Normes, trans-identités et inventions des sexualités. Samedi 29 novembre 2014

À partir de l’expérience trans-identitaire des parcours transgenres ou transsexuels, cette journée a pour but d’explorer et rendre compte des possibilités de création des sexualités et des identités. Les normes individuelles et
collectives contraignent et rendent possible la construction de l’identité, le développement de la sexualité. Quand les conditions subjectives l’exigent, ces normes sont déplacées, réinventées pour soutenir un effort de dépassement, de transition, de création et de transgression. Tout ceci interroge les normes morales, sociales, les pratiques médicales, psychanalytiques ou philosophiques qui participent de facto de la limitation ou de l’innovation de ces figures contemporaines. Cette journée s’inscrit dans le cycle «Normes, différences sexuelles et pratiques médicales» organisé par les laboratoires CRPMS (EA 3522, UFR d’Etudes Psychanalytiques, Université Paris Diderot-Paris 7), et SPHERE
(UMR7219, CNRS – Université Paris Diderot-Paris 7). La 1ère journée (17 oct. 2014) avait pour thème «Construction de l’identité et différence sexuelle», la 3ème (2015) sera consacrée à «Médecine procréative, différences sexuelles et égalités des sexes».

Contacts : Vincent Bourseul vincent.bourseul@gmail.com et Marie Gaille mariegaille@yahoo.fr

Amphi 8C – Hall C
16, rue Françoise Dolto 75013 Paris
M° 14 – Bibliothèque François Mitterand
9H00 – 18H00
Entrée libre

Programme

9h00 Accueil

9h30 Ouverture – Vincent Bourseul, Facebook, Marguerite Duras et le BDSM

10h00 Présidente de séance – Laurie Laufer

Laurence Hérault, L’approche médicale de l’autopréservation du sperme des femmes trans entre

Geneviève Morel, Genre et interpellations

11h20 pause

11h50 Président de séance – Thamy Ayouch

Romain Weigert, Réassignation sexuelle chirurgicale : reconstruction ou esthétique ?

Karine Espineira, Processus croisés de genration et de dégenration des sujets trans dans les

13h10 déjeuner

14h30 Présidente de séance – Catherine Desprats-Péquignot

Hélène Hazera, Bulent Ersoy la turque, Miwa la japonaise, deux cultures, deux chanteuses trans.

15h50 pause

16h20 Président de séance – Alain Vanier

Arnaud Alessandrin, Psychiatrisation / Pathologisation / Médicalisation : où en est la question

18h00 conclusions – Alain Vanier

Parution du volume 3 des Cahiers de la transidentité: Corps trans, corps queer

Illustration : Joachim Kong Mise en page couverture : Karine Espineira
Illustration : Joachim Kong Mise en page couverture : Karine Espineira   

Sous la direction de :

Karine Espineira, Maud-Yeuse Thomas, Arnaud Alessandrin

Extrait de l’INTRODUCTION

Queer, Trans et Féminisme : je t’aime… moi non plus

Pour ce volume 3 des Cahiers de la transidentité, nous nous sommes penchés sur les productions « queer » ou, pour le dire autrement, la « queerisation » de figures minorisées et leurs rapports aux trans et aux féminismes. Si le queer est un espace plus qu’une identité, situé aux marges en même temps qu’il est le point d’appui d’actions en direction du centre (Bourcier, 2006), le queer est aussi une temporalité (Halberstam, 2005). En ce sens, il s’agira d’entendre « queer » non comme un substantif mais comme un verbe, c’est-à-dire comme un processus de « queerisation ». De nombreux écrits découlent de cette volonté : « Repenser et queeriser le travestissement » (Bourcier, 2006), « Faut-il queeriser la psychanalyse ? » (David-Menard, 2009), « Queeriser le corps : pratique des féministes arabes » (Gharaibeh, 2012) ou bien encore « De l’espace genré à l’espace queerisé » (Borghi, 2012). Cette « queerisation » a pour effet collatéral d’être perçue comme un nouveau processus d’invisibilisation dans lequel le discours des minorisé.e.s serait gommé par des « postures queer ». Paradoxalement, les liens entre population trans et productions queer sont nombreux, de même que ceux qui lient la population queer et les Transgender Studies. Nous aimerions dans cette introduction poser les termes du débat tout en proposant une éthique dans la recherche à cet endroit précis où le conflit « queer » / « trans » semble le plus vif. Cette introduction se voudra aussi comme un texte programmatique dans l’optique des futures recherches visant à saisir des interrogations et résistances fortes au confluent de ces mouvements.

SOMMAIRE

INTRODUCTION………………………………………………………….              11

« Trans et queer : je t’aime… moi non plus »

(Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira, Arnaud Alessandrin)…………..      13

CORPS TRANS / CORPS QUEER ….………………………………..               21       

« Dr Jekyll et Ms Hyde »

(Jean-Marie Grégoire)……………………………………………………….           23

« Petit à petit, changer les choses autour de soi… sans oublier le lubrifiant »

Entretien des King’s Queer (ODT)…………………………………………          33

« Lazlo Pearlman mon ami », Entretien de Lazlo Pearlman

(Rachele Borghi et Glenn Le Gal)………………………………….………           39 

« Ecrire c’est tout mélanger, se mélanger », Entretien d’Abdallah Taïa

(Jean Zaganiaris)……………………………………………………………            53

« Dame Nature, entends-tu les voix de tous les ratés de ta production ? »

Entretien de Naïel (ODT)……………………………………………………          55

QUEERING ISLAM………………………………………………………               79

« Queeriser le corps des féministes arabes »

(Roa’a Gharabeih)…………………………………………………………             81

« Sexualités et gouvernabilité des corps au Maroc »

(Jean Zaganiaris)……………………………………………………………            95

PASSAGES……. ……………………………………………….………..              113

« Le roman policier et les trans : une comparaison de Mygale

par Thierry Jonquet et Transfixions par Brigitte Aubert » (Andréa  Hynynen)  115

CONCLUSION…………………………………………………………..                127

« La possibilité d’une fluidité » Entretien de Pierre Zoberman

(ODT)……………………………………………………………………..               129