rendrait la vie sociale, professionnelle ou familiale difficile voire impossible. LʼAPA a voulu intégrer cette catégorie diagnostique dans le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) et sʼest heurtée à dʼimportantes polémiques, essentiellement aux Etats-Unis (voir notamment Figert 1996). Dans le DSM-III-R, publié en 1987 et dans le DSM-IV, publié en 1994, lʼAPA a finalement placé cette catégorie dans une annexe du manuel, qui rassemble des catégories qui doivent encore faire lʼobjet de recherches. L’APA a publié la cinquième version du DSM (DSM-V) en mai 2013, dans laquelle le trouble dysphorique prémenstruel est placé à la section des troubles dépressifs.

Par un phénomène de renforcement et de construction mutuels, le développement du trouble dysphorique prémenstruel comme version psychiatrique du syndrome prémenstruel est lié de près à l’industrie pharmaceutique. En effet, parmi les traitements proposés pour traiter le TDPM, un médicament a particulièrement été mis en avant aux Etats-Unis à partir des années 2000, sous le nom de Sarafem. Le composant chimique de Sarafem est la chlorhydrate de fluoxétine, un «inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine» (ISRS), originellement prescrit pour soigner la dépression. Alors que le brevet de la fluoxétine détenu par l’entreprise étasunienne Eli Lilly depuis 1987 arrivait à échéance en 2001, celle-ci a obtenu de la Food and Drug Administration (FDA) de protéger par un brevet une nouvelle indication: le traitement du trouble dysphorique prémenstruel. Le trouble dysphorique prémenstruel ouvre ainsi un grand marché potentiel à la fluoxétine, et les recherches qui sont réalisées pour prouver l’efficacité de Sarafem permettent à leur tour d’asseoir la légitimité encore contestée du trouble dysphorique prémenstruel. La production dʼun nouveau diagnostic est alors corrélée à la création dʼun traitement, et vice-versa.

Or, la mise en avant d’un médicament agissant sur les neurotransmetteurs n’est pas sans lien avec les reconfigurations des hypothèses étiologiques. Construit auparavant autour d’hypothèses étiologiques essentiellement hormonales, même si décrites de façon relativement imprécise, le syndrome prémenstruel a été peu à peu considéré  comme un trouble à l’origine «neuro-endocrinienne», cʼest à dire un cadre explicatif qui met au premier plan des hypothèses étiologiques les interactions entre hormones sexuelles et neurotransmetteurs. Si le caractère multifactoriel et encore non-définitif de l’étiologie est souvent mis en avant, le «dérèglement» du système sérotoninergique constitue néanmoins la cause privilégiée par les études les plus récentes sur le sujet. Celles-ci décrivent ainsi l’effet qu’auraient certaines hormones sexuelles sur les récepteurs sérotoninergiques. Plus récemment, une hypothèse qui abandonne presque complètement le paradigme des déséquilibres hormonaux émerge. Certains articles soulignent en effet que les changements hormonaux constatés chez les femmes diagnostiquées de syndrome prémenstruel ou de trouble dysphorique prémenstruel ne diffèrent pas de ceux observés généralement. Cʼest alors quʼest émise lʼhypothèse de la «susceptibilité augmentée» ou de la «vulnérabilité neurobiologique» qui concernerait les femmes diagnostiquées. Les changements hormonaux ne semblent plus donc être la cause des symptômes, mais cʼest plutôt la réaction à ceux-ci qui devient le lieu pathologique.

La définition de ce qu’est la vulnérabilité et ses causes est un enjeu central de la (re)production du genre dans le domaine de la santé et dans la psychiatrie en particulier. Les causes sociales de la souffrance psychique des femmes (par exemple violence et précarité des conditions de vie et de travail) sont en effet souvent invisibilisées et «minimisées au profit d’une explication en termes de «vulnérabilité naturelle»» (Vuille et al. 2006 : 12). Par l’émergence d’hypothèses étiologiques essentiellement neurologiques, la notion de cyclicité, souvent évoquée pour expliquer une prétendue vulnérabilité naturelle des femmes, sʼen voit reconfigurée : celle-ci reste, mais elle est explicitement et fortement replacée dans un cadre de «normalité». Ainsi, ce sont les femmes qui ont une «sensibilité exacerbée» à ces cycles hormonaux «normaux» qui sont en quelque sorte, et implicitement, «anormales». On peut alors dire que cʼest en dépathologisant (de façon relative) le cycle menstruel et en pathologisant le système neurologique que le syndrome prémenstruel peut alors devenir un trouble psychiatrique. La mise en avant d’une vulnérabilité située au niveau des neurotransmetteurs (bien que toujours liée au cycle hormonal) est certainement liée à l’essor des neurosciences ainsi qu’à l’intérêt de la biomédecine pour la recherche sur les facteurs génétiques. On pourrait  ainsi se demander si cette évolution porte en elle un changement dans la représentation des femmes comme catégorie d’êtres humains fragiles et victimes de leur propre physiologie. On sait en effet qu’avec l’existence de catégories diagnostiques qui lient cycles hormonaux et souffrance psychique, ce nʼest pas seulement une minorité de femmes qui ont été catégorisées comme souffrant dʼun problème psychique qui les fragilisent et les empêchent de mener une vie sociale «normale», mais cʼest lʼensemble des femmes qui sont perçues comme plus faibles et instables. En effet, en confirmant la relation supposée entre hormones féminines, cycle(s) féminin(s) et problèmes psychiques et physiques, on représente le corps féminin comme plus fragile et plus instable que le corps masculin (Löwy 2006 : 151). Or, comme le rappellent Lorber et Moore (2002), la régularité et le contrôle des fonctions corporelles sont très valorisées par la science occidentale et par la perspective biomédicale en particulier (2002 : 73).

Laura Piccand (www.unige.ch/etudes-genre/Equipe-1/LauraPiccand.html)

Institut des Etudes genre, Université de Genève et Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique, Université de Lausanne

 

Tiré de:Piccand, Laura (2013). « Du syndrome prémenstruel au trouble dysphorique prémenstruel. Façonnements locaux de catégories diagnostiques et reconfiguration des représentations sur la vulnérabilité des femmes » in Knittel, Fabien et Raggi, Pascal (dir.). Genre et Techniques. XIXe-XXIe siècle. Rennes: Presses universitaires de Rennes, pp. 141-151.

 

Références bibliographiques

FIGERT, Anne E. (1996). Women and the Ownership of PMS : The Structuring of psychiatrics disorder. Hawthorne, NY : Aldine de Gruyter.

 

FISCHER-HOMBERGER, Esther (1988 [1984]). Krankheit Frau : Zur Geschichte der Einbildungen.

Mit Zahlreichen Abbildungen. Darmstadt : Sammlung Luchterland, 160 p.

 

FRANK, Robert T. (1931). «The hormonal Causes of Premenstrual Tension», Archives of Neurology and Psychiatry, vol. 26, pp. 1053-1057.

 

GREENE, Robert et DALTON, Katharina (1953). «The premenstrual syndrome», British Medical Journal, no 100, pp. 1-14.

 

LORBER, Judith et MOORE, Lisa Jean (2002). Gender and the Social Construction of Illness. Walnut Creek : Altamira Press, 184 p.

 

LÖWY, Ilana (2006). Lʼemprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité. Paris : La Dispute, 277 p.

 

OUDSHOORN, Nelly (2004). Beyond the Natural Body. An archeology of sex hormones. London & New York : Routledge, 1994, 195 p.

 

STOLBERG, Michael (2000). « The Monthly malady : A history of premenstrual suffering » in Medical History, 44, 301-322.

 

VUILLE, Marilène, REY, Séverine, FUSSINGER, Catherine et CRESSON, Geneviève (2006). «La santé est politique», édito in Nouvelles Questions Féministes Vol. 25, No 2, pp. 4-15.

« La biologisation de quoi ? » Appel à contribution pour la Revue Genre, sexualité & société. Numéro sous la direction de Eva Rodriguez, Michal Raz et Alexandre Jaunait.

Depuis les années 1990, les études sur le genre et la sexualité ont renouvelé leurs objets et se sont aventurées dans le domaine des « sciences naturelles », cherchant d’une part à prendre au sérieux les questionnements de la biologie et d’autre part à en critiquer certains résultats. La question du « sexe biologique » peut à cet égard être considérée comme le paradigme de cette critique, permettant à la fois de revendiquer une série d’objets auparavant « réservés » aux sciences de la nature, et de questionner à nouveaux frais les cadres conceptuels sur lesquels les études sur le genre avaient construit leurs premières épistémologies (sexe naturel vs. genre social). Terme polysémique par excellence, le sexe reste au cœur des controverses scientifiques et connaît des déplacements incessants, recherchant tantôt son plus petit commun dénominateur du côté des sciences naturelles, ou sa meilleure définition au-delà du clivage nature/culture dans les sciences sociales (Gardey & Löwy, 2000 ; Löwy & Rouch, 2003 ; Rouch, Dorlin & Fougeyrollas, 2005 ; Hoquet, 2013).

            La critique de la « biologisation du social » parfois portée par les sciences sociales, a-t-elle eu des effets sur les sciences « de la nature » ? De quelle façon les recherches en biologie et en médecine entendent-elles l’idée du social et incorporent éventuellement dans leurs travaux les critiques des sciences sociales ? Quels impacts les conceptions biologiques du sexe ont-elles sur l’analyse et l’organisation du social ?
            Loin d’inviter à la clôture des débats, ce numéro de la revue Genre, sexualité & Société propose de multiplier les angles exploratoires afin de permettre un état des lieux des nouvelles approches consacrées aux rapports entre sciences biologiques et sciences sociales autour de la question du sexe et de la sexualité. Si l’idéologie de la nature passe par la perpétuation de l’idée selon laquelle le sexe dit biologique est un donné, il vaut la peine de poursuivre l’enquête sur les différentes définitions du sexe : d’une part, en portant d’avantage d’attention aux contextes disciplinaires où ces définitions sont établies et à l’historicité des catégories mobilisées pour les poser ; d’autre part, en analysant les discours et les pratiques qui fondent la différence sexuée comme telle, leurs effets sur les traitements, les prises en charge et les interventions médicales sur les corps. De nombreux domaines de recherches s’ouvrent alors :
 
            Un premier axe interrogera les savoirs et les théories contemporaines de la différence sexuée et de la sexualité. Depuis les années 1990, de nombreux travaux en études féministes des sciences ont mis en évidence la présence de métaphores genrées, de biais androcentriques et hétéro-normatifs dans les représentations scientifiques du sexe et de la sexualité (Fox Keller, 1995 ; Haraway, 1991 ; Martin, 1991 ; Weils, 2006).
            La naturalisation des comportements sexués et sexuels se joue de plus en plus dans les études scientifiques en quête d’explications de type biologique – principalement dans les études néo-darwiniennes, les travaux en génétique ou les recherches neuro-endocriniennes. Ainsi, les tentatives d’expliquer par des facteurs biologiques des supposées différences cognitives entre les sexes, de trouver une origine génétique aux désirs sexuels ou aux identifications psychiques, posent à nouveaux frais le problème des prismes sociaux à travers lesquels ces questions sont posées, les protocoles d’enquête établis, leurs résultats interprétés et diffusés, notamment via l’édition scientifique de vulgarisation.
            Dans quelle mesure ces enquêtes constituent-elles le dernier avatar de la naturalisation des identités sociales, au moment même où celles-ci sont réinvesties politiquement ? Ces recherches et ces théories participent-elles uniquement à la légitimation et à la validation scientifiques des inégalités entre les sexes, ou pourraient-elles également servir d’argument scientifique pour contester l’origine biologique de ces inégalités ?
 
            Un deuxième axe questionnera les implications de l’usage de la catégorie de sexe – comme catégorie médicale – dans la médecine clinique et/ou expérimentale contemporaine, ce qu’on nomme en anglais le « sex-based biology » ou « gender-specific medicine ».
Depuis la fin des années 1980, un mouvement en faveur de la diversification des populations dans les études de santé a conduit à l’inclusion des femmes et des minorités – auparavant sous-représentées dans ces études. Or, tandis que le « profilage ethno-racial » a rapidement suscité de nombreuses critiques et controverses arguant qu’aucune catégorie ethno-raciale ne peut se fonder sur des différences qualitatives, uniformes et stables, mais uniquement sur des différences statistiques et variables, le « profilage sexué » a, semble-t-il, été plus facilement accepté (Epstein, 2007).
            Compte tenu de la complexité qu’il y a à distinguer biologiquement deux sexes, quelles sont les tensions que soulève le recours à la catégorie de sexe comme catégorie médicale dans les champs de la santé ? Quels sont les effets d’une prise en charge différenciée des individus selon leur sexe ? Dans quelle mesure ce profilage sexué contribue-t-il à la réification des catégories hommes/femmes ?
 
            Enfin, un troisième axe portera sur la façon dont les savoirs et les pratiques biomédicales contemporaines fabriquent du sexe à proprement parler.
Les interventions sur les individus intersexués, les opérations de réassignation de sexe pour les personnes trans, les reconstructions du clitoris post-excision ou les opérations d’élargissement du pénis sont des exemples d’interventions chirurgicales exprimées tantôt dans les termes d’un besoin médical (correction, réparation), tantôt dans les termes d’un droit à disposer de son corps et de le transformer. Quels sont les problèmes actuels que pose cette clinique du sexe : entre demande motivée par les personnes concernées et imposition normative produite par l’institution médicale ?
Au-delà des aspects anatomiques et chirurgicaux, la fabrique du sexe s’effectue de façon croissante par la voie de substances moléculaires. L’usage des hormones dans différents contextes – la pilule contraceptive (Watkins 2001), les « traitements hormonaux de substitution », les « hormonothérapies », mais aussi les substances telles que le viagra – constituent tout autant des pratiques de régulation sexuelle et sexuée qui transforment des corps et des identités. Cependant, depuis quelques années, ces substances échappent au monopole médical à travers leur mise en circulation sur les marchés officiels et officieux. Comment dès lors appréhender les multiples réappropriations et détournements dont font l’objet ces technologies, contribuant à la fabrique de corps et de subjectivités hors normes (bodybuilders, corps trans, dopage, etc.) ?
 
            Les axes sont présentés à titre indicatif et n’ont pas vocation à épuiser le sujet. À partir de ces différents questionnements, ce numéro entend croiser les approches disciplinaires et méthodologiques afin de garder ouverte la possibilité d’un dialogue critique entre sciences de la vie et sciences sociales autour de la question du sexe et de la sexualité. Nous invitons par conséquent les contributeurs/trices à proposer des articles s’inscrivant dans ces perspectives de recherche. Les travaux empiriques (s’appuyant sur des sources diverses ; archives, ethnographie, analyse de littérature scientifique etc.) seront particulièrement les bienvenus.
 
Calendrier :
 
Les propositions d’articles, d’environ 5000 signes, doivent inclure un titre, une présentation de l’article, de ses objets et ses méthodes, ainsi que les nom, prénom, statut, rattachement institutionnel et email de l’auteur.e. Elles doivent être envoyées avant le 31 janvier 2014 aux coordinateurs/trices du numéro (Alexandre Jaunait, alexjaunait@hotmail.com, Michal Raz, michal.raz@ehess.fr et Eva Rodriguez, eva.r.rodriguez@gmail.com) et au comité de rédaction (gss@revues.org). Les auteur.e.s seront avisé.e.s par mail des propositions retenues au cours du mois de février 2014. Les articles devront être envoyés le 30 mai 2014 au plus tard. Selon la charte déontologique de la revue, chaque article fera l’objet d’une double évaluation anonyme. À noter donc que l’acceptation de la proposition ne signifie pas acceptation automatique de l’article.
 
Bibliographie indicative:
 
BUTLER Judith, Défaire le genre, Paris, Amsterdam, 2006.
 
DORLIN Elsa, Sexe, genre et sexualité, Paris, PUF, 2008.
 
EPSTEIN Steven, Inclusion : The Politics of Difference in Medical Research, Chicago and London, The University of Chicago Press, 2007.
 
FAUSTO-STERLING Anne, Corps en tous genres, Paris, La Découverte, 2012 [2000].
 
FOX-KELLER Evelyn, Refiguring Life: Metaphors of Twentieth-century Biology, New York, Columbia University Press, 1995.
 
GARDEY Delphine et Ilana LÖWY (dir.), L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Archives Contemporaines, 2000.
 
HARAWAY Donna, Des singes, des femmes et des cyborgs. La réinvention de la nature, Arles, Actes Sud/Editions Jacqueline Chambon, 2009 [1991].
 
HOQUET Thierry, Le sexe biologique. Anthologie historique et critique. Volume 1. Femelles et Mâles ? Histoire naturelle des (deux) sexes, Paris, Hermann, 2013.
 
KRAUS Cynthia, « Études critiques du cerveau sexué ». Revue d’anthropologie des connaissances, 7(3) : 693–716, 2013.
 
LAQUEUR Thomas, La fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992 [1990].
 
LÖWY Ilana et Hélène ROUCH (dir.), Cahiers du Genre, n° 34, « La distinction entre sexe et genre – Une histoire entre biologie et culture », Paris, L’Harmattan, 2003/1.
 
MARTIN Emily, « The Egg and the Sperm : How Science Has Constructed a Romance Based on Stereotypical Male-Female Roles ». Signs, 16 :485-501, 1991.
 
ROUCH Hélène, Elsa DORLIN et Dominique FOUGEYROLLAS (dir.), Le Corps entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, 2005.
 
SCHIEBINGER Londa, Has Feminism Changed Science ?, Cambridge, Harvard University Press, 2001.
 
TOURAILLE Priscille, « L’indistinction sexe et genre ou l’erreur constructiviste », Critique, 764-765 : 87-99, 2011(1).
 
WATKINS Elizabeth Siegel, On the Pill: A Social History of Oral Contraceptives, 1950-1970, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2001.
 
 
WIELS Joëlle, « La différence des sexes : une chimère résistante » in Féminin Masculin – Mythes et idéologies (dir : C. Vidal), Paris, Belin, 2006.
 

 

Résumés communications colloque: Le genre quel défi pour la psychiatrie?

Catherine Fussinger – IUHMSP, Lausanne

La question de la dépression dans le champ « genre et santé mentale »

 Le domaine « genre et santé–genre et médecine » s’est institutionnalisé dans les années 1990, que ce soit au niveau des politiques de santé publique – nous reviendrons en particulier sur l’exemple de l’OMS –, ou des politiques de recherche avec la création de centres de recherche et de chaires universitaires dédiées à cette thématique. Le développement du champ « Genre et santé mentale » s’inscrit dans ce processus, toute en ayant des racines plus lointaines, au sein du mouvement féministe des années 1970. Après avoir montré en quoi ce champ est composite, nous traiterons plus spécifiquement de la question de la dépression, dont certain-e-s se demandent si elle n’est pas sur-diagnostiquée chez les femmes et sous-diagnostiquée chez les hommes. Nous terminerons sur quelques hypothèses concernant les liens entre genre et psychiatrie.

 Nausica Zaballos – Centre Alexandre Koyré / IRIS – EHESS

Le genre dans l’espace médiatique à la fin des années 1990 : le « cas » Guillaume Dustan

 Jusqu’à sa mort en 2005, Guillaume Dustan, ex-énarque entré en littérature après avoir été contaminé par le SIDA, fait beaucoup parler de lui. Ses premiers écrits, un cycle de trois romans qu’il qualifie d’« autobiopornographiques », dépeignent le quotidien de jeunes homosexuels sur fond de musique house, d’ectasy, et de SM. Prix de Flore en 1999 pour son roman-essai Nicolas Pages, Guillaume Dustan prétend ensuite ériger l’expérience auto-fictionnelle gay en un programme social et politique dont il décline les propositions phares dans Génie Divin et LXIR. Le discours militant de Dustan sur le genre est avant tout un enjeu générationnel qui doit être saisi à travers les nombreuses références à une certaine culture populaire mondialisée. La mise en lumière de l’articulation entre ses écrits et son double ethos d’intellectuel et de monstre de foire télévisuel permettra de réfléchir à la manière dont on construisait le discours sur le genre avant le mariage pour tous et sur les modes de légitimation alors employés.

 Gabrielle Schnee – Université Paris 13

La clinique des homosexualités, un renouveau avec le débat public ?

Avec la reconnaissance des unions homosexuelles, les discours psychanalytiques ne se présentent plus guère comme garants de la différence des sexes contre une mortifère logique du même. Pourtant il ne s’agit peut-être que d’un déplacement : désormais ce n’est plus l’homosexuel mais le transgenre qui incarne cette inquiétante transgression de la différence des sexes. Tandis que la formule freudienne « l’anatomie, c’est le destin » témoigne du renouvellement d’une tentation autoritaire et normative de la psychanalyse. Pourtant le corps prothétique et customisé du transgenre ne fait peut-être que désigner l’enrolement du corps pulsionnel dans une politique du genre, ce dont témoigne le schéma bouche-anus proposé par Beatriz Preciado (Testo Junkie).

 Arnaud Alessandrin – Centre Émile Durkheim UMR 5116 / O.D.T.

Que reste-t-il du « transsexualisme » dans le nouveau DSM ?

Il s’agira de mettre en lumière les glissements opérés du DSM IV au DSM V au sujet des « dysphories de genre ». En préalable je rappellerai quelques éléments sur cette question en insistant sur le fait que la solution thérapeutique et psychiatrique est aujourd’hui débordée, critiquée. Dans ce contexte, trois couples se font face : la (dé)psychiatrisation, la (dé)pathologisation, la (dé)médicalisation. Ainsi : comment dépsychiatriser et dépathologiser des parcours sans les démédicaliser ou plutôt en les médicalisant autrement, sans les dérembourser. Une fois ces champs larges réalisés, je reviendrai sur ce que dit le nouveau DSM ainsi que sur les préconisations émises de la part du groupe de travail sur l’identité de genre. Puis nous mettrons en parallèle ces évolutions avec le contexte français marqué par l’institutionnalisation de la SOFECT (Société Française d’Etude et de prise en Charge du Transsexualisme) d’une part et par une forte militance contestataire d’autre part.

Nicole Edelman – Paris Ouest Nanterre: Pouvoir psychiatrique et folie hystérique (fin XIXe siècle, France)

 Pendant les dernières décennies du XIXe siècle, certains aliénistes ont participé fortement à la construction d’un enserrement des femmes et le genre permet de mettre au jour un rapport de pouvoir spécifique des aliénistes à leur égard. En analysant le diagnostic de folie hystérique porté sur les avis et notes médicales des registres de la loi (1870-1893-1913) des asiles de La Salpêtrière (me servant de mes travaux antérieurs) et de celui de Bicêtre et en les complétant par les propos de certains ouvrages aliénistes défendant cette nosologie, j’interrogerai les arguments choisis par les aliéniste pour diagnostiquer cette folie hystérique, arguments qui conduisent à enfermer sous cette nosologie très majoritairement voire exclusivement les femmes.

 Thibault Polge – Université Paris 1: Le genre, émancipation ou parachèvement de la différence des sexes ? De l’inversion sexuelle au transsexualisme

Cette communication voudrait proposer l’analyse de la genèse du concept de transsexualisme à l’aune des théories plus anciennes de l’inversion sexuelle (de la fin du XIXe siècle aux années 1940). Ces théories, qui portent sur des comportements que nous nommerions homosexualité, transsexualisme, fétichisme ou travestissement, les imputent à un dédoublement du sexe, à la coexistence dans un sujet des deux sexes à la fois, elles reposent donc sur une labilité essentielle d’un sexe bel et bien dichotomique (il y en a bien deux, ni plus ni moins) mais d’une dichotomie qui peut bien n’être qu’un idéal théorique, puisque les deux peuvent se superposer dans un seul être. Le modèle du « genre », proposé dans les années 1950 à l’appui de la formalisation du « transsexualisme », réduit cet état de fait à néant : dans ce transsexualisme, le dédoublement du sexe, s’il existe, ne se fait plus sous la forme d’une coexistence au même niveau. Le sexe y est antagoniste du genre, ce dernier vient exister en dessous, plus profondément — « le transsexuel », ce n’est plus un homme qui a une âme de femme, c’est une femme dans un corps d’homme, remarque Jacques Breton ; plus d’âme invertie, mais un corps à réparer. C’est à peu près simultanément que s’introduit la figure d’une homosexualité qui n’est plus désormais une inversion, mais une attirance d’une personne d’un sexe donné pour une autre personne de son sexe — que se séparent, en fait, homosexualité et transsexualisme. Le rapport du genre à la dichotomie sexuelle est donc un rapport troublé. S’il semble libérer le sexe de l’emprise de la biologie, il met aussi fin à la possibilité d’états liminaux, en sauvant presque la dichotomie au prix de l’inscription du sexe dans un espace sans lieu. Il s’agira donc de présenter quelques lignes d’une histoire des sciences qui poursuit le projet foucaldien d’une « histoire des partages ». Appuyé sur la littérature médicale de la fin du XIXe aux dernières années 1950, je voudrais y insister sur la mutation profonde de l’espace conceptuel des pathologies sexuelles, où la liminalité des sexes s’efface au profit de la possibilité d’une métamorphose totale qui n’est plus que la découverte de sa propre vérité, et d’une homosexualité qui n’est plus que le fait d’hommes et de femmes pleinement cohérents dans leur sexe.

 Anne Boisseuil – Service de Pédopsychiatrie de Valvert, 13: Féminin/masculin, identité et sexuel chez l’enfant

 La bisexualité psychique est un concept issu de la psychanalyse freudienne. Elle permet de comprendre l’étiologie du fonctionnement psychique et comment l’identité sexuée en découle. Ainsi, le féminin/masculin sont des métaphores pour représenter des positions subjectives. Nous verrons l’évolution de l’hypothèse phallique selon Freud vers d’autres utilisations des genres pour figurer ce qui fait énigme et trauma chez le sujet, la découverte de la différence des sexes. De Freud à Meltzer, en passant par Stoller et d’autres, nous ouvrirons le débat sur les positions féminines/masculines et plus particulièrement chez l’enfant pour qui la construction identitaire est en plein mouvement. Nous terminerons notre exposé par l’illustration de trois thérapies d’enfants présentant chacun à leur façon, un aménagement de ces positions pour se constituer une identité sexuée.

 Sebastien Saetta – École de Santé Publique – Université de Lorraine, EA APEMAC: Analyse critique des discours « psy » autour des troubles psychiques de la grossesse et du post-partum

 La communication proposée s’appuie sur une analyse critique de la littérature médicale actuelle, et vise à déconstruire les discours « psy » autour des troubles psychiques de la grossesse et du post-partum. Sans nécessairement nier la réalité des symptômes sur lesquels reposent ces discours, c’est à dire sans nier le fait que des femmes (voire des hommes) puissent par exemple être concerné.e.s par des épisodes de pleurs, des angoisses, ou d’autres manifestations, il s’impose d’observer le processus par lesquels la psychiatrie identifie, agrège et interprète ces signes, et convainc également son lectorat. Nous chercherons à savoir notamment si, dans ces discours, les différents acquis des études de genre sont intégrés, mobilisés, réfutés, ou plus simplement ignorés. Au croisement la sociologie de la santé (publique), de la sociologie du genre et de l’analyse du discours, il s’agira enfin de penser la question de l’éventuelle complémentarité du savoir psychiatrique avec d’autres savoirs.

Eric Macé – Centre Emile Durkheim UMR 5116: Des troubles de genre aux troubles dus au genre

Tant que les identifications de genre et les sexualités étaient partagées entre un normal et un pathologique fondés sur une conception patriarcale et naturaliste du genre et de la sexualité, les troubles psychopathologiques de genre et de la sexualité étaient constitutifs de la psychiatrie et de la psychanalyse. Dès lors que le normal et le pathologique en ces matières n’est plus fondé sur des normes patriarcales et hétérocentriques mais sur le respect des droits humains et sur les notions de santé mentale et de souffrance psychique, les identifications de genre et les orientations sexuelles tendant à sortir de la pathologisation, tandis qu’à l’inverse ce sont les effets pathogènes des rôles et des normes de genre elles-mêmes qui tendent à y entrer.

Lucille Girard – Université Paris Descartes – LEM EA 4569 : Le médecin face à la demande de soin des personne transsexuelles : les risques d’un jugement de valeur

 La demande de soins des personnes transsexuelles, consiste à pouvoir bénéficier d’un traitement hormono-chirurgical dans le but de modifier leur apparence physique pour que celle-ci soit le plus conforme possible à leur genre ressenti. Cette demande doit, en France, être validée par un psychiatre. En l’absence de critères objectifs pour définir et diagnostiquer le transsexualisme, les protocoles d’évaluation mis en place s’imprègnent de notions subjectives telles l’apparence de la personne et la force de conviction qu’elle présente dans sa demande de changement de sexe. Ces évaluations modifient  le dialogue patient-médecin en instituant d’emblée un rapport de forces : force de conviction du patient face à la  rigidité des protocoles médicaux. L’évaluation de la parole de la personne transsexuelle est  une démarche légitime du praticien confronté à la demande d’un traitement hormono-chirurgical. C’est aussi une démarche importante pour le patient qui sollicite, par sa demande de soins, un accompagnement médical.  Entendre la demande de la personne transsexuelle demande à ce qu’elle soit reconnue en tant qu’Autre inclassable selon les normes sociales établies. Le psychiatre et/ou le psychologue ont à jouer un rôle important dans ce diagnostic, mais il ne peut se concevoir sans une réflexion sur leur propre vision de la personne transsexuelle.

Laurence Hérault – Aix Marseille Université – IDEMEC: Le Trouble de l’identité de genre et son usage dans la pratique psychiatrique française

 La communication s’intéressera à la manière dont un certain nombre de psychiatres français impliqués dans la prise en charge des personnes trans utilisent le Trouble de l’identité de genre (TIG) tel que défini par le DSM. On essaiera notamment de saisir leur manière de se référer au TIG en fonction du contexte dans lequel ce dernier est mobilisé et utilisé (publications et manuels de psychiatrie, rapports officiels, attestations délivrées aux consultants, consultations, réunions de concertation, colloques, etc.). On essaiera de montrer que dans la pratique, le TIG apparaît comme un objet singulièrement mobile et malléable qui contraint notamment sans la contraindre la pratique diagnostique et qui a tendance à se durcir dès lors qu’il sort de l’espace médical proprement dit. Sources utilisées : rapport de la HAS et textes publiés par les psychiatres, enquête ethnographique menée depuis plusieurs années en France sur la question trans (notamment une observation de trois ans dans une équipe spécialisée dans la prise en charge des TIG).

Stéphanie Pache – IUHMSP, Lausanne/ IRIS -EHESS : Une brève histoire du mouvement féministe américain pour transformer les théories et les pratiques en santé mentale

 En s’appuyant sur un travail de thèse un cours portant sur l’histoire d’une approche féministe en santé mentale développée en premier lieu aux États-Unis à partir de la fin des années 1960, la contribution se propose d’exposer les rapports entretenus par les mouvements féministes et la psychiatrie par une présentation des critiques que ceux-ci ont adressé aux théories et aux pratiques en santé mentale. Les critiques féministes des pratiques dans le domaine de la santé mentale ont ainsi trois cibles, qui sont, dans les faits, intriquées : les pratiques thérapeutiques, la production des savoirs psychiques et les réglementations professionnelles. Pour illustrer la perspective des psychologues féministes américaines sur la psychiatrie, la communication présente également un exemple de la façon dont elles ont cherché à peser sur l’élaboration de la classification psychiatrique américaine, le DSM.

Anne – Sophie Vozari – IRIS – EHESS : Les dépressions périnatales : des troubles « normaux » ?  Penser les coûts sociaux de la maternité

Cette proposition de communication s’inscrit dans le cadre d’une thèse de sociologie en cours portant sur l’encadrement institutionnel du devenir mère. Il s’agit d’examiner les recompositions à l’œuvre dans la gestion des risques autour de la naissance, mise en place par les institutions ayant traditionnellement en charge la naissance et la toute petite enfance (service de maternité, PMI). On s’attachera dans un premier temps à rendre compte de la manière dont les normes genrées en matière d’enfantement et de parentalité sont, en partie seulement, prises en compte dans la façon dont les soignant.e.s pensent et prennent en charge les affects négatifs autour de la naissance. Dans un second temps, l’analyse des récits de vie recueillis auprès de femmes suivies par le service offrira d’autres pistes de réflexion pour appréhender ces « troubles ». Nous montrerons ainsi en quoi la sociologie du genre, et particulièrement la perspective féministe matérialiste, peut nourrir les approches des « dépressions périnatales ».

 François Vialla  – Université de Montpellier –CERDES : Transidentités : les troubles du droit

 Le droit est parfois considéré comme une discipline rigide faite de certitudes et de contraintes. C’est oublier qu’il est avant tout « un mécanisme d’encadrement du fait social » (Durkheim), il est un outil non une fin. La question de la transidentité « saisie » par le droit démontre combien sont à bannir les certitudes et le dogmatisme, si l’on veut que le cadre posé et proposé soit acceptable et accepté. La question abordée se trouve au confluent de disciplines juridiques multiples, du droit des droits de l’homme au droit de la santé, du droit de la sécurité sociale au droit civil etc. L’évolution des textes et de la jurisprudence tend à démontrer combien les juristes peinent à aborder une question qu’ils maîtrisent souvent incomplètement. Deux tentations « perverses » sont envisageables : maintenir dans leur « pureté » des principes juridiques au risque d’une rupture avec le corps social ou, à l’inverse, se contenter d’un rôle de transcripteur des évolutions.

 Alain Giami – INSERM – CESP – U 1018 : Le Kremlin Bicêtre : Les classifications de la sexualité : entre le DSM 5 et la CIM 10

 C’est dans le contexte de la révision du DSM 4/5 et de la CIM 10 de l’OMS que l’on a choisi d’étudier les débats et controverses concernant le destin des paraphilies. Les controverses qui se déroulent actuellement concernant les paraphilies (considérées comme des troubles de la préférence sexuelle) présentent l’intérêt d’articuler des dimensions médicales et cliniques mais aussi des dimensions pénales, juridiques, et morales dans la redéfinition même de ces troubles mentaux. Les débats actuels oscillent entre des positions qui consistent (1) à exclure définitivement toutes les paraphilies du registre de la pathologie mentale; (2) à opérer une sélection parmi la liste; (3) apporter une nouvelle distinction entre les conduites elles-mêmes et le retentissement subjectif ou le malaise ressenti par l’individu (« paraphilic disorder »). L’analyse de ces controverses fait apparaître que la définition des catégories nosographiques et leur inclusion ou exclusion des classifications reste très fortement influencée par des critères non-médicaux tels que le fait de préserver l’accès aux soins et aux systèmes d’assurance maladie, d’apporter une alternative médicale et psychopathologique à des comportements déviants souvent traités comme des crimes ou des délits, de répondre à l’influence de l’industrie pharmaceutique  qui élabore de nouveaux médicaments, et last but not least la préservation ou la promotion des droits humains.

 Nicolas Morel-Journel – CHU Lyon : La place de la médecine dans la question du genre

 Il y a aujourd’hui un profond désaccord en France entre certains médecins et certains demandeurs de réassignation sexuelle quant à la place des médecins dans ce processus. Pour simplifier on peut dire que certains demandeurs souhaitent que leur expertise soit reconnue et demande que la décision finale concernant une prise en charge médicale leur revienne. De leur côté certains médecins considèrent comme incontournable l’évaluation de la demande de réassignation par une équipe pluridisciplinaire comprenant psychiatre, endocrinologue et chirurgien. Nous allons aborder dans notre présentation les causes de cette divergence, l’impact sur les pratiques médicales et sur les demandeurs de réassignation en nous appuyant sur les pratiques en France et dans le monde. Nous proposerons quelques pistes de réflexions pour sortir de cette impasse.

 Erik Schneider – psychiatre, psychothérapeute porte-parole de l’association Intersex & Transgender Luxembourg : Peur des psychiatres de prendre la mauvaise décision et influence des normes de genre

Les normes sociétales associées au sexe biologique et au genre sont reflétées par les pratiques médicales et visibles dans l’approche adoptée par les disciplines médicales – telles que l’endocrinologie, la chirurgie et surtout la psychiatrie – concernant l’accompagnement des personnes dérogeant aux normes de sexe et de genre (personnes intersexes et trans’, notamment), où la médecine joue un rôle de gardienne de ces normes. Les discussions médicales à cet égard sont marquées par des tensions, des résistances et une forte charge émotionnelle, et l’intervention médicale y est souvent ressentie comme paternaliste et dévalorisante par les personnes concernées. L’éthique doit nécessairement guider les réflexions dans ce domaine, en particulier s’agissant des normes sous-jacentes à l’intervention médicale, en gardant à l’esprit les droits fondamentaux conférés aux personnes par les textes juridiques. Les problématiques en cause seront illustrées par les questions délicates relatives à l’accompagnement médical des mineur-e-s trans’, telles qu’elles ont été mises en lumière par le « cas Alex » médiatisé en Allemagne en 2011/2012 : Comment définir l’intérêt supérieur de l’enfant ? Quel type d’accompagnement médical correspond-il à l’intérêt et aux besoins spécifiques de l’enfant ? Qui le sait ? Quelle est la place laissée à la parole de l’enfant ? Il existe de grandes différences dans les réponses médicales apportées à ces questions à travers l’Europe et plus généralement dans l’approche médicale des situations remettant en cause une conception dichotomique du sexe/genre. La subjectivité des décisions médicales des psychiatres sera soulignée, étant donné que ces décisions dépendent de leurs expériences passées, de leur culture, de leurs propres représentations de la masculinité et de la féminité, de leurs conceptions personnelles d’une dichotomie plus ou moins stricte entre le sexe féminin et le sexe masculin, et enfin de leur peur de prendre la mauvaise décision.

 Denise Médico – Fondation Agnodice, Lausanne/Université de Genève : Subjectivités trans*, la psychologie confrontée au genre et au Sexe

Les personnes trans*, par leur expérience de vie, mettent en lumière les limites de nos systèmes de pensée, notamment sur le genre, mais aussi le corps et la subjectivité. Ils montrent, entre autres, le caractère profondément nomade de la subjectivité contemporaine. La particularité de l’expérience trans* est justement d’éclairer autrement cette apparence d’universalité « naturelle », en revendiquant le « minoritaire ». Elle fait apparaître que ce qui est minoritaire, c’est de ne pas rester à sa place, c’est le mouvement qui remet en question l’« essence » du genre, de même que le système binaire de genre en relevant son incapacité à fonctionner pour tous. La psychologie clinique comme pratique et comme théorie doit repenser le genre et intégrer les réflexions constructiviste et queer, elle doit partir de l’expérience ancrée des personnes concernées pour comprendre les personnes qu’elle entent aider.

 

Le genre : quel défi pour la psychiatrie?

Les derniers débats sur le genre, à l’occasion de la nouvelle sortie de la cinquième édition du DSM, relancent des anciens débats sur l’interprétation de la maladie mentale et ses implications sur la vie des femmes et des hommes. Au carrefour de la séparation des disciplines, entre biologie et société, la psychiatrie doit faire face aux enjeux de la santé mentale, de l’éthique médicale et des politiques sanitaires. Dans ces contraintes peut-elle repenser les cadres nosologiques et la clinique à la lumière de la pensée du genre ?
Il a été souligné à plusieurs reprises comment l’expression genre fit son apparition durant les années 1950 aux États-Unis chez les scientifiques pour pouvoir expliquer et nommer les troubles de l’identité de genre, voire de la personne transexe. Et de quelle manière cette identité de genre pouvait apparaître comme une autre manière de biologiser le sexe du corps, introduisant la distinction entre sexe psychique et physique, qui permettait en clinique de faire l’impasse sur la dichotomie entre les sexes.

En réalité la question la différence entre les sexes accompagne l’histoire de l’aliénisme en étant l’une de ses caractéristiques fondatrices au XIXe siècle. À quelque rares exceptions, il ne s’agit pas au départ d’une apologie de la domination masculine, mais plutôt d’une légitimation des différents rôles sociaux au sein de la reproduction et la tentative de construire un savoir qui veut d’abord distinguer entre symptômes psychiques et organiques. Le trouble mental de la femme, réduit le plus souvent à une dimension génésique, permet aux yeux des médecins plus facilement que celui de l’homme de signaler le dépassement des frontières entre physiologie et pathologie. C’est à travers cette ambiguïté qu’il convient d’interpréter les nombreuses tentatives de la psychiatrie de dépasser la catégorie sexe pour en utiliser une autre, celle du genre, sans pouvoir pleinement parvenir à un dépassement du biologique en tant que cadre épistémologique légitimant, en dernière instance, la différence entre les sexes dans les diagnostics et dans le traitement de la maladie mentale.

Les difficultés posées par le concept de genre dans le débat médico-psychiatrique français se montrent à nouveau lors de la dernière controverse relative à la « dysphorie de genre », concernant le diagnostic et les traitements des transidentités. La question s’impose d’autant plus sous son aspect clinique car cette catégorie devient problématique dans la légitimation d’une pratique médicale qui vise à une réassignation du sexe par l’imposition de traitements hormonaux et / ou chirurgicaux. La psychiatrie contemporaine doit désormais faire face à la réflexion développée par les sciences humaines sur la dimension fortement normative du discours scientifique de la différence des sexes, un discours traversé par une norme de santé mentale construite autour du principe de la dualité des sexes et de la nature hétéro-orientée du désir sexuel.

L’approche de type pluridisciplinaire apparaît ainsi nécessaire pour comprendre les mécanismes d’élaboration conceptuelle, d’autant que d’autres pathologies incluent cette représentation, telles que les dysfonctions sexuelles, ou encore des troubles liés à la physiologie du corps féminin, dans lesquels on peut inclure la catégorie controversée du trouble dysphorique prémenstruel, désormais incluse dans la classification du DSM 5, ainsi que les troubles de la période périnatale.

Si la prise en compte du genre est désormais un élément incontournable dans le discours théorique de la psychiatrie, il est néanmoins vrai que cette catégorie est souvent utilisée en dehors de toute perspective critique, en tant que simple paramètre relevant du fait, incontesté, de la différence entre les sexes, alors que, au contraire, la question du genre devrait mener à une interrogation radicale de toute construction biologique et hiérarchisée, impliquant une nature féminine et masculine.