Le genre : quel défi pour la psychiatrie?

Les derniers débats sur le genre, à l’occasion de la nouvelle sortie de la cinquième édition du DSM, relancent des anciens débats sur l’interprétation de la maladie mentale et ses implications sur la vie des femmes et des hommes. Au carrefour de la séparation des disciplines, entre biologie et société, la psychiatrie doit faire face aux enjeux de la santé mentale, de l’éthique médicale et des politiques sanitaires. Dans ces contraintes peut-elle repenser les cadres nosologiques et la clinique à la lumière de la pensée du genre ?
Il a été souligné à plusieurs reprises comment l’expression genre fit son apparition durant les années 1950 aux États-Unis chez les scientifiques pour pouvoir expliquer et nommer les troubles de l’identité de genre, voire de la personne transexe. Et de quelle manière cette identité de genre pouvait apparaître comme une autre manière de biologiser le sexe du corps, introduisant la distinction entre sexe psychique et physique, qui permettait en clinique de faire l’impasse sur la dichotomie entre les sexes.

En réalité la question la différence entre les sexes accompagne l’histoire de l’aliénisme en étant l’une de ses caractéristiques fondatrices au XIXe siècle. À quelque rares exceptions, il ne s’agit pas au départ d’une apologie de la domination masculine, mais plutôt d’une légitimation des différents rôles sociaux au sein de la reproduction et la tentative de construire un savoir qui veut d’abord distinguer entre symptômes psychiques et organiques. Le trouble mental de la femme, réduit le plus souvent à une dimension génésique, permet aux yeux des médecins plus facilement que celui de l’homme de signaler le dépassement des frontières entre physiologie et pathologie. C’est à travers cette ambiguïté qu’il convient d’interpréter les nombreuses tentatives de la psychiatrie de dépasser la catégorie sexe pour en utiliser une autre, celle du genre, sans pouvoir pleinement parvenir à un dépassement du biologique en tant que cadre épistémologique légitimant, en dernière instance, la différence entre les sexes dans les diagnostics et dans le traitement de la maladie mentale.

Les difficultés posées par le concept de genre dans le débat médico-psychiatrique français se montrent à nouveau lors de la dernière controverse relative à la « dysphorie de genre », concernant le diagnostic et les traitements des transidentités. La question s’impose d’autant plus sous son aspect clinique car cette catégorie devient problématique dans la légitimation d’une pratique médicale qui vise à une réassignation du sexe par l’imposition de traitements hormonaux et / ou chirurgicaux. La psychiatrie contemporaine doit désormais faire face à la réflexion développée par les sciences humaines sur la dimension fortement normative du discours scientifique de la différence des sexes, un discours traversé par une norme de santé mentale construite autour du principe de la dualité des sexes et de la nature hétéro-orientée du désir sexuel.

L’approche de type pluridisciplinaire apparaît ainsi nécessaire pour comprendre les mécanismes d’élaboration conceptuelle, d’autant que d’autres pathologies incluent cette représentation, telles que les dysfonctions sexuelles, ou encore des troubles liés à la physiologie du corps féminin, dans lesquels on peut inclure la catégorie controversée du trouble dysphorique prémenstruel, désormais incluse dans la classification du DSM 5, ainsi que les troubles de la période périnatale.

Si la prise en compte du genre est désormais un élément incontournable dans le discours théorique de la psychiatrie, il est néanmoins vrai que cette catégorie est souvent utilisée en dehors de toute perspective critique, en tant que simple paramètre relevant du fait, incontesté, de la différence entre les sexes, alors que, au contraire, la question du genre devrait mener à une interrogation radicale de toute construction biologique et hiérarchisée, impliquant une nature féminine et masculine.